La police éborgne encore. Dimanche 15 juillet, un lyonnais de 17 ans a perdu un œil après un tir de flash-ball

7661 visites
3 compléments

Comme des dizaines de milliers de personnes, Joachim, 17 ans, faisait la fête dimanche 15 juillet pour célébrer la victoire de l’équipe de France en coupe du monde. Sa soirée a viré au tragique quand une balle de flash-ball lui est arrivée en plein visage.

  • Le 15 juillet, la police grenobloise a mutilé Maxime, 22 ans, d’un tir de flash-ball

    Il n’y a pas qu’à Lyon que les flics se sont lâchés après la victoire des bleus. À Grenoble, un tir de flash-ball a eu les mêmes conséquences qu’à Lyon : un jeune homme a perdu un œil. C’est France info qui relate les faits (avec un style bien policier) :

    Cet homme, un ouvrier prénommé Maxime, était venu fêter la victoire des Bleus et s’est retrouvé à proximité d’affrontements, lorsque des casseurs se sont mêlés à la foule pour en découdre avec les forces de l’ordre. Ils ont envoyé des projectiles sur la police, qui a répondu avec des tirs de gaz lacrymogène et de Flash-Ball. (...)
    Les pompiers ne pouvant pas se déplacer sur les lieux, « Maxime a dû marcher, avec un t-shirt sur son œil, jusqu’à la caserne et après on l’a emmené au CHU. Il a déjà subi une opération, il doit en subir une autre prochainement. Mais les médecins sont formels, Maxime a perdu la vue avec cet œil-là. Il a perdu un œil, à 22 ans, parce qu’il était venu simplement fêter les Bleus ! », déplore son avocat.

    Maxime a déposé plainte. Depuis 2007, il est la troisième personne à avoir perdu un œil de la sorte à Grenoble.

La balle lui a éclaté l’orbite et lui a enlevé son œil gauche. C’est France 3 Rhône-Alpes qui raconte :

Joachim D., 17 ans, a perdu un œil, son œil gauche, dimanche dans les incidents qui ont immédiatement suivi la fin de la retransmission France-Croatie dimanche à Lyon. (...)
Joachim se trouvait au pied de la statue de Louis XIV quand il a reçu un projectile en plein visage. Sans doute une balle en caoutchouc tirée par les forces de l’ordre. (...)
Joachim, encore sous le choc, a témoigné sur son lit d’hôpital. Il ne sera pas opéré tout de suite. La gravité de ses blessures suppose l’intervention d’un chirurgien spécialisé dans la reconstruction faciale. (...)
L’orbite éclatée, Joachim a quand même pu expliquer aux policiers les moments qui ont précédé sa blessure. Des tirs de gaz lacrymogène par la police , un mouvement de panique, et ce dernier moment où il porte assistance à une maman en difficulté avec sa poussette. Et c’est là qu’il se retourne pour être frappé en plein visage. Joachim a aussi reconnu qu’il avait lancé lui-même des projectiles. Ce qui lui a peut-être valu d’être repéré, compte tenu de sa grande taille, et ciblé à son tour par les forces de l’ordre.

Joachim est malheureusement le dernier d’une longue liste de victimes du flash-ball, éborgnées pour nombre d’entre-elles. Les militant·es et les comités de soutien aux nombreux mutilé·es et blessé·es dénoncent la dangerosité de cette arme dite « non létale » depuis longtemps. Elle a récemment été pointée par le Défenseur des droits, Jacques Toubon, qui préconisait en janvier son interdiction dans le cadre des opérations de « maintien de l’ordre » en raison des "risques disproportionnés" que ses tirs font courir. Les victimes des tirs de flash-ball sont souvent des militant·es ou des supporter·es de foot.

L’IGPN (l’Inspection Générale de la Police Nationale) a été saisie de l’affaire survenue dimanche 15 juillet. Mais les arguments policiers se répandent déjà dans la presse. Si Joachim a perdu un œil c’est parce qu’il se serait rendu coupable de faits « pénalement répréhensibles » précise « une source proche de l’enquête » à France 3. Quelques jours après le drame, la police commence déjà à justifier l’injustifiable : avoir mutilé à vie un mineur.

Bilan lyonnais de la coupe du monde : des lacrymo par centaines et de la prison ferme

La lecture des comptes rendus d’audience des comparutions immédiates du 17 juillet est fort instructive. LyonMag nous apprend que plus de 1 000 grenades lacrymogènes ont été lancées dimanche soir à Lyon, après la finale de la coupe du monde. On comprend désormais mieux l’énorme panache de fumée qui (...)

18 juillet
Histoire, technique et business des armes dites « non létales »

La question du Flash-ball revient en ce moment à la une de l’actualité avec la police municipale de Lyon notamment la GOM qui possède déjà 15 Flash-ball, sera en grève lundi pour obtenir des armes de poing et les Républicains de Villeurbanne qui poussent toute les semaines cette question au conseil (...)

8 juin 2015

P.-S.

En lien avec cet article, on pourra lire « Autopsie des techniques policières et journalistiques pour maquiller les violences policières » sur Paris-Luttes.info.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 21 juillet à 16:29, par caissedeso

    Si vous avez été témoin ou victime de violences policières ce 15 juillet après la victoire de l’équipe de France de football, vous pouvez contacter la Caisse de Solidarité (06.43.08.50.32 caissedesolidarite(arobase)riseup.net) pour témoigner.

  • Le 20 juillet à 18:30, par P’tit Louis

    Et au même moment le sinistre Gégé twitait :

    « Ils n’ont pas de crampons et pas de numéro sur leur maillot. Mais ils portent chaque jour haut les couleurs de la France. Ce sont, tout simplement, nos héros du quotidien. Respectez-les, comme vous respectez l’équipe de France. #FiersdetreBleus #FRACRO »
    Gérard Collomb‏Compte certifié @gerardcollomb

    Histoire de continuer à couvrir les mutilations et autres actes des flics...

  • Le 20 juillet à 15:53, par

    Ces derniers jours les mutilations aux flashball/LBD se sont multipliées sur fond de victoire de l’équipe de France. A Lyon, Grenoble et aussi à Villeneuve-la-Garenne pour les affaires qui sont relayées dans la presse. Dans les trois cas nous apprenons qu’une plainte a été déposée.
    Il y a quelques semaines trois policiers étaient acquittés après avoir blessé une mère de famille avec une grenade à Villemomble en 2013.
    Nous tentons de faire parvenir ce message aux personnes blessées. Merci de leur faire suivre l’info si vous les connaissez, ou de faire circuler.
    la suite ici :

    https://faceauxarmesdelapolice.wordpress.com/2018/07/20/pour-ceux-qui-sont-mutiles-par-des-flashball-un-conseil-juridique/

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

>Salut Charlie ! Ceux qui vivent sont ceux qui luttent

Charlie Bauer a cassé sa pipe dimanche 7 août 2011. Fait chier. Un petit docu, « Charlie Bauer, Marathonien de l’Espoir » lui avait été consacré il y a quelques années, l’occasion de revenir sur son parcours entre banditisme et révolution. Repose en Guerre Camarade ...

> Tous les articles "Répression - prisons"
}