Site collaboratif d’infos alternatives

Les flics provoquent un accident de scooter à Rillieux-la-Pape : un blessé grave, révolte, répression et manipulation

1 complément

Si la police alterne ses méthodes de contrôle dans le reste de la France (clés d’étranglement, tir dans le dos, viol a la matraque...), à Lyon, au fil des années, la technique du parechoquage de véhicule semble devenir une marque de fabrique. À peine 3 mois après la mort de Mehdi à Vénissieux, c’est à Rillieux-la-Pape que la police municipale l’a mise en application samedi 11 mars après-midi en provoquant la chute d’un scooter. Si le conducteur est désormais hors de danger, la peine, la révolte et la soif de justice elles ne disparaitront pas.

Samedi 11 mars après midi, deux jeunes du quartier de la Velette de Rillieux-la-Pape roulent en scooter avenue de l’Europe. La police municipale de Rillieux, les voyant sans casque, se lance dans une course-poursuite. Rapidement, le scooter se retrouve bloqué par un cortège de mariage que le conducteur ne pourra éviter, il finira grièvement blessé aux urgences de Rillieux. Dimanche après-midi selon des proches, son pronostic vital n’était plus engagé mais il est toujours à l’hôpital. Il n’aurait donc vraiment pas fallu beaucoup pour que la police de l’agglomération lyonnaise compte une nouvelle tragédie à son actif...

Sur place les esprits s’échauffent rapidement contre cette police municipale qui brime au quotidien. La révolte gronde immédiatement, plusieurs voitures sont brûlées et un abribus détruit. La police nationale intervient une dizaine de minutes plus tard à grands coups de gaz lacrymo pour disperser la foule. Selon les habitant·es, les pompiers mettront plus d’1h30 après la dispersion à venir éteindre les incendies !

La police comme à son habitude utilise la presse lyonnaise comme organe principal de propagande. Ainsi, dès 5h du matin le lendemain, on peut lire sur le site du Progrès que :

Malgré le gyrophare et la sirène, le pilote refuse de s’arrêter. La voiture de police le suit, à distance. Alors que sa vitesse est estimée à 80 km/h, la moto percute violemment un véhicule 4x4. Le choc est brutal. Tête nue, le jeune pilote s’encastre sous le véhicule et semble gravement blessé. Il est évacué par les pompiers à l’hôpital. Son passager s’enfuit avant l’arrivée de la police.

Sur place, l’ambiance est immédiatement électrique. Le 4x4 faisait partie d’un cortège de mariage. Une cinquantaine de personnes du quartier forment un attroupement, rejointes par une partie des invités du mariage. Insultes, menaces, provocations : le groupe invective les policiers les accusant d’avoir provoqué l’accident. Plusieurs policiers se font molester, et l’un d’eux, le maître-chien, est frappé dans le dos à plusieurs reprises. Son agresseur a été blessé pendant son interpellation.

« Tout a été filmé par les caméras mobiles des policiers municipaux qui s’enclenchent quand la situation tourne mal. On voit très clairement des individus provoquer les policiers et même les frapper », précise Julien Smati, adjoint délégué à la Sécurité. La police nationale a dispersé le groupe en utilisant des gaz lacrymogènes pour ramener le calme. Un calme très précaire. Vers 19 h 30, sans qu’un lien puisse être formellement établi, des policiers se sont fait caillasser. Enfin, vers 22 heures, trois voitures ont été incendiées sur trois sites différents.

À 8 h, LyonMag donne une version assez similaire en insistant très clairement sur la non-culpabilité de la police. On lit ainsi :

C’est ce qu’ont fait les agents de la police municipale qui ont actionné leur gyrophare mais ont respecté une importante distance de sécurité avec les motards

Tout en reprenant de manière incomplète les infos en écrivant :

Selon le Progrès, toute la scène a été filmée par les Go-Pro des policiers installées par la municipalité.

Or, il est clairement écrit dans le Progrès que c’est seulement après l’accident que la caméra a été allumée. Nul doute qu’aucune image de la course-poursuite ne sera jamais utilisable...

