L’IGPN invente les « victimes collatérales »

859 visites
1 complément

Même en droit international de la guerre, le concept est débattu. Mais la justice française classe les dossiers sans sourciller.

Voir aussi :
Tirs de LBD : un trou dans le droit français
LBD : ce que dit la jurisprudence pénale

Noé, 16 ans, a été blessé au visage par un tir de LBD lors de la manifestation du 7 mars 2020 à Lyon. Résultat : fracture de la mâchoire, 45 jours d’ITT. Saisie de l’enquête, l’IGPN conclut en mars 2021 que le tireur est irresponsable pénalement. Motif ? « Même si le plaignant n’était pas forcément la personne visée initialement  », la «  jurisprudence constante dite de « l’indifférence de la victime » » s’applique. Quelles juridictions ont rendu cette « jurisprudence » ? Mystère : l’IGPN ne le dit pas. Mieux : vérification faite, la théorie de « l’indifférence de la victime » existe bien en droit pénal… Mais elle signifie exactement le contraire. Les violences sont punissables même quand la victime touchée n’était pas celle visée. Les bases de données juridiques citent de multiples arrêts de la Cour de cassation qui vont dans le même sens.

Pas de contrôle du parquet

Même histoire pour Yonna, également blessée par LBD à Lyon, mais en août 2021. Elle a subi une fracture du pied avec ITT de 45 jours. Mais là encore, pour exonérer le CRS responsable, l’IGPN accomplit des miracles judiciaires. L’enquête conclut en novembre 2021 que si Yonna est une victime, c’est seulement « de façon collatérale » parce qu’« un tiers était ciblé » (et non elle). Or, même en droit international, les attaques « excessives » qui font des victimes collatérales constituent des crimes de guerre. L’IGPN ne s’embarrasse pas de tels détails : le policier dit avoir tiré sur un homme qui jetait une « bouteille en verre », ça lui suffit. Tant pis pour le droit : l’un comme l’autre classement sans suite ont été validés par le parquet de Lyon. Le procureur adjoint Alain Grellet est désormais en charge des dossiers impliquant la police (à la suite de Bernard Reynaud, parti à la retraite). Comme il le remarquait lors du procès des antifas de Lyon : « il y a un déficit d’instruction civique dans cette salle ».


Photographie : Martin Argyroglio, Manifestation contre la loi El Khomri, Paris 19 mai 2016

Groupes associés à l'article

Flagrant Déni

  • Tel : 07.51.53.15.33
  • https://www.flagrant-deni.fr
  • contact@flagrant-deni.fr
  • Autres infos : Twitter: @FlagrantDeni

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 16 mars à 22:30, par Etienne

    Je suis surpris que l’IGPN en appelle à la jurisprudence, je pensais que sa mission est d’enquêter, mais pas de juger si une plainte est récevable ou non.
    Et si ce n’est pas l’IGPN qui a pris cette décision, pourquoi n’en connait-on pas l’origine ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Flagrant Déni » :

>En Guadeloupe, la gendarmerie tue “sans regrets”

C’est le seul procès pour soi-disant « refus d’obtempérer » ayant abouti à une condamnation d’un agent de la force publique à de la prison ferme. Le procès en appel devait se tenir à Lyon, le 28 Novembre 2022. Il vient d’être reporté et aura lieu en Octobre...

>Naïm et la proc’ qui ne savait pas lire

Lors de l’audience vendredi dernier, la justice a reproché les lacunes de l’enquête… à la victime. La procureure adjointe Karine Malara n’a pas lu le PV où Naïm se plaignait de violences policières. Récit d’une audience hallucinante.

>Selon que vous serez policier ou misérable...*

Naïm face à la police, volet 2. Il a été agressé par la police en janvier 2020 à Vaulx-en-Velin. Mais c’est lui qui comparaît devant la justice. Sa plainte a été enterrée par le parquet. Flagrant déni décortique le fonctionnement d’une banale justice à deux...

› Tous les articles "Flagrant Déni"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

>Connaissez-vous Mathieu Poli ? / Résistons Ensemble n°207

Bulletin n°207 du 15 novembre 2022, du réseau Résistons Ensemble. Formé en 2002, Résistons Ensemble a pour but d’informer, de briser l’isolement des victimes des violences policières et sécuritaires et de contribuer à leur auto organisation.

› Tous les articles "Répression policière"