Le Bugey C’Trip, festival « culturel et enragé », mais quand même pas féministe (faut pas exagérer)

1541 visites
1 complément

Au Bugey C’Trip, festival qui se veut militant, des membres de l’organisation soutiennent des harceleurs qui sévissent dans leurs concerts...

Ce weekend avec quelques amiEs on s’est dit qu’on ferait bien un petit tour en festival, le Bugey C’Trip c’est militant, ça va être sympa, et puis la prog avait l’air vraiment chouette. Effectivement on s’enjaille bien, on pogote sur le ska, les sandouiches à la saucisse sont délicieux. Mais alors même que je tapais du pied devant le sound system, voilà qu’arrive une chose somme toute assez commune lorsqu’on est une femme : un type vient se coller à moi et me lance un subtil « alors, tu aimes bien pogoter ? ». Je lève les yeux, lui réponds calmement « oui, et alors ? » et m’écarte de lui. Plutôt que de s’éloigner en se disant que sa drague subtile n’a pas fonctionné, et qu’il devrait peut-être tenter une autre méthode, il revient, et devant ma mine morose à sa vue, me dit de sourire, en me montrant l’exemple. Je lui fais non de la tête. Mais Monsieur refuse de se laisser abattre et reviens, une fois, deux fois, six fois en fait. A la septième tentative d’approche ma patience a des limites et je le repousse de la main.

Du coup avec les copainEs on va le voir pour lui dire d’arrêter et de partir, et on le signale aux personnes de l’organisation du festival. Quelle n’est pas notre surprise lorsque nous nous entendons dire (nous étions plusieurs, dont des témoins oculaires directs) qu’ils ne peuvent pas lui dire de partir, parce qu’il n’y a pas de preuves et que c’est « sa parole contre la votre ». Il m’est donc sympathiquement conseillé de passer mon chemin, et de l’éviter puisqu’il est relou. C’est normal, je n’ai qu’à pas le tenter par ma présence provocatrice. C’est vrai, quand même, en portant un sweat à capuche je l’ai un peu cherché. On me dit également qu’il faut le comprendre parce qu’il a bu, et que moi aussi, donc bon, ça n’est pas important. Il est bien connu qu’on a le droit d’être sexiste dès qu’on est saoul.

Il est inacceptable que dans un festival militant, face à une situation de harcèlement sexuel, ce soit la victime qui doivent courber l’échine et s’en aller. Est-ce si compliqué de dire à un homme coupable de ce genre de fait de quitter le concert ? Est-ce si difficile de comprendre la peur que cela distille dans l’esprit de la victime ? La détresse qui en découle, l’injustice de la solidarité patriarcale sont choquantes de la part d’un festival qui se réclame de valeurs progressistes et d’une volonté de réfléchir au monde dans lequel nous vivons.

Je ne blâme pas ici l’ensemble du festival, que je fréquente depuis plusieurs années déjà, mais il serait souhaitable que ce genre de situation soient réfléchies et gérées d’une manière moins sexiste à l’avenir. Ou alors le festival risque de se vider d’une bonne partie de ses participantes, et également des participants qui se sentent un minimum solidaires du sexe opposé.

Une meuf qui en a marre

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 2 juin 2016 à 10:44, par Eli

    Salut les ami.e.s,

    Merci pour l’info, j’ai remarqué aussi quelques comportements légèrement « relou » aussi ! Comme tu l’explique l’argument du « c’est parce qu’il était saoul » c’est toujours le même, pourtant quand j’ai bu je ne deviens pas sexiste ou raciste ou autoritaire juste parce que j’ai bu, même si bien sûr l’alcool peut altérer certains sens ou comportements.
    Si vous êtes de l’Ain ce serait cool de se rencontrer sinon bah on se donne rendez-vous au prochain festoch l’année prochaine et on organise un piquet de grève face au comportements altérer par les substances, parce que c’est bien de faire la fête mais est-ce une excuse pour ne plus être conscient de ce que l’on fait au point de se trouver dans un festival militant comme un intrus ?

    Au plaisir de vous rencontrer (si c’est pas déjà fait)
    Eli

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

>La Décroissance, ce journal que nous n’achèterons pas

Le journal « La décroissance, journal de la joie de vivre » édité à Lyon, lié à l’association Casseurs de pub, se veut un journal critique de la consommation, prônant une société de partage et de sobriété. Mais ce partage ne se veut pas avec tout le monde. Cela fait de nombreuses années que ce journal diffuse...

› Tous les articles "Rapports sociaux de genre"

Derniers articles de la thématique « Fêtes - Festivals - Vie du mouvement » :

>Jeudi 11 juillet : la police fête « encore » la CAN à sa manière...

Comme dimanche dernier, la fête qui suit la victoire des équipes nationales d’Algérie et de Tunisie dans la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) commence avec klaxons et feu d’artifice, pour finir avec des gyrophares, des gazs lacrymogènes, des coups de matraque et des tirs de LBD. Retour sur une fête...

› Tous les articles "Fêtes - Festivals - Vie du mouvement"