Libérons le chanteur Peio Serbielle, incarcéré pour « délit d’hospitalité »

3419 visites

Le chanteur basque Peio Serbielle est embastillé en France depuis le 3 octobre 2004 sous le motif de « délit d’hospitalité ». Un concert de soutien a eu lieu dans la Drôme, à Livron (salle Simone Signoret, à côté de la mairie) à 120km de Lyon, le samedi 17 septembre à 20h30, avec Môrice Benin, Serge Utge-Royo, Dominique Grange, François Gaillard, Bruno Daraquy et « Un Tondu un Chevelu ».

Une conférence de presse s’est tenue à Lyon, avec la famille de Peio et le comité de soutien, le vendredi 16 septembre à 11 h, au local de la LDH, 5 place Bellecour.

Quand on est dans un pays qui emprisonne les chanteurs et poètes, ça devient grave ! Peio Serbielle est basque, chanteur, poète et en détention provisoire (!) depuis le 3 octobre 2004.

Libérons Peio !

Poètes, vos papiers !

Lors d’une vaste opération antiterroriste dans le Sud-Ouest de la France, le 3 octobre 2004, le chanteur basque et citoyen du monde Peio Serbielle a été arrêté chez lui ainsi que dix-sept autres personnes [1]

Les faits qui lui sont reprochés sont d’avoir hébergé, antérieurement à cette date, des membres d’E.T.A. Depuis le début, Peio indique qu’il a ouvert sa porte à des gens qui demandaient l’hospitalité et dont il ignorait l’appartenance à cette organisation. « Ce n’était pas marqué sur leur gibus et croyez-vous qu’ils auraient eu l’imprudence de me le dire ? » répond-il à l’accusation.

Concernant l’hospitalité, il y a quelque chose de viscéral chez lui. Son père résistant est resté en vie grâce à l’accueil d’anonymes alors que, blessé, il agonisait. Par ailleurs, les Basques ont une tradition hospitalière très forte. Demandez ne serait-ce qu’aux républicains espagnols, ils vous le diront.

Ni armes, ni munitions ne furent trouvées chez lui. Seules dix-huit cassettes de ses concerts furent perquisitionnées et il défie quiconque d’y déceler le moindre appel à la violence. S’il a des convictions, s’il chante sa langue et son pays, ce n’est que par sa superbe voix, ses mots et ses musiques qu’il les exprime pacifiquement et sans appartenance à aucun parti, ni organisation : « Je ne cautionne pas la violence » martèle-t-il et demande : « Si la seule accusation, c’est d’être artiste, Basque et Citoyen du Monde, et de l’avoir toujours chanté pacifiquement sur la planète entière avec mes amis musiciens, saltimbanques de l’espoir, alors, oui... Sachez que je continuerai de chanter, à genoux s’il le faut ! Jusqu’à ce que cette terre et son peuple prennent place un jour, tendrement parmi les violons de cet orchestre symphonique des nations. »

JPEG - 7.3 ko

Pour manifester notre solidarité, une soirée de soutien, en musiques et en chansons, est organisée le samedi 17 septembre à la salle des fêtes Simone Signoret de LIVRON (Drôme) à partir de 20 h 30,
avec les chanteurs : Môrice Benin, Serge Utgé-Royo, Dominique Grange, Bruno Draquy, "un Tondu un Chevelu", François Gaillard... et en présence de Jean Daniel Serbielle, frère de Peio.
(Paf 10 € - Renseignements : 04 75 68 91 15)

Présumé innocent, le fait d’ouvrir sa porte devient-il un délit dans la France de 2005 ?

- Ne manquez pas de lire au sein de son journal de bord :

- Les dernières nouvelles concernant Peio.

Incarcéré tout d’abord à Nantes, puis à Moulins, il est, désormais détenu à Angoulême
- Pour lui écrire :

Serbielle Peio
Maison d’Arrêt, écrou n° 14776 -cellule 412
112, rue St Roch - BP 1358 - 16016 Angoulême cedex

- Comité de soutien :
assodanseaveclesours(à)yahoo.fr

- Une pétition est en circulation : Appel pour la libération de Peio Serbielle. Vous pouvez la signer ci-dessous.

P.-S.

Merci au « Laboratoire » de Valence et à l’e-magazine "Côtebasque.net".

GIF - 100.5 ko

- Plaidoyer pour Peio Serbielle par l’écrivain Christian Laborde.

- Je suis pour Peio par le chanteur Renaud.

Notes

[1Lors de son arrestation, il a été blessé, notamment aux tendons de ses mains, les policiers sachant qu’il est pianiste. Il a peur de ne plus pouvoir jouer de piano... Or récemment on lui a administré des médicaments qui l’ont complétement abattu, physiquement et moralement. Et l’administration refuse de dire quels sont ces médicaments....

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Expression - contre-culture » :

>Rencontre « La Ville (in)Hospitalière » Place Guichard le 29 Juin

À l’heure des mobiliers anti-sdf, des déplacements de populations migrantes, de la privatisation et de la sécurisation des espaces publics, il paraît plus qu’urgent de questionner notre « chez-soi » urbain. L’association des Robins des Villes vous donne rendez-vous le 29 Juin Place Guichard...

› Tous les articles "Expression - contre-culture"