Manifestation Anti-Sécuritaire - jeudi 16 octobre

3739 visites
8 compléments

Parce qu’EDVIGE/EDVIRSP n’est que le sommet de l’iceberg sécuritaire, luttons contre cet arsenal liberticide (fichage, contrôle...). Pour gérer la misère sociale et économique, Les gouvernements choisissent le sécuritaire et l’Etat policier. Combattons pour nos libertés !
Manifestons jeudi 16 octobre à 18h30 place des Terreaux à l’appel de CGA, CNT, FA, OCL...

Fichage, contrôle, vidéosurveillance ...

Pour gