La Place du Pont bloquée par les flics ce lundi 15 décembre

6629 visites
23 compléments

Opération de police le 15 décembre dans le quartier de la Guillotière pendant plus d’une heure...
Quelques arrestations. Des photos ici.

Aujourd’hui, lundi 15 décembre 2008, a eu lieu une opération de police dans le quartier de la Guillotière : un véritable filet, destiné à contrôler toutes les personnes présentes sur la place et qui sortaient du métro (lequel a été bloqué pendant toute l’opération qui a duré plus d’une heure). Par ailleurs, le tramway a aussi été bloqué, les TCL annonçant une manifestation pour justifier de l’interruption de service (toujours mieux que « descente de police » !). Concrètement, toutes les rues autour de la place du Pont (Gabriel Peri) étaient coupées (voir les photos). Peu de monde pour s’indigner de ce dispositif… Pas ou peu de médias. Par contre quand il s’agit d’arrêter des terroristes à Tarnac, ils sont bien prévenus, et participent aussi du spectacle. Ici, le spectacle était-il trop honteux ?

Toutes les personnes qui quittaient cette zone étaient systématiquement fouillées, et contrôlées. Et il était impossible de rentrer dans cette zone. Enfermées dehors en somme, enfermées chez soi, enfermées, enfermées… Mettre des frontières, des péages, des filets, partout où l’Etat juge ne pas tout contrôler, voilà la seule politique qui est prônée... et appliquée !

Bilan : on n’en sait rien si ce n’est qu’au moins 3 ou 4 personnes ont été embarquées dans les paniers à salade.

Re-bilan : au delà de l’indignation… pas de mots pour qualifier ce qu’on vient de voir ! Ça continue… ça continue : jusqu’où ?

JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.1 Mo

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 23 décembre 2008 à 21:30

    bonjour à tous,

    J’ai assisté aujourd’hui aussi à une arrestation d’une dizaine de personnes par toute une équipe de policiers sur le même lieu qui a été bloqué la semaine dernière.Les policiers ont des carnets remplis de fiches qui signalent des individus dit « en irrégularités »dont ils ont les noms prénoms adresses et même les numéros de portables.
    cela passe pour un contrôle de routine sauf que les personnes interrogées étaient alignées contre un mur ou une barre de métro en attendant je ne sais quoi.

    Pour avoir connu les raffles à Paris l’an dernier, je trouve ça dommage de voir que personne ne réagit,si chacun de nous commence à aller questionner les policiers à chaque fois qu’ils font des coups de forces comme cela si on leurs montre que ce n’est pas normal et encore moins acceptable on obtiendra peut être un changement.
    La Grèce s’est révoltée c’est un acte de courage qui s’est emparé d’un pays entier des villes jusqu’aux campagnes.Il est peut être temps pour les français de retrouver leurs vieilles valeurs celles qui ont fait d’eux un peuple libre et qui ont construits leur réputation dans le monde entier.

  • Le 22 décembre 2008 à 21:04, par I

    Madame Yamina LONGO, algérienne d’une trentaine d’année, demandeuse de titre
    de séjour est l’une des premières victimes connues de l’opération policière
    conduite le 15 décembre autour de la place Gabriel Péri à Lyon.

    Arrêtée lors de cette opération, cette jeune femme, fille de réfugié
    politique algérien, est depuis placée en rétention administrative au Centre
    de rétention de Lyon-St Exupéry. Ce mercredi après-midi, le Tribunal
    administratif, statuant en urgence, a validé l’arrêté d’expulsion du
    territoire pris par le Préfet.

    Nous étions quelques uns à ses côtés, dont son compagnon résidant
    régulièrement en France depuis plus de trente ans, des membres de sa
    famille, Sophie SENOUCI adjointe au Maire de Vaulx en Velin , et l’avocate
    Me BARLATIER.
    Ce jeudi 18 Décembre, Madame LONGO, sera présentée au Juge des Libertés et
    de la Détention, au Palais de Justice, Rue Servient, à 9h30.
    Il se pourrait que d’autres personnes sans papiers également interpellées
    lundi soient également déférées devant le JLD.

    Monsieur EL KHOBZI, ouvrier du bâtiment, compagnon de madame LONGO, et qui a
    en cours un dossier de naturalisation sera présent et pourra expliquer
    comment il ressent cruellement la décision préfectorale.

    Ce couple, qui a pu récemment se loger à Vaulx en Velin, après pas mal de
    galères, nourrissait plein de projets.

