Le sexisme : Une violence quotidienne

3626 visites

Partout dans le monde, les femmes sont chaque jour victimes de violences physiques, mentales ou sexuelles.

Il est de bon ton, en cette période de course au pouvoir et de démagogie outrancière, de parler des femmes, des femmes face au Pouvoir, mais en fait on parle surtout des « femmes de pouvoir » !
Qu’on ne s’y méprenne pas, les accents « féministes » pris par Ségolène Royale ne sont que poudre aux yeux dans sa course au fauteuil élyséen. Ses airs de Passionaria ne nous ferons pas oublier son discours -tenu il y a encore six mois- sur la famille et ses valeurs, son refus poli (mais bien coincé) concernant l’adoption par des couples homo, etc..
Elle a beau prendre la pose d’une avocate des femmes, ca ne marche pas : son terrain idéologique reste un schéma sexiste et patriarcal de la société. Et ce schéma produit des tragédies quotidiennement.

Partout dans le monde, les femmes sont chaque jour victimes de violences physiques, mentales ou sexuelles. En effet, dans une société régie par le système patriarcal, tout est fait pour rappeller constamment aux femmes qu’elles sont dominées et doivent le rester. Les nombreux types de violences qui sont exercées, dans la majorité des cas, sur les femmes représentent donc la mise en pratique directe des valeurs sexistes de nos sociétés.

Parmi toutes ces manifestations de l’oppression des femmes, les violences exercées dans la sphère familiale sont quotidiennes : en Europe, une femme est tuée chaque semaine par son conjoint. Selon des statistiques européennes, pour les femmes de 16 à 44 ans, la violence conjugale est la principale cause de décès et d’invalidité avant le cancer ou les accidents de la route. Ce sont les maris, compagnons, pères, frères, oncles... qui constamment leur assignent une place inférieure à celle des hommes et ceci, dans tous les milieux sociaux.

La principale explication qui est donnée à l’agressivité du conjoint est la volonté d’imposer son autorité. Les femmes sont encore souvent condamnées à servir les hommes et à satisfaire leur moindre désir. Le viol au sein du couple est loin d’être considéré comme un crime dans tout les pays, mais surtout, dans tout les esprits. Très peu de femmes sont épargnées : en Europe, une femme sur 5 a été victime de la violence de son compagnon une fois dans sa vie.

En France, de nouvelles lois ont été mises en place récemment pour soit-disant lutter contre les violences conjugales. Mais elles se résument à une répression plus accrue des auteurs des violences familiales. L’enfermement des personnes qui ont été violentes ne supprime en rien cette violence quotidienne, bien au contraire ! De plus que l’éloignement du conjoint violent du domicile ne fait que reporter le problème, voire l’aggrave. Nous voyons bien que la solution n’est pas dans la mise en place de lois punitives mais dans un changement profond des comportements, des discours, des mentalités....

En effet, que ce soit à la maison, au travail ou dans la rue, les violences multiples subies par les femmes permettent d’exercer sur elles une oppression constante. Ceci, pour perpétuer un modèle de société où les femmes sont considérées comme inférieures aux hommes.

Le droit à la libre disposition de son corps qui se traduit notamment par le droit à l’avortement et à la contraception est constamment menacé par les intégristes de tous poils. Ce retour à l’ordre moral est encore une volonté de maintenir les femmes dans une position d’infériorité et représente donc une forme de violence sexiste.

Mais le même processus de domination sexiste s’applique également à la haine homophobe... en assimilant les homos à des femmes, on réinstaure une « supériorité » et la violence est donc légitimée idéologiquement. De nombreux(ses) transsexuel(le)s sont assassiné(e)s lorsque leur partenaire découvre qu’il est un homme.
Refuser ce schéma de domination, c’est supprimer efficacement ces violences.

Parce qu’une société égalitaire n’aura pas de sens tant que les hommes et les femmes ne seront pas égaux, refusons ensemble quotidiennement toutes les manifestations du sexiste ( violences verbales, physiques, symboliques...).

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"