L’État veut maintenir l’ordre avec des LBD à munitions marquantes

731 visites

Le ministère de l’Intérieur a publié un appel d’offres le 12 mars pour la fourniture de 170.000 balles de lanceurs de balles de défense, dont 10.000 « munitions de défense marquante visible ». Ce nouveau type de munition s’inscrit dans une logique de contrôle et de traque en constante aggravation.

Tirer, choquer, traquer. Les 10.000 munitions marquantes pour lanceurs de balles de défense (LBD) commandés par le ministère de l’Intérieur n’ont rien de radicalement nouveau, mais se font en coordination avec l’élargissement et l’extension en cours des pouvoirs de police.

Ces munitions ressemblent fortement aux balles de LBD classiques. Elles sont également d’un calibre de 40mm et seule leur tête diffère. Comme on le voit sur cette vidéo de promotion d’un fabricant étasunien de balles de ce genre, la partie avant se délite à l’impact pour laisser s’échapper une substance colorante. L’arrière de la munition en caoutchouc est tout aussi rigide que les balles désormais habituelles en France.

Déjà présentes aux États-Unis pour le maintien de l’ordre, ces munitions ont fait polémique lors de la répression des mobilisations Black Lives Matter en 2020. Sur une vidéo visionnée plus de 29 millions de fois sur Twitter, on voit des policiers faire feu avec des munitions marquantes sur des personnes devant leur domicile.

Des munitions qui éborgnent aussi

Le même type de munition semble avoir touché et éborgné la journaliste Linda Tirado, le 30 mai 2020. Sur les photos qu’elle avait partagées sur son compte Twitter, on peut clairement voir l’impact du produit marquant vert, notamment sur son sac à dos. Ce jour-là, le département de police de Minneapolis avait assuré n’avoir utilisé que des munitions marquantes de 40mm. Autrement dit, le même type de munition que les 10.000 commandées par le ministère de l’Intérieur.

La munition qui a touché la journaliste à l’œil est vraisemblablement du même type que celle produite par la société états-unienne Defense Technology. L’effet marquant n’enlève donc rien à la dangerosité d’un tir de LBD, selon Paul Rocher, auteur de Gazer, Mutiler, Soumettre (ed. La Fabrique) sur les armes non-létales. « La particularité des armes supposées non-létales c’est qu’on les désigne toujours avec des mots euphémisants. En 1995 par exemple, avec l’émergence des Flashball, le journal Libération titrait : « La police dotée de balles en mousse ». C’est problématique puisque c’est parce que ces armes et ces munitions sont supposées non-létales que les policiers les utilisent autant. Avec ces balles marquantes les policiers risquent de se croire dans une partie de paintball, cela renforcera l’idée que ces munitions sont sans danger. »

La suite à lire sur : https://reporterre.net/L-Etat-veut-maintenir-l-ordre-avec-des-LBD-a-munitions-marquan

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

>Ma détention provisoire #4. Améliorer le quotidien coûte cher

Partir en détention provisoire ou être condamné à de la prison ferme avec mandat de dépôt, c’est dur et potentiellement traumatisant. Du jour au lendemain, ta vie bascule. Et pour celles et ceux qui y font face pour la première fois, c’est un plongeon dans l’inconnu. Souvent, on est mal préparé à...

>Pas de répit pour les opposants au pass sanitaire : procès & condamnations

Lundi dernier, comme après de nombreuses manifestations, se déroulaient les habituelles comparutions immédiates à l’encontre des personnes arrêtées le samedi précédent. Sauf que la manifestation en question n’avait rien d’habituel puisqu’elle a eu lieu en plein mois de juillet, qu’elle n’était appelée par...

>Ma détention provisoire #3. « Le travail, mine de rien, ça t’occupe »

Partir en détention provisoire ou être condamné à de la prison ferme avec mandat de dépôt, c’est dur et potentiellement traumatisant. Du jour au lendemain, ta vie bascule. Et pour celles et ceux qui y font face pour la première fois, c’est un plongeon dans l’inconnu. Souvent, on est mal préparé à...

› Tous les articles "Répression policière"