    Précisons que Madame Yamina LONGO avait déposé, dans le délai légal de un
    mois, un recours contre l’obligation de quitter le territoire français
    (OQTF) pris à son encontrepar le préfet du Rhône le 29 octobre dernier : le
    Tribunal administratif devait en débattre en procédure normale le 27 janvier
    prochain.

  • Le 21 décembre 2008 à 20:27

    oui alors t’es gentil mais évidemment qu’on leur a demandé pourquoi ils étaient là, et évidemment qu’ils vont pas nous donner la vraie raison et encore moins nous présenter leur ordre de mission

    quand t’as 100 flics devant toi et que tu te retrouve le seul con ou la seule conne a gueuler contre ce qui se passe sous tes yeux, c’est pas dans ces moment là que les flics sont le plus coopérants ou procéduriers

    on a des droits, eux ont des devoirs, et on voit bien ce que ça donne .......

  • Le 21 décembre 2008 à 12:03

    et personne ne pense à demander l’ordre de mission des ces messieurs ?

    que je sache, ils ne font pas ça sur un coup de tête : ils ont reçu un ordre écrit qu’ils sont censés présenter sur demande d’un citoyen !!! (surtout vu le déploiement important de personnel)

    vous avez des droits, faites les respecter !!!

  • Le 20 décembre 2008 à 22:58, par Assaira

    Ne nous indignons pas !
    Restez digne !
    Je suis avec vous à priori, je vais voir si il s’agit d’un combat non-violent sur les liens et je suis prêt à participer à une lutte pour la dignité humaine. Ceux qui ont pris le pouvoir vont trop loin et sont dangereux pour la démocratie, la liberté, pour lesquelles nos ancêtres se sont sacrifié et que l’on fait semblant de commémorer.
    Il faut dire et faire en sorte que les droits de l’homme ne sont pas un obstacle à la prospérité économique et à la diplomatie.
    Merci, ah ça ira...

  • Le 18 décembre 2008 à 16:39

    Tu peux préciser ???

  • Le 18 décembre 2008 à 16:33

    Si les théories du complot qui n’ont personne d’autre à combattre que les franc-maçons (qui sont bien sûr supposés nous manipuler depuis plusieurs siècles) pouvaient rester en dehors de ce site et de nos vies, ce serait très aimable. Merci.

  • Le 17 décembre 2008 à 20:53

    Gabriel Peri a été fusillé le 15 DECEMBRE 1941 par les nazis. Etonnante coincidence !

  • Le 17 décembre 2008 à 20:28

    Il est extrêmement difficile, dans notre beau pays des libertés, de nouer des discussions avec les gens, même en privé, ayant des sujets politico-économiques. La méfiance est de mise. La discussion est souvent abandonnée ou esquivée. Les faits divers qui s’accumulent au fil des jours ne sont commentés que par la paraphrase des articles des journaux gratuits. Fort ennuyeux et peu instructif : ceci dit, aussi formatée et contrôlée que peut être l’information « légale », rien n’empêche aux gens d’entrecouper eux même les faits et d’émettre des hypothèses . ceci s’appelle l’intelligence, l’esprit critique. D’autres diront de la paranoïa ou de l’extrémisme.

    Je pense qu’il faudrait « enlever » la chape « morale » qui empêche les gens de penser et d’exercer l’esprit critique. C’est une nécessité vitale.

  • Le 17 décembre 2008 à 14:29

    Aujourd’hui 15 décembre vers 14h30, le quartier de la guillotière a été
    complètement bouclé pendant 1 heure par la police nationale. J’ai assisté en
    direct au déploiement impressionnant des « forces de l’ordre » et en 2 min
    tous les accès à la guillotière étaient bloqués par les flics. Police
    nationale, BAC, PAF, Douanes, brigade cynophile en tout environ une 20aine
    de voiture de police au moins et entre 50 et 100 agents sur la place. Ce que
    j’ai vu après n’a qu’un nom : RAFLE. Les flics sont rentrés dans les
    commerces (café d’algérie, Call box, Mc do...) et on procédé à un contrôle
    d’identité et une fouille au corps sur TOUS les clients. Pendant ce temps
    les autres flics postés aux barrages ont annoncé que PERSONNE ne sort du
    quartier sans avoir montré une pièce d’identité et s’être fait fouillé,
    résultat les gens faisaient la queue devant les différents checkpoints pour
    sortir. Du jamais vu !! J’ai vu au moins 3 personnes se faire interpeller et
    être embarqués illico presto en fourgon. Les flics ne sont partis que
    lorsque l’ensemble des personnes présentes sur la place est été fouillé...
    Bref ce type d’opération quasi militaire ne fait que jeter de l’huile sur le
    feu et faudra pas pleurer le jour ou ca va péter...

