Le journal des grévistes de Lyon 2

3927 visites
Novembre2007-...(LRU et retraites) 5 compléments

Le journal de la commission de communication mandatée par l’AG sort le journal. Le voici.

Journal des étudiants grévistes de Lyon 2
LIBERTE EGALITE FRATERNITE N°1
« Quand nos gouvernements violent les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple le plus indispensable des droits et le plus sacré des devoirs [1] »

Sommaire du journal - (clic) :

-  Edito
-  Les décisions de l’assemblée générale grévistes du 14/10
-  L’assemblée générale du personnel de Lyon II
-  La manifestation de mercredi
-  L’A.G. des anti-blocages
-  Les liens de l’université avec l’extérieur
-  Créer des liens
-  Des vrais chiffres
-  Compte rendu de l’AG des quais du 15/11/07
-  Ce qui a été dit par les journaux hier et aujourd’hui
-  Contacts

Edito

Depuis maintenant cinq jours, nous, grévistes de l’université Lyon II, occupons et bloquons le campus de Bron sur décision de l’Assemblée Générale (A.G.) du jeudi 8 novembre (600 personnes environ), décision reconduite lors de l’A.G. du lundi 12 novembre pour une semaine (1500 personnes environ).
Et ce n’est pas par plaisir.
Nous tenons à rappeler à tous les étudiants que la mise entre parenthèses momentanée de notre liberté d’étudier vise à préserver notre droit à l’éducation, droit jeté aux oubliettes par la loi Pécresse. Nous ne voulons pas que demain la rentabilité devienne le souci principal de l’université, et fasse de l’étudiant une simple « variable d’ajustement » de notre système économique.
Les jeunes sont l’avenir de notre pays, comment croire que nous pourrons avancer en les privant de leur liberté intellectuelle à travers la fermeture imminente de certaines filières ?
Les conflits s’accumulent. Il est évident que tous ces mouvements de protestation reflètent un mal-être profond de notre société, et ils n’ont en aucun cas pour but de prendre en otage la population, mais seulement de se faire entendre.
Pour notre part, nous luttons pour un enseignement laïc, gratuit, public et surtout ouvert à toutes et à tous, institution qui s’inscrit dans la tradition de l’école républicaine.
Rappelons-nous que son but premier était de mettre tous les individus sur un pied d’égalité vis-à-vis du savoir, tout en éduquant les citoyens de demain.
Aujourd’hui le gouvernement remet en cause ces principes fondamentaux, comme il remet en cause la plupart des acquis sociaux.
Nous désirons avancer, mais il est indispensable de réfléchir au chemin que l’on s’apprête à emprunter.
Les choix du gouvernement sont chaque jour rejetés aux quatre coins de la France. Il est temps pour nous, tous ensemble, de reprendre notre avenir en main.

Rendez-vous ...

Aujourd’hui, vendredi 16 :
-  Manifestation avec les cheminots : Part-Dieu – 11H00 Si la préfecture n’accepte pas les parcours, il sera quand même fait.
A venir :
-  Grande manifestation le mardi 20 : Jean-Macé – 10H30
-  Manifestation le 18 à Lyon II berges du Rhône à midi.

Les décisions de l’assemblée générale grévistes du 14/10 :

- Création de la commission d’information de l’occupation, organe mandaté pour gérer l’information vers l’extérieur.
- Elections des représentants pour les A.G. du personnel de l’université.
- Elections de représentants pour faciliter la communication avec l’administration.
- Organisation d’une réunion et d’un espace de discussion ouvert à tous ce vendredi 16 à 10h
- Vote du principe de désignation de 5 représentant pour faire entendre notre voix à la coordination nationale des étudiants qui se tiendra ce week-end à Rennes.

L’assemblée générale du personnel de Lyon 2 :

Hier a eu lieu l’assemblée générale du personnel de l’université lumière Lyon 2 a 12h00 au sein du campus de Bron. Voici les points important qui y ont été abordés :
- Tout d’abord l’adoption d’une motion en block où l’on retrouve notamment l’opposition formelle a la loi Pécresse, a toute forme d’intervention policière au sein du campus et a un appel auprès de l’administration pour une journée de banalisation ou les professeurs interviendraient auprès des étudiants pour expliquer la loi et ouvrir le dialogue.
- Ensuite il a été longuement discuté de la légitimité de l’occupation des locaux de nuit, ainsi que de la sécurité du personnel notamment par rapport au blocage total des accès au bâtiments.
Renaît a nouveau un débat pour ou contre le blocage au sein du personnel comme il existe déjà entre les étudiant. Outre la question de la légitimité de ce débat, il faut noter que le personnel de la faculté est fortement divisé sur ce sujet.