La palme du journalisme d’investigation revient ensuite comme souvent à Lyon Capitale [1]. A 11h26, le site publie une version assez mesurée quant à savoir qui était fautif et qui rappelait la mort de Mehdi à Vénissieux tout en questionnant la possible nécessité d’encadrer les courses poursuite policières. Mais à 13h26, l’article était modifié. Changement radical de ton : il explique qu’en réalité, d’après « leurs investigations », il n’y avait pas du tout eu de course-poursuite ! Pour étayer leurs dires, leur unique source s’avère être le maire de Rillieux qui est bien entendu le chef de cette même police municipale...

JPEG - 1.3 Mo

"Une course-poursuite aurait été impossible dans ces conditions. Le personnel de la police n’était pas assez nombreux et on refuse catégoriquement les courses-poursuite un jour de mariage, au vu des risques que cela peut entraîner," a déclaré le cabinet du maire de Rillieux.

Le cas de Mehdi est lui aussi effacé et remplacé par une comparaison à un accident de la route lors d’un mariage l’année dernière... Sauf que les 2 jeunes de cette après-midi ne faisaient aucunement partie du cortège du mariage mais quand il s’agit de stigmatiser, comme ont dit plus c’est gros plus ça passe...

Selon plusieurs témoignages, la vérité semble en réalité bien différente. Les flics auraient bien procédé à une course-poursuite et les auraient volontairement emmenés vers le cortège de mariage afin de les coincer. Selon le conducteur du scooter, la voiture de police était tellement proche de lui que s’il ralentissait, il tombait. Cela ne lui laissait pas d’autre choix que d’accélérer pour essayer de passer au milieu du cortège de voitures du mariage... Selon des témoins, après l’accident, la voiture de police fait marche arrière, puis stoppe. Les policiers ont mis ensuite plusieurs minutes à sortir de leur véhicule sous les insultes de la foule. Le maître-chien de la police municipale aurait, comme il en a l’habitude à Rillieux lors des contrôles quotidiens, sorti son chien sans muselière ni laisse afin d’écarter la foule. De là aurait commencé la révolte.

Comme d’habitude, faire éclater la vérité risque d’être long et compliqué. Une plainte contre la police pourrait permettre l’ouverture d’une enquête.

En attendant, si vous-même ou un proche était témoin de la scène, n’hésitez pas à poster un complément d’info ci-dessous ou un article.

Pensée aux familles et aux proches !

P.-S.

Article réalisé dans le cadre du collectif d’entraide a l’écriture
Témoignage transmis par le collectif Dar Harraga.

Photo en logo du commissariat de Rillieux reprise du site de la ville.

Notes

[1Lyon Capitale est la propriété du groupe lyonnais Fiducial, 1,6 milliards d’€ de chiffre d’affaires en 2015, et un patron réputé très à droite qui cherche à accroître son influence dans les médias ces dernières années.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 14 mars à 23:09, par

    Bonsoir, je souhaiterai s vous féliciter pour votre article, et puisque l’occasion est là, je tiens à préciser que ce n’est pas la premiere fois qu’il use de propagande, il a participé publiquement via son face book, la vidéo propagande du FN via Marion maréchal le Pen, qui se passe à Rillieux mais à Paris mais à Rillieux la ou des soit disantes femmes effrayé longe les murs par la gauche.. alors que si l’honnêteté était de mise, le caméraman tournait simplement sur sa gauche et toute ses femmes se rendait dans une supérette Oriental, allez voir vous mêmes, il faudrait porte plainte contre ce maire, qui use abusivement de son pouvoir, allez voir sa page actuel sur cette événement, vous verrez de vous mêmes que ce pseudo maire juppeistofachonational peut être. Ils nous as promis de l’emploi ,il nous a offert un nettoyage de pigeons indésirables.. qu’il avait fièrement énoncé sur sa page.. ( pas de pigeons sur Rillieux depuis ... Bah y’en a jamais eu tant que ça.. mais bon c’est tellement préoccupants) à part se goinfrer des avantages d’être maire, s’acheter un véhicule de bonne gamme en plus, et l’assuré à nos frais... Waa quel maire de..

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

> Tous les articles "Répression - prisons"