  • Le 17 décembre 2008 à 13:02, par FOXAFUZ

    Je n’ai pas vu les événements relatés dans une « autre » type de presse.
    L’évidence est simple,criante et peut être expliquée : LE PEUPLE

    Pour pouvoir effectuer de tels opérations la police ou l’état doit se prémunir de la réaction du peuple. (Contrôle de masse)

    Nous avons tous plus au moins vu des passants ou de simples personnes s’interposés contre les forces de l’ordre sur des actions qui leur semblaient et de toute évidence injuste de notre société.
    Ces « révoltes humaines » seront beaucoup plus fréquentes dans un futur très proche. Et l’ETAT le sait très bien.

    Dans ce cadre là (INTERVENTION SURPRISE et peut être nécessaire), Notre état "SOUVERAIN sait très bien qu’il ne pourront jamais contenir une foule qui se soulève, sans faire de bavures très graves.

    Pour finir, je glisse un petit mot doux, à nos chères journalistes qui se prélassent dans leur petits cocons bien douillets sans faire leurs boulots :
    « vous êtes de plus en plus à la botte des ’PUISSANTS’, mais viendra un jour où il faudra faire le choix entre les sirènes attirantes de notre état et faire votre travail de »JOURNALISTES".

    Un ordre nouveau verra le jour qu’on le veuille ou non !!!!
    Notre devoir et que ce monde soit juste pour nous, êtres humains !!!

  • Le 17 décembre 2008 à 00:07, par Valentin

    Bonsoir,

    Habitant à la Guillotière, hier en sortant de chez moi, j’ai vu une horde de policiers qui bloquaient toutes les rues alentours.
    La place Gabriel péri, habituellement en perpétuelle mouvance, était figée.
    Certaines personnes parlaient d’expulsion de sans papiers, d’autres d’une opération menée contre des menaces terroristes.
    J’ai pu prendre le métro non sans être fouillé de haut en bas par un policier accompagné de ses pairs. Ils étaient au total quatre à surveiller une seule des quatre entrées du métro.
    Un d’entre eux m’a ensuite demandé une pièce d’identité et a relevé mon nom, prénom ainsi que ma date de naissance sur un petit carnet. J’étais outré !
    J’ai ensuite demandé au policier quelle était la nature de l’action, j’ai eu le droit à : « c’est un simple contrôle de routine ».
    Drôle de routine !

  • Le 16 décembre 2008 à 22:13

    Mouais.

    Le truc qui m’a fait (nous a fait) bien halluciner le soir de la fête des lumières, ce n’est pas du tout le nombre de flics ou de CRS.
    Mort de rire.

    C’est le nombre, incroyable, de jeunes gars de la sécurité de Byblos.
    Connaissez Byblos ?

    Boîte de sécu privée privée, employée par la mairie de Lyon pour remplir des fonctions de Police Police sur des espaces Publics Publics.

    Si ça, ça ne vous met pas en rage, il ne reste plus rien pour vous émouvoir.

    Et ce n’est pas une première. Je me rappelle que cette boîte de sécu était déjà fortement présente aux nuits sonores de l’an dernier, donc sur une manifestation publique.

    Je m’arrête là avant de partir en vrille.

  • Le 16 décembre 2008 à 21:59, par chab

    Il est vraiment nécessaire d’éviter un sentiment de résignation. C’est exactement l’effet recherché, mis en place par un enchaînement de plus en plus rapide des événements économiques, politiques et judiciaires.

    La première étape est de ramener dans le débat public - celui de tous les jours, que ce soit à la machine à café ou entre amis à l’apéro - l’interrogation sur les origines des comportements aberrants actuels, qu’ils soient individuels, collectifs, économiques, politiques, judiciaires, etc..., et sur les actions entreprises pour trouver des mécanismes viables aux problèmes : certaines sont encore à l’étape de réflexion, d’autres à l’étape de conception et quelques unes sont déjà en place.

    Nous ne sommes pas isolés les uns des autres : nous partageons, avant même nos caractères individuels, les mêmes aspirations d’un bout à l’autre de la terre et essentiellement les mêmes pressions. Partager les points de vue a comme premier effet de le constater.

    Quelques points d’entrée pour commencer à s’informer : Maastricht - Aricle 104, Les Banksters, Capitalism and Other Kids’ Stuff, Zeitgeist : Addendum.

  • Le 16 décembre 2008 à 13:59

    « On a l’impression que chaque situation pourrait dégénérer à tout moment. N’importe quoi ! »

    Bé oué, chaque situation peut dégénérer à tout moment.

    « De quoi les autorités ont elles peur ? De son peuple ? De nous, de vous ? »

    Bé que ça dégénère, que ça se révolte, que ça conteste, que ça se rebelle un peu partout, que ça désordonne, que ça dévie, que ça fasse peur, que ça violente, que ça se voye, puis que ça clandestine, que ça révolutionne, que ça s’unisse, que ça leur pète à la gueule.

  • Le 16 décembre 2008 à 13:41

    Pour finir on apprend dans l’article du Progrès que des détectives privés (payer par le n°2 mondiale du tabac) ont planqué pendant plusieurs semaines place du pont pour « démanteler » un réseau de revente de clopes. On apprend que chaque jour 50 cartouches sont revendu dans le quartier. (soit un « butin » de 1750 euros)

    Si c’est vrai ça veut dire que la police peut faire une opération de contrôle, fouille, etc... sur des indications d’une police privé, payé par une multinationale... et priver les habitant-es de leur liberté de circuler pendant une heure pour, je le répette , 50 cartouches... C’est vraiment très grave !

    Mais promis les lardus n’en n’ont pas profité pour embarquer des sans-papiers... On nous prend pour des cons...

    P.S : Rien n’avoir avec l’importance de la question des migrant-es ; mais avec la pauvreté qui grandi et les paquets de clopes qui ne cessent d’augmenter faut pas être surpris si ça engendre du marché noir...

  • Le 16 décembre 2008 à 13:28

    D’après Le Progrès, une dizaine de personnes ont été interpellé. Toujours d’après ce torchon le but n’était pas de traquer des sans-papiers mais de lutter contre le trafic de stupéfiant et de cigarette (sic)...

    Comme si nous étions dupe... toujours d’après le même journal, le but était aussi de marquer les esprits (re sic)...

    Mais c’est quoi ce pays ? De plus en plus nous vivons vraiment dans un État policier. y avait qu’a voir pendant la fête des Lumières le nombre de CRS dans les rues ou encore les dizaines de flics en tenue anti-émeute posté dans les stations de métro... ou encore il suffit de se balader en Presqu’ile quand un rassemblement est prévu pour voir le nombre incroyable de camionettes de CRS... ( c’est à dire presque tous les jours en ce moment). On a l’impression que chaque situation pourrait dégénérer à tout moment. N’importe quoi !

    De quoi les autorités ont elles peur ? De son peuple ? De nous, de vous ?

    J’ai de plus en plus de mal à supporter ça...

  • Le 16 décembre 2008 à 11:08, par metalleux

    salut, j’étais présent 15h, en effet, la police refusait de nous donner un justificatif d’une telle opération, ni la douane. Une personne à côté de moi a filmé avec son téléphone, un baceux ets venu lui rappeler que c’était uniquement pour une utilisation personnelle. puis la personne s’est fait embarqué de force par 2 mecs de la bac, mis à l’écart sur le côté : « viens on va discuter ! » fouille de la sacoche, contrôle d’identité, prise d’adresse, nom et prénom. commentaires agressifs : « tu fais ton chaud là, tu sais même pas dire ton adresse dans le bon ordre ! tu crois tout savoir, tu fais le malin ! » le deuxième : « si je retrouve ma gueule sur internet, je t’embarque, on te retrouvera ! » à la fin, il rend la carte d’identité à la personne, et lui dit : « c’est bon on t’a pas violenté ?!? on t’a pas frappé ? t’iras le dire à tes potes ! » un autre rétorque : « on a pas encore le droit de frapper, mais quand ça arrivera... »

  • Le 16 décembre 2008 à 10:37, par chab

    Il est vraiment nécessaire d’éviter un sentiment de résignation. C’est exactement l’effet recherché, mis en place par un enchaînement de plus en plus rapide des événements économiques, politiques et judiciaires.

    La première étape est de ramener dans le débat public - celui de tous les jours, que ce soit à la machine à café ou entre amis à l’apéro - l’interrogation sur les origines des comportements aberrants actuels, qu’ils soient individuels, collectifs, économiques, politiques, judiciaires, etc..., et sur les actions entreprises pour trouver des mécanismes viables aux problèmes : certaines sont encore à l’étape de réflexion, d’autres à l’étape de conception et quelques unes sont déjà en place.

    Nous ne sommes pas isolés les uns des autres : nous partageons, avant même nos caractères individuels, les mêmes aspirations d’un bout à l’autre de la terre et essentiellement les mêmes pressions. Partager les points de vue a comme premier effet de le constater.

