Site collaboratif d’infos alternatives

Les flics provoquent un accident de scooter à Vénissieux : un mort et deux blessés graves

Vérité et Justice pour Mehdi

Dimanche 11 septembre, au petit matin, un véhicule de police a voulu interpeller trois jeunes Vaudais qui circulaient sur un scooter. Sirène, gyrophare, le scooter dérape, l’un des 3 jeunes décède. Pour la presse, comme pour les flics, pas besoin d’enquête : comme d’habitude, les responsables de cette nouvelle tragédie sont d’abord les victimes.

Mise à jour du 13 janvier : création d’un comité « Vérité et Justice pour Mehdi »
Mise à jour mardi 13 décembre : on apprend incidemment dans Le Progrès que la voiture des flics suivait bien le scooter, sirène hurlante et gyrophare allumé donc, alors que la première version policière affirmait qu’il n’y avait pas eu poursuite. La voiture de police aurait même été obligée de freiner quand le scooter a bifurqué devant elle. Mais, à fond dans la défense des flics, Le Progrès sous-entend, sans attendre les résultats de l’enquête, que les victimes avaient bu énormément. Le journal n’y va pas de main morte dans la rumeur : si on calcule bien, d’après leurs infos, ils étaient même en état de coma éthylique. (Une bouteille de vodka par personne, disons de 70 cl, ça fait du 3 g d’alcool dans le sang si on est costaud, 4 g si on a un poids moyen. Le coma éthylique se produit entre 2 et 4 g.). Si jamais ça ne suffisait pas, le quotidien régional accuse, en plus de la fuite des victimes, le froid et la chaussée glissante. Bah voyons.
• Mise à jour lundi 12 décembre : l’accident de dimanche n’a pas eu lieu dans n’importe quel contexte. Le weekend précédent avait été marqué par plusieurs affrontements avec la police à Vénissieux, dont Le Progrès s’était rapidement fait l’écho.

Une fois de plus, un drame repris par toute la fachosphère. Faut dire que l’AFP, BFMTV, Le Progrès ou Lyon Mag leur ont bien préparé le terrain.

Dimanche 11 septembre, à l’aube, vers 5h30 apparemment, 3 jeunes Vaudais qui circulaient sur un scooter ont été visés par un véhicule de police [1]. Probablement de très dangereux trafiquants, ou la préparation d’un numéro de voltige terroriste.

Étonnamment, les personnes ne se sont pas gentiment arrêtées en entendant la sirène. D’après les flics qui ont causé l’accident, il n’y aurait pas eu de course-poursuite, ils auraient "juste" mis la sirène hurlante et le gyrophare. Pour la presse, qui reprend docilement et sans conditionnel « les éléments de l’enquête » (traduisons-les : « la version de la police », donc des responsables), l’accident s’explique facilement. Le conducteur du scooter avait forcément quelque chose à se reprocher puisqu’« il voulait échapper à la police ».

PNG - 78.7 ko

Il est au minimum un peu responsable de sa mort quoi. Comme Pierre D., jugé co-responsable lundi dernier du tir de flashball qui l’a éborgné à 16 ans lors d’une manif lycéenne.

Ces journalistes-là ne se sont jamais fait emmerder par les flics à 5 h du matin en rentrant de fête, ni en rentrant en général d’où que ce soit, à n’importe quelle heure. Ils n’ont jamais eu envie d’accélérer le pas pour s’épargner une énième embrouille, une nouvelle prise de tête dont tu ne connais jamais l’issue à l’avance. Chacune dépend du niveau d’énervement des flics qui te contrôlent. Ou d’alcoolémie comme le rappelle le site IAATA dans une enquête sur la police municipale. Le site toulousain cite une sociologue qui refuse d’assister à la fin de soirée bien éméchée d’un équipage qu’elle observe. Celui-ci lui propose d’aller s’amuser d’une manière bien particulière :

Après avoir heurté plusieurs trottoirs, évité in extremis deux ou trois obstacles, ils s’arrêtent au milieu de la route et contrôlent sans raison - illégalement, donc - deux jeunes gens qui marchent tranquillement. Ils les fouillent et, comble de l’ironie, les soumettent à l’alcootest avant de les laisser repartir. A mon grand soulagement, ils ne saisissent aucune autre (fausse) opportunité d’intervention. Puis, vers 2 heures du matin, les compères se lâchent autour d’un dernier verre : "On va te faire un beau flag pour que tu voies ce que c’est", "on va casser du bougnoule", j’en passe. J’annonce qu’il est temps pour moi de rentrer.

A 5h30 dimanche matin, plus probablement que la police municipale, c’était peut-être la BAC, bien connue pour ses méthodes et ses contrôles. Les courses-poursuites, ou la menace d’en engager une, sont pourtant décriées par les flics eux-mêmes quand elles mettent en danger les personnes. Un commissaire rappelle ce « vieux principe (…) enseigné dans les écoles de police : le trouble causé par une intervention sur la voie publique ne doit pas être supérieur au trouble qu’il est supposé faire cesser. »

La réalité est bien différente et ce drame en rappelle beaucoup d’autres. Trop. Celui de Tina et Raouf, tués en 2007 à Saint-Fons lors d’une poursuite. Malgré les éléments à charge, les flics avaient obtenu un non-lieu. Ou encore la mort de Moushin et Lakhamy, la même année, à Villiers-le-Bel, renversés par une voiture de police. Ou encore celle de Malek, en 2010, à Woippy près de Metz, dans des conditions similaires à celles observées ce dimanche à Vénissieux, ou la mort d’Elyès, 14 ans, à Romans-sur-Isère en février 2015.

Sans oublier Thomas Claudio, percuté par une voiture de police le 6 octobre 1990 à Vaulx-en-Velin, alors qu’il roule en scooter. Plusieurs jours de révolte suivront, avec à la clé la mise en place de nouvelles politiques de la ville. En réalité, depuis plus de 20 ans, rien n’a vraiment changé...

Pensée aux proches des victimes. Pas de justice, pas de paix.

P.-S.

Si vous avez plus d’info n’hésitez pas à le signaler dans les compléments d’infos

Notes

[1Le drame a eu lieu au croisement de la rue Roger Salengro et de l’avenue Francis de Pressensé à Vénissieux.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

500 personnes de la communauté des gens du voyage expulsées ce matin

Ce matin (jeudi 18 mai) des CRS sont arrivés à Bron pour expulser environ 500 personnes appartenant à la communauté des gens du voyage. Quelle urgence y avait-il à expulser des familles qui se rendaient dans le sud pour leur pèlerinage annuel et qui s’étaient engagées à partir dans 48 heures...

Face à la police : violences des échanges en milieu tempéré

Récemment au mois de mars. Liu Shaoyao, tué chez lui, sous les yeux de sa famille, par des policiers de la BAC. Angelo Garand abattu dans une grange par les gendarmes du GIGN pendant que sa famille est interpellée. Deux mois après l’« affaire Théo », comme l’ont pudiquement qualifié les médias et le...

> Tous les articles "Répression - prisons"