La Commune n’est pas morte !

588 visites

L’année 2021 marquera le 150e anniversaire de la Commune de Paris. Depuis 1871, le souvenir du soulèvement de la population parisienne contre le gouvernement, en pleine guerre contre les États allemands coalisés, n’a cessé d’alimenter l’imaginaire des luttes du monde entier. Symbole de l’aspiration populaire à la justice et à la liberté, défendues les armes à la main, la Commune n’est pas morte.

Nous, habitants et habitantes de Paris et de sa banlieue, héritièr-es des combats pour l’émancipation menés par les Communard-es, appellons à une manifestation massive le samedi 29 mai à Paris, pour commémorer ce moment révolutionnaire et pour en faire revivre les idéaux.

Entre le 18 mars 1871, jour où les Parisien-nes se sont opposé-es aux troupes de Versailles venues les désarmer, et le 28 mai 1871, quand les dernièr-es combattant-es de la Commune sont massacrées par les troupes du régime républicain né sur les cendres de l’Empire, les aspirations du peuple de Paris ont pu se faire entendre grâce à une organisation politique basée sur la démocratie directe et l’autogestion. Les habitant-es de Paris ont mis en oeuvre des mesures de transformation sociale et politique : tentative de mettre en place un nouveau gouvernement, réquisition des logements vides, suspension des loyers et annulation des dettes locatives, interdiction du travail de nuit, réquisition des moyens de production abandonnés par les patrons, instruction gratuite, réorganisation du travail, égalité salariale hommes-femmes, reconnaissance de l’union libre... La mesure la plus radicale de la Commune fut la destruction de l’État bourgeois.

L’idée de Commune et l’imaginaire qui lui est associé sont porteurs d’un puissant idéal politique toujours d’actualité. Liberté, justice sociale et autonomie : des ZAD à Nuit Debout, des occupations de facs aux Gilets Jaunes, du Chiapas au Rojava, la Commune est assurément bien vivante dans les luttes sociales et les mouvements émancipateurs contemporains.

Ne laissons pas la mémoire de la Commune aux boutiquiers branchés qui s’en approprient l’identité pour poursuivre la gentrification de la capitale. Ne nous satisfaisons pas d’une commémoration culturo-universitaire, ni d’une montée au Mur animée par les sections locales des partis sociaux-démocrates. Défilons massivement avec nos envies, nos slogans et nos espoirs, pour les insurgé-es d’hier et d’aujourd’hui.

Les mauvais jours finiront !

Article publié sur Paris-luttes.info

P.-S.

Pour nous joindre : commune2021[chez]riseup.net

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Nestor Makhno, l’insurrectionnel, meurt le 24 juillet 1934

Le 27 octobre 1889, naissait Nestor Ivanovitch Makhno à Goulaï-Polé, (Ukraine), anarchiste ukrainien, dirigeant d’une armée insurrectionnelle la Makhnovchtchina. Luttant contre les armées allemandes, russes blanches et contre l’armée rouge, Nestor Makhno fut un ardant anarchiste du début du XXe...

>16 juillet 1942 : la police française livre des milliers de Juifs aux nazis

Le 16 juillet 1942, au petit matin, la police française s’est déployée pour arrêter 13 152 juifs : 8.160 d’entre eux ont été enfermés dans le Vélodrome d’hiver (10 boulevard de Grenelle), dont 4.115 enfants, tandis que les autres étaient concentrés dans le camp de Drancy, avant d’être envoyés vers les camps...

› Tous les articles "Mémoire"