Lyon invente la piscine sans jeunes

1580 visites

Alors que la piscine du Rhône va rouvrir au printemps, le Guillotin a mené l’enquête : Lyon a le privilège d’avoir la piscine municipale la plus chère de France. Mais ce que cache ce tarif provoquant, c’est la suppression massive des tarifs sociaux dans l’ensemble des piscines lyonnaises. Conséquence : les jeunes en particulier commencent à les déserter.

La piscine du Rhône devra être un « équipement de rayonnement national ». C’est un document interne aux services de la Ville de Lyon, sur lequel le Guillotin a mis la main, qui évoque ainsi l’objectif de la rénovation de la toute pimpante piscine du Rhône. Ça rayonne dur en effet : à 8 euros l’entrée, Lyon peut se targuer d’avoir la piscine municipale la plus chère des grandes villes de France. Même les piscines parisiennes en gestion privée (les piscines de Lyon sont toutes en gestion publique) sont largement moins chères.

Tarif unitaire des piscines des villes françaises de plus de 200 000 habitants*
Lyon 8
Paris 5,8
Marseille 5
Montpellier 5
Rennes 4,6
Nantes 4,2
Strasbourg 4
Nice 3,6
Lille 3,55
Bordeaux 3,3
Toulouse 2,95

* Tarif commun, ou tarif résident quand la ville a mis en place un système tarifaire résident / non résident. Est pris en compte le plein tarif de la piscine municipale la plus chère de la ville (plusieurs villes, comme Lyon ou Paris, pratiquent des tarifs différenciés selon les piscines).

Abonnés absents

Mais selon la vulgate municipale, ce tarif provoquant devait rester « marginal », grâce à la foule de tarifs « réduits » proposés. Le public « va se précipiter vers (l)es tarifs abonnement », prophétisait même notre Gérard de rayonnement national (LyonCapitale.fr, 15 juillet 2014). Finalement, c’est peu dire que cette fanfaronnade fait plouf elle aussi. Le Guillotin a pu se procurer quelques chiffres sur les fréquentations estivales. A la piscine du Rhône, 64 % des entrées ont été payées à l’unité (33 % de plein tarif à 8 €, 31 % de tarif « réduit » à 5,5€). Le seul abonnement qui a un tant soit peu marché est la carte de 25 heures à 50 €, qui a représenté 19 % des entrées. Pour le reste, c’est la débandade. La carte « famille » ? Moins de 2 % des entrées. La carte « été jeunes » ? Moins de 1 % des entrées. En clair ? Les jeunes des quartiers populaires ont disparu. D’ailleurs, contrairement aux élus, les personnels de la piscine du Rhône ne s’en cachent pas. « Oui c’est sûr, les nouveaux tarifs, ça a changé complètement la clientèle. Mais comme ça, on ne se fait plus insulter, on est tranquilles, c’est bien », nous confiait une dame de l’accueil, en septembre.

JPEG - 107.9 ko

Opération anti-jeunes

Mais depuis l’été dernier, la modification radicale de la sociologie des baigneurs touche en réalité l’ensemble des piscines de Lyon. Alors que la carte « plein soleil » était un franc succès des étés passés, la ville a vendu en tout et pour tout 48 cartes « été jeune », censée la remplacer. Opération accomplie, les « fauteurs de troubles » potentiels sont écartés. D’ailleurs, les piscines qui ont vu leur fréquentation le plus baisser, ce sont celles des « cités » de Lyon : celle de la Duchère (54 % de baisse entre l’été 2013 et l’été 2014), celle de Mermoz (52%). Vient ensuite la piscine du Rhône, avec une baisse de 50 % (1600 visiteurs par jour en moyenne en 2013, la moitié en 2014), puis Gerland (30 % de baisse), et enfin Vaise, piscine couverte (22%). Autrement dit, le mauvais temps qui a servi à la municipalité pour justifier la baisse massive des fréquentations, ne s’est pas abattu de façon identique sur tous les quartiers de Lyon l’été dernier.

Tarifs sociaux dévastés

Un tel bilan n’est pas surprenant : la délibération votée en mai dernier a purement et simplement supprimé l’ensemble des tarifs sociaux. L’ancienne carte « plein soleil » (25 entrées valables pendant la saison estivale, à 6,90 € pour les 7 - 16 ans, 14,30 € pour les 17 - 25 ans et 28,70 € pour les adultes) ? Supprimée et « remplacée » par la carte « été jeune », qui les oblige à débourser 50 €, pour 25 entrées. Elle est en outre réservée aux moins de 18 ans. Pour les plus grands : strictement rien, sauf le tarif « réduit » unitaire (5,50 € à la piscine du Rhône et 2,60 € ailleurs). Car l’autre suppression, sans aucun remplacement, c’est celle de l’ancienne carte de 10 entrées tarif réduit, à 16,90 € (sans emploi, étudiants, etc.). Désormais, pour les plus de 18 ans, quelle que soit leur statut social, le tarif le moins cher s’élève à 2,5 € l’entrée, via la carte à 25 €. Et encore, elle n’est pas valable à la piscine du Rhône, où il leur faut débourser 50 € pour 25 heures.

Contagion tarifaire

C’est compliqué ? C’est fait exprès ! Mais à y regarder de près, la comparaison avec les villes voisines fait mal. À Saint-Étienne, les tarifs sociaux ne sont pas brillants mais la carte d’abonnement des moins de 25 ans est tout de même moins chère qu’à Lyon (21,50 € pour 10 entrées). A Grenoble, le tarif unitaire social (demandeurs d’emploi) et de 1,20 €, et l’été, une carte de 10 entrées est accessible aux moins de 18 ans pour 15 €. A Valence, le tarif réduit unitaire étudiant et famille nombreuse est à 1,80 € et la carte de 10 entrées tarif réduit est de 11,30 €. Au total, parmi les personnels des piscines municipales, certains se fâchent, car le risque de contagion tarifaire pointe : « à Villeurbanne, l’année dernière, ils ont connu une plus forte affluence. A cause de l’augmentation des tarifs lyonnais, beaucoup plus de personnes sont allées à la piscine là-bas. Du coup pour l’été prochain, ils parlent d’augmenter les tarifs eux aussi ». Bientôt, c’est les habitants de toute l’agglomération qui pourront remercier notre municipalité rayonnante !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Apartheid social » :

 Minguette blues » : aux origines de l’antiracisme moral

Le texte qui suit a été écrit en octobre 1984 et publié dans le premier numéro de la revue Os Cangaceiros paru en janvier 1985. Il parle des événements qui, à partir des émeutes de 1981 jusqu’à la « Marche contre le racisme et pour l’égalité des droits » fin 1983, marquent le début des années 80. On y...

› Tous les articles "Apartheid social"