    Quelques points d’entrée pour commencer à s’informer : Maastricht - Aricle 104, Les Banksters, Capitalism and Other Kids’ Stuff, Zeitgeist : Addendum.

  • Le 16 décembre 2008 à 01:27, par I

    - « scandaleuse opération policière » : les opérations de police sont scandaleuses par nature, non ?

    - indignation : je cite 2 de vos articles

    • https://rebellyon.info/article5710.html#EnRoute :
      ’Il n’y a pas à s’indigner du fait que s’applique depuis cinq ans une loi aussi notoirement anticonstitutionnelle que la loi sur la Sécurité quotidienne. Il est vain de protester légalement contre l’implosion achevée du cadre légal. Il faut s’organiser en conséquence.’
    • Appel :
      ’Devant l’évidence de la catastrophe, il y a ceux qui s’indignent et ceux qui prennent acte, ceux qui dénoncent et ceux qui s’organisent.
      Nous sommes du côté de ceux qui s’organisent.’

    Plus loin :

    ’La manifestation, l’action à visage découvert, la protestation indignée sont des formes de lutte inadéquates au régime de domination actuel, le renforcent même, en nourrissant d’informations mises à jour ses systèmes de contrôle.’

    Tout ça pour dire qu’il n’y a pas de police ’démocratique’ ou à visage humaine ou ’mettez les mots qui vont bien’, c’est un des fonctionnements normales, admis, autorisés, quotidiens (j’ai bcp d’exemples si vous voulez, surtout en banlieue toulousaine), etc ...

    La police c’est potentiellement, légalement et démocratiquement cela, rien ne sert de crier au fascisme, il faut lutter à point.

  • Le 15 décembre 2008 à 20:04

    Je pense que ce genre d’opération a pour but de montrer que les flics sont la : la population est en liberté surveillée et qu’elle le sache ! C’est aussi une provocation orchestrée pour voir qui proteste ou se rebelle.
    De toute manière, cette escalade ne s’arretera jamais. Le harcelement policier ne fera que croître. Il me parait de plus en plus évident qu’il y aura également une opposition
    marginalisée -certes- mais de plus en plus violente. Le système n’attend que ça d’ailleurs.

    Je suis résigné et désabusé. Du haut de mes 30 ans seulement, je me sens vieux : je peux peut être sauver ma peau dans cette « société ». Mais les plus jeunes ? Dans quel monde vivront - ils ?

  • Le 15 décembre 2008 à 19:02, par Catherine

    Bonsoir,

    Je suis passée par la place du pont vers 15 heures. Impossible d’obtenir de véritables informations auprès des policiers. Quand la "barrière" (une ficelle rouge et blanche) s’est levée, je suis allée voir les douaniers. Voici l’entretien incongru que j’ai eu avec eux :
    « Pouvez-vous m’expliquer le but de cette opération ?
    le douanier : Nous traquons les receleurs de vélos (petit sourire fier car c’était une blague, bien sûr, j’étais en vélo). D’ailleurs, vous n’avez pas de plaques ??
    Non mais sérieusement, pouvez-vous me donner des explications sur ce qui vient de se produire ?
    le douanier : Nous sommes place du pont, vous trouvez ça choquant ?
    Moi : ça quoi ?
    un autre douanier : Revenez lundi prochain, nous recommençons ! »

    Et ils sont partis, sans me donner un soupçon de réponse...J’étais suffoquée. Effectivement, les gens étaient plutôt calmes, car ils ne comprenaient rien. Une fille a dit, dépitée, "c’est la France d’après".

  • Le 15 décembre 2008 à 17:55

    sur la dernière photo, ça se voit pas de loin, mais sur le panneau publicitaire est affiché un article des droits de l’homme....

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>Appel à témoin - Zaâma d’banlieue et JALB

Dans le cadre d’un projet d’exposition multimédia autour des luttes des populations de l’immigration post-coloniale dans l’agglomération lyonnaise depuis les années 70, nous recherchons des personnes ayant été membres ou proches des collectifs Zaâma d’banlieue et/ou JALB (Jeunes Arabes de Lyon et sa...

>Causerie du mardi aux Clameurs, mardi 17 septembre

Comme d’habitude, il sera question d’actualité ! L’expulsion de l’amphi Z, l’affaire Balkany, les drones en Arabie Saoudite, les extra-terrestres... ce qui n’exclut pas vos propositions ! Mardi 17 septembre de 19h00 à 22h30 au bar fédératif les...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"