La manifestation de mercredi

Le rassemblement s’est effectué sur la place bellecour hier à 14h où nous étions environ un millier, principalement étudiants, mais avec le soutien de quelques lycéens et cheminots. Entourés par les « forces de l’ordre » pour l’occasion en sur nombre, nous avons défilé jusqu’à l’université lumière Lyon 2 sur les quais en passant par l’Hôtel de ville. La manifestation s’est déroulée dan s le calme, malgré les nombreuses provocations (policières et autres), pour se terminer par la tenue d’une assemblée générale (voir rubrique correspondante). A noter, la présence de cheminots qui n’ont donc pas suivi les directions syndicales.

- L’A.G. des quais :

Suite à la manifestation, une AG ville s’est tenue à l’université dans l’amphithéâtre Laprade. 450 personnes, dont une majorité d’étudiants (Lyon 3 y était aussi !), quelques cheminots, enseignants et lycéens étaient présents pour faire vivre les débats.

Plusieurs interventions ont mis en valeur la nécessité d’unité, d’action et d’information pour étendre le mouvement. Il a notamment été souligné que seule la présence physique aux AG serait considérée comme « légitime » et « démocratique ». Le vote par informatique proposé sur le forum du Web Etu ( site Internet de l’université) pour se prononcer favorable ou défavorable au blocus sera donc soumis au boycott.

Plusieurs salariés sont intervenus pour faire part de leur soutien et insister sur le lien nécessaire à établir entre salariés et étudiants. Quelques anti-bloqueurs ont aussi pu s’exprimer, malgré des huées condamnées par la grande majorité des étudiants mobilisés. Un représentant n’a pas nié qu’un usage de la force pourrait être employé a l’encontre du blocage.
La question du blocage du campus des quais de Lyon 2 a été tranchée hier lors d’une AG qui s’est tenue à 13h sur les quais (cf. fin du journal). Il a aussi été voté l’occupation des amphis pour permettre à tous les étudiants d’assister à l’AG.

L’A.G. des anti-blocages

Les partisans de l’anti-blocage qui se sont rendus sur le campus
de Bron pour y tenir une assemblée générale ont été reçu par les grévistes en leurs qualité d’étudiant. il a alors été mis a leurs disposition un amphithéâtre pour leur permettre de débattre. Composé d’environ une quinzaine d’étudiants, cette assemblée générale a été reconduite du à l’étonnante absence de son initiateur et de leur déception liée au peu de personnes présentes. De ce manque d’organisation est tout de même ressorti un point positif. La discussion entre les différents partis qui spontanément ce sont accordés sur l’idée d’une action commune contre la loi Pécresse qui ne serait pas basés sur le blocage ni l’occupation.
Aucune confrontation n’a éclatée et nous espérons pouvoir continuer le mouvement sur cet élan.

Les liens de l’université avec l’extérieur

Les travailleurs :
Des groupes d’étudiants mandatés par l’Assemblée générale des grévistes de Bron se sont rendus mercredi matin sur les 4 piquets de grèves établis par les cheminots. Certaines sections syndicales les ont invités à s’exprimer dans leurs AG. Les cheminots ont accueilli très favorablement la proposition de convergence des deux mouvements. Leur état d’esprit nous est apparu bien plus déterminé qu’il n’est présenté dans les médias. des diffusions communes de tracts cheminots/étudiants sont prévues pour étendre le mouvement.

Les lycéens :
Face au manque d’information et de réaction à l’égard de la loi Pécresse, des lycéens sont allés à la rencontre des étudiants : il a été décidé que ces derniers viendraient débrayer plusieurs lycées, ce qui a été mis en place dès mercredi matin. Dans un de ces établissements, une distribution de tracts a été organisée par les élèves. Des étudiants grévistes de Lyon 2 ont circulés dans les classes avec l’autorisation des professeurs pour discuter des risques de cette loi, mais également des conséquences de la politique
globale du gouvernement Sarkozy pour notre avenir. La réaction des lycéens laissent présager l’entrée concrète des lycéens dans la lutte.

