Site collaboratif d’infos alternatives

L’État grec fait la chasse aux migrant·e·s et à leurs soutiens anarchistes à Athènes

L’État grec fait la chasse aux migrant·e·s et à leurs soutiens anarchistes à Athènes

Lundi 13 mars 2017, au petit matin, les forces de répression grecques ont envahi les squats « Scholeio » (École) et Villa Zografou, deux lieux emblématiques de la solidarité avec les migrant·e·s et du mouvement libertaire à Athènes. Le premier hébergeait, en effet, 127 personnes réfugiées et migrantes, dont une cinquantaine d’enfants. Tou·te·s ces gens ont ensuite été envoyé·e·s dans des taules pour migrant·e·s dont l’installation a été décidée pour la plupart par les autorités européennes. Le deuxième lieu était occupé par un collectif anarchiste depuis fin 2011, qui y proposait de nombreuses activités politiques et culturelles en dehors des rapports marchands et autoritaires. 7 camarades ont été arrêté·e·s à cette occasion.

Ces attaques s’inscrivent dans la désormais traditionnelle lignée de répression contre les lieux de vie et d’organisation ouverts par le mouvement anarchiste grec. Fin décembre 2012, début janvier 2013, l’État grec, déjà fort de l’expulsion du squat Delta à Thessalonique en septembre 2012, avait établi un plan d’expulsions qui concernait une quarantaine de lieux autogérés, organisant en parallèle une grande campagne de diffamation contre ces foyers de résistance. Les squats historiques de Villa Amalias (ouvert en 1990) et Lelas Karagianni 37 (plus vieux squat de Grèce, ouvert à la fin des années 80, réoccupé depuis), ainsi que le squat Patision 61 & Skaramaga, qui avait été ouvert suite au mois insurrectionnel de décembre 2008, et la radio anarchiste 98FM, en avaient alors fait les frais et c’était la mobilisation historique du mouvement anarchiste qui avait fait reculer l’État par rapport à ces plans initiaux.

À l’été 2016, à l’issue du camp NoBorder qui s’était tenu à Thessalonique et avait permis l’ouverture de lieux d’accueil auto-organisés pour les migrant·e·s, le gouvernement de l’autoproclamée « gauche radicale » SYRIZA avait aussi fait expulser trois squats (Orfanotrofeio – « orphelinat » – , grand bâtiment de l’Église orthodoxe laissé à l’abandon, squatté et re-squatté à plusieurs reprises par le mouvement anarchiste ; celui de l’avenue Leoforou Nikis ; et le squat Hurriya – « liberté » en arabe). Enfin, le squat « Anoixto Trito » (Troisième Ouvert), sur l’île de Syros, était mis à sac sauvagement le mois dernier par la police et des agents de la municipalité....

La suite à lire sur : https://nantes.indymedia.org/articles/37225

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

> Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"