L’imaginaire de la Commune

671 visites

Samedi 28 février, 15 h - Terre des livres - 86 rue de Marseille - Lyon 7e

Jusqu’ici, l’histoire de la Commune de 1871 a été solidaire de deux grands récits politiques : celui, d’une part, du socialisme historique et de l’Union soviétique et celui, d’autre part, du républicanisme français.

Dans les deux cas, la singularité de la Commune aura été diluée dans une oeuvre d’édification. C’est à rebours de ces deux récits que Kristin Ross procède à une relecture de la Commune, au-delà de ses frontières géographiques et temporelles strictes. Car pour Ross, un des traits de la Commune est justement d’outrepasser les frontières de temps et d’espace. La Commune n’est pas une série de faits qui se succèdent, du 18 mars 1871 jusqu’à la semaine sanglante.

C’est le point de rencontre d’aspirations émancipatrices multiples, enracinées dans les clubs révolutionnaires de la fin du Second empire, l’Union des femmes d’Elisabeth Dimitrieff, ou encore dans la commune rurale des populistes russes. En reconstituant ces trajectoires, Ross donne à voir la Commune de Paris comme une création politique originale, fermement hostile à toute bureaucratie, tout chauvinisme et tout républicanisme. La république universelle des communards n’a ni frontières ni État, elle est un principe d’association politique libre, fédérale, d’une nouvelle communauté politique sans maîtres. Et cette nouvelle communauté égalitaire n’était pas une utopie mais le présent historique de la Commune. Kristin Ross en restitue la puissance en associant les intuitions de Jacques Rancière aux analyses d’Henri Lefebvre et de sa Critique de la vie quotidienne.

La Commune fut une réinvention du quotidien, des Arts, du travail, dont le fondement était l’égalité des capacités et des intelligences. Pour l’illustrer, Ross éclaire l’ambitieux projet de réforme éducative et artistique de la Fédération des artistes – présidée par un certain Gustave Courbet et animée par l’auteur de l’Internationale, Eugène Pottier -, visant à protéger les artistes et leur autonomie, tout en encourageant l’enseignement polytechnique, la fin de la séparation entre art et artisanat, et l’embellissement de la vie quotidienne. "L’Imaginaire de la Commune" est autant un livre d’histoire des idées que d’histoire tout court.

JPEG - 23.5 ko

En exhumant l’originalité de la Commune, ses aspirations à un « luxe pour tous », Kristin Ross arrache la Commune de Paris à toute finalité étatiste, productiviste, d’un socialisme de caserne.

La Commune et ses « vies ultérieures » portent en elles une singulière actualité : elles marquent la naissance d’un mouvement paysan radical et écologiste avant l’heure, la « révolution de la vie quotidienne », ou encore les débats sur le système économique d’une société sans État.

Par ce geste, Kristin Ross libère la Commune de son statut d’archive du mouvement ouvrier ou de l’histoire de France, pour en faire une idée d’avenir, une idée d’émancipation.

Rencontre organisée en partenariat avec les éditions La Fabrique et animée par Olivier NEVEUX, professeur d’histoire et d’esthétique du théâtre à l’université Lumière Lyon-2, auteur de "Politiques du spectateur, les enjeux du théâtre politique aujourd’hui" (La Découverte, 2013) et "Théâtres en lutte ; le théâtre militant en France des années 1960 à nos jours" (La découverte, 2006).

Entrée libre

P.-S.

Professeur de littérature comparée à la New York University, Kristin Ross est notamment l’auteure de « Rimbaud, la commune de Paris et l’invention de l’histoire spatiale » (Les Prairies ordinaires, 2013) et « Mai 68 et ses vies ultérieures » (Agone, 2010).

samedi 28 février 2015

L’imaginaire de la Commune

15h00 - 18h00
Terre des livres

86 rue de Marseille - Lyon 7e

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>16 juillet 1942 : la police française livre des milliers de Juifs aux nazis

Le 16 juillet 1942, au petit matin, la police française s’est déployée pour arrêter 13 152 juifs : 8.160 d’entre eux ont été enfermés dans le Vélodrome d’hiver (10 boulevard de Grenelle), dont 4.115 enfants, tandis que les autres étaient concentrés dans le camp de Drancy, avant d’être envoyés vers les camps...

› Tous les articles "Mémoire"