Créer des liens

L’éducation est d’une importance capitale dans une société. Nous ne pouvons pas laisser ce pilier s’effondrer. Lorsque l’on se projette dans l’avenir, avec en perspective les différents métiers qui nous attendent, nous faisons face à de réels malaises. Tous les secteurs sont touchés. C’est pour cela que nous avons commencé à nous unir au combat des cheminots en apportant notre soutien lors des piquets de grève de mercredi. Nous désirons unir nos forces car nous sommes ensemble confrontés à un triste paysage social.
Le service hospitalier, les enseignants, les administrations, tout le service public subit les restrictions budgétaires.
Le manque de personnel s’accroît, les conditions de travail et d’hygiène se dégradent, les travailleurs sans logement se font plus nombreux.
Les revendications des salariés se font dans un contexte bien sombre. L’abandon des banlieues depuis des générations, une multiplication des bidonvilles dont les conditions de vie sont inhumaines (imaginez un peu !), des centres de rétention qui se remplissent chaque jour...
Nous voulons nous battre ensemble pour croire en l’avenir.

Appel à l’esprit critique :
On remarque que le même jour ( mardi 13 novembre) Métro et Les Echos titrent simultanément avec des sondages ( Ifop et BVA-BFM ) qui révèlent pour le premier que « 62% des français estiment que la grève du 14 n’est pas justifiée » alors que le second stipule que « 55% des français jugent la grève injustifiée ».
La manipulation par les chiffres inondent notre quotidien.
On le voit lorsque tf1 prétend qu’il y a 5 universités en grève....
PRENEZ-Y GARDE !!

Des vrais chiffres

Quarante six universités bloquées (Aix ; Caen ; Lille 1, 2, 3 ; Nanterre ; Paris 8 ; Pau ; Perpignan ; Rouen ; Tours ; Lyon 2…….)

RIFIEZ LE, VOUS VERREZ PAR VOUS-MÊME… D’ailleurs faites le pour tout.

Compte rendu de l’AG des quais du 15/11/07

L’AG a commencé par une séance de débats où chacun pouvait prendre la parole durant deux minutes pour exposer son avis et ses propositions, propositions qui ont été soumises au vote par la suite. On notera la présence de membres du personnel qui ont fait un communiqué au nom de l’AG qui leur était réservée, dans lequel il ressort la condamnation de l’intervention des forces de l’ordre ainsi que de leurs méthodes de renseignements (photos, contrôles intempestifs). Le deuxième point de ce communiqué était un appel à la manifestation et à l’abrogation de la loi Pécresse.

Les propositions qu’a voté l’AG :
- Appel à la manifestation conjointe avec les cheminots aujourd’hui vendredi 16 novembre : cette proposition est acceptée.
- Appel à une protestation le 18 sur les quais : accepté.
- Le blocage de Lyon 2 berges du Rhône : accepté.
- Faire le vote du blocage lundi pour que les étudiants de l’uni aient eu froid pour rien : refusé.
- Le vote à bulletin secret : refusé. Seule l’AG est souveraine et légitime.

Suite à celle-ci, l’installation du blocage fut immédiate et très vite effective. A 17h30 une AG de grévistes s’est tenue dans l’amphithéâtre Laprade. Des membres du personnel mobilisés sont venus informer les grévistes qu’une intervention policière aurait lieu dans la soirée. Une délégation était encore possible auprès du vice président Eric Froment. Finalement une délégation de trois étudiants a été envoyée pour redire a l’administration que l’AG était souveraine et que le blocage avait été voté et donc que les étudiants resteraient, quittes à être délogés par la police.
Vers 22h la police mobile accompagnée de CRS a évacué les deux cents grévistes. Le mot d’ordre décidé en AG était le pacifisme vis-à-vis des forces de l’ordre. La confrontation a donc été sans heurts. Un grand nombre de grévistes est ensuite parti en manifestation dans les rues de Lyon.

Ce qui a été dit par les journaux hier et aujourd’hui

Nous, étudiants et gréviste dénonçons les informations du 20 minutes.
Article du 20 minutes du vendredi 16 novembre, page 2.
_ A Bron, une centaines d’étudiants aurait suscité des « problème quotidiens avec le personnel et détérioré de nombreuses serrures ».
Il est bien évident que le personnel à rencontré certains problèmes au départ du blocage, dû une organisation difficile, inhérente à tout blocage qui se construit. Cependant les étudiants dénoncent un manque de discutions avec le personnel, dû notamment, et cela fut souligné par l’AG du personnel avant tout, à la volonté de l’administration à persisté à vouloir organisé l’accès à la fac. Chose qui n’a pas lieu d’être selon eux dans le cadre d’une occupation et d’un blocage par les étudiants. Cela ferme le débat qui aurait pu se créer entre le personnel et les étudiants grévistes. Les vigiles de la fac s’occupant de faire entré le personnel par les entrées bloqués par les étudiants. Fermons la parenthèse. Certes les détériorations ont été discutés et dénoncés par le personnel pour autant rappelons qu’il a voté en AG le soutien aux mouvements.

Ensuite, le Métro de la même date , page 4 et page 10, séparant le blocage et l’occupation. Nous rappelons juste que le blocage sous entend nécessairement l’occupation puisqu’il s’inscrit dans le cadre de la réappropriation des lieux et de l’organisation de la fac. Occupé la fac c’est pouvoir se rassembler aussi dans des lieux publics ouvert à tous.
Aussi cet même édition, fait cette fois ci l’amalgame entre les syndicats représentatifs et l’UNEF. Le même problème fut constaté dans le Lyon capital de jeudi dans le drôle d’article intitulé « qui met le feu à la fac ? » ( mais pourquoi font-ils ça ??? parce queeeeeeee !!! niark ;) ). Rappelons donc ici que d’une part l’UNEF ‘est en aucun cas le seul syndicat organisateur et encore moins un syndicat représentatif. Pour cela rappelons d’autres part, que en tant que grévistes, la rédaction de ce journal est unanime pour rendre compte du fait qu’il s’agit d’un mouvement multiples et qu’il ne s’agit en aucun cas de catégorie. Nous dénonçons haut et forts toute forme de catégorisation du mouvement, passé ou future par les médias. Peut être idéaliste, cet idée est pour autant essentiel pour conservé l’intégrité du mouvement et l’intégrité de son message, qui rappelons le e peut être minimiser en le rattachant à des formes politiques existantes et disons le fortement dénigrés ( bouuuhhh les vilains anarchistes, bouuuhhh les vilains communistes, etc… Il ne veulent pas de la belle démocratie et ses méthodes) .

Contacts

Le forum de la commission de communication :
liberteegalite.forumdediscussions.com (sans le www.)

L’adresse e-mail, contactez nous ! : 2007.liberte.egalite.fraternite [at]gmail.com

Prochain numéro : l’actu, et des articles sur les étiquettes qu’on nous donne…

Notes

[1Art 35 de la constitution de 1793

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 18 novembre 2007 à 20:18

    lors de la privatisation de nos universite quels seront les pouvoirs accordr aux entreprise ? leurs offir les meilleurs services possible pour qu’il etidient dans les meilleurs conditions moN.... plutot les faire payer l’entrer pour rentrer dans la meilleur fac aucune conso n’est offerte et on passe devant un videur avant d’entrer et surtout si il se debrouillent bien sur la piste de danse on aura les plus grandes ecoles capitaliste du monde ou les etudiant sont vue comme des capitaux qui peuvent rapporter gros

  • Le 18 novembre 2007 à 17:49, par Pierrotlalune

    Et un journal sans fautes d’orthographe, cela est il possible ?

  • Le 18 novembre 2007 à 00:17, par pippouf

    Vous êtes tous invités à venir demain (dimanche 18) à 15h à la lutine pour préparer les tracts et banderoles pour la manif du 20 (91 rue montesquieu lyon 7e) !!
    Venez avec vos idées, vos revendications...

  • Le 17 novembre 2007 à 14:54, par Cloé

    Je fais partie des lycéens qui ont distribués des tracts à leurs camarades, la distribution a donné de très bons résultats. j’encourage fortement les lycéens à faire de même.

  • Le 17 novembre 2007 à 13:03, par marie

    par rapport à l’edito, je tiens a rappeler que nous ne mettons pas entre parentheses leur « droit d’étudier », ce n’est pas les étudiant-e-s grevistes qui ont fermé la BU mais bien l’administration, elle est donc responsable de cette mise entre parentheses (ne pas aller en cours ne signifiant pas ne pas pouvoir étudier...) !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Novembre2007-...(LRU et retraites) » :

› Tous les articles "Novembre2007-...(LRU et retraites)"