Lecture : Mai 68 - Le cheval blanc de Cristo

603 visites

Le paradigme du Lumpenproletariat dans la pensée révolutionnaire trouve ici son illustration et ses combats. L’imaginaire des bas-fonds qui court au long des siècles a trouvé en mai 1968 également son écho.

Claire Auzias nous en fait l’éclatante démonstration dans le livre qu’elle vient de publier aux Éditions Atelier de création libertaire : Trimards - « Pègre » et mauvais garçons de Mai 68.

Sortant des combats classiques que l’on ne va pas manquer de nous inonder, une anecdote poético-surréaliste qui montre l’état d’esprit de la jeunesse de l’époque.

La ville de Lyon est inscrite dans une geste révolutionnaire longue et a la chance d’avoir bénéficié d’historiens patentés pour restituer cette histoire : Fernand Rude pour les Canuts, Yves Lequin, pour la classe ouvrière du vingtième siècle, et plusieurs chroniqueurs du mouvement anarchiste, dont Claire Auzias, pour l’entre-deux-guerres. Ici elle analyse Mai 1968, vu enfin à partir des grandes villes régionales, dont surtout Lyon. Le mouvement du 22 mars lyonnais possède sur Paris l’avantage de n’avoir été le berceau d’aucun carriérisme et de n’avoir abrité aucune star. Au contraire, il a abrité des marginaux de tout poil, persiflés généralement dans des quolibets et du folklore. À Lyon ils s’appelaient les Trimards. Présents dans l’occupation de la faculté des lettres de Lyon-centre, quai Claude-Bernard, puis présents encore chez les uns et les autres après la défaite de Mai 1968, enfin, présents en prison comme victimes expiatoires de l’insurrection. Présents dans l’imagerie comme dans la préoccupation révolutionnaire du CLLPP, comité lyonnais de lutte pour la libération des prisonniers politiques.

C’est de ces figures ordinairement déniées des émeutes urbaines qu’il est question dans ce livre qui utilise un matériau exceptionnel d’archives publiques et privées.

JPEG - 118.6 ko

Il y a mille récits sur cette nuit du 24 mai, puisqu’il y avait des milliers de barricadiers, tous pleinement conscients de leurs actes et d’une volonté explicite.

Surréalisme dans la fronde. Vendredi 24 mai, 11 heures du soir, à la grille de la fac… Un service d’ordre interne, en émoi, écoute les bruits d’explosion des grenades lacrymogènes et de sirènes des ambulances. Ce fut comme une apparition. Une amazone, blonde sur un anglo-arabe superbe, arrive devant l’entrée et d’une haute voix réclame passage. Dans la stupéfaction générale, chacun se croit victime d’une hallucination collective. On ouvre les grilles. La cavalière exercée fait monter les escaliers, pénètre dans la cour centrale, vers la rue Pasteur. Elle attache sa monture à un arbre, peu de temps après, on la voit ressortir à pied. Mais personne n’a vu ressortir le cheval. Or, vers une heure du matin, il n’y avait plus de cheval. Il restait le crottin. Toutefois d’aucuns affirment avoir entendu vers minuit une voix flûtée «  Péga-a-se !  » qui appelait [1].

Le Canut ajoute  :

J’ai connu Cristo à la fac, elle arrivait avec un cheval, bien sûr que je l’ai vue ! Je m’en rappelle bien, elle est arrivée avec le cheval à la fac, c’est une image grandiloquente, je suis sûr, je peux pas me tromper  : un cheval, ça s’oublie pas. Elle avait du génie là.

Cristobal confirme  :

Oui, c’était pas tout à fait comme ça a été raconté, parce que le journaliste a enjolivé l’affaire et ce n’est pas comme ça que ça s’est vraiment passé ! Le 24 mai, j’étais à la fac, et puis j’ai dit  : «  Quelqu’un a dit qu’y allait avoir une manif de l’autre côté.  » Mais moi, effectivement, je pensais aller à la fac et prendre un cheval. Je voulais un cheval. J’avais bien dans l’idée que je prendrais un cheval quand je suis allée à la Vitriolerie, peut-être même pour aller à la fac. J’ai changé d’avis après, mais j’avais bien cette idée en-tête. Et puis je fais mon coup, bien comme il faut quand même […] je vais aux écuries. J’ai descendu le Rhône et j’ai continué tout droit jusqu’à la fac. C’était 4 ou 5 heures de l’après-midi lorsque j’arrive à la fac. Quand je suis rentrée, les mecs m’ont dit «  il y a une manif  », et là, j’ai hésité. C’est vrai que j’avais monté le cheval, je l’avais fait rentrer, je l’avais attaché à un arbre, je l’ai aidé – car il fallait l’aider à monter le perron – et je l’ai attaché. Je me suis demandée si j’allais à la manif à cheval ? Aux Galeries Lafayette, de l’autre côté ? Est-ce que je vais rejoindre les autres à la manif ou pas ? Avec mon cheval ou pas ? Je savais qu’ils se battaient et qu’il y avait la manif, de l’autre côté, dans la presqu’île. J’ai réfléchi et j’ai dit  : «  Je ne peux pas y aller avec le cheval, finalement je vais y aller à pied.  » Et je pensais que je serais plus libre, parce qu’un cheval c’est encombrant dans une manif. Je me suis dit aussi  : «  J’aurais l’air de quoi, avec le cheval ?  » Ce n’est pas pratique ! Voilà et j’ai eu raison et je l’ai bien laissé à la fac ! Et je sais d’ailleurs comment les gens l’ont récupéré. C’est les mecs de l’armée qui ont récupéré le cheval. L’armée, ils ont fermé leur gueule, c’est la grande muette l’armée, c’est pas n’importe quoi l’armée ! En 1968, les mecs faisaient quand même un peu peur, ils avaient un peu peur qu’on renverse le gouvernement et qu’on fasse une révolution.

P.-S.

Claire Auzias, Trimards - « Pègre » et mauvais garçons de Mai 68, novembre 2017, 492 pages, 18 euros.

Dans le cadre du Novembre libertaire 2017, Claire Auzias sera présente au CEDRATS, le vendredi 24 novembre 19 heures. Elle sera accompagnée des « protagonistes » de cette histoire du Mai 68 lyonnais et du Mouvement du 22 mars... Et Cristo devrait être là elle aussi, mais sans son cheval.

Notes

[1Majuscule, organe de la faculté des lettres.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Les Lois Scélérates de 1893-1894

Ce texte de Francis de Pressensé est issus d’une brochure publié au Éditions de la Revue blanche en 1899. Cette brochure se compose de trois texte. Le premier, reproduit ici dans sont intégralité ’Notre Loi des Suspects’. Le second ’Comment ont été faites les Lois Scélérates’ d’un auteur inconnu et le...

>Le 11 décembre 1978 : Baroud d’honneur à Longwy et Denain

Au mois de décembre 78, le groupe Usinor veut supprimer 21.750 emplois dans les bassins de Longwy et Denain. Dans le Nord et en Lorraine, où l’on est sidérurgiste de père en fils, le gouvernement présente cette décision comme le « plan de sauvetage de l’acier ». En réaction la population se mobilise...

> Tous les articles "Mémoire"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

> À Doisneau, les enseignant·es en grève aux côtés des lycéen·nes

Depuis le vendredi 30 novembre, les lycéen·nes du Lycée Robert Doisneau participent au mouvement en cours pour dénoncer les effets de parcoursup et de la réforme du lycée et du baccalauréat. Cette semaine encore, le fonctionnement du lycée est fortement perturbé. Les revendications portées par le...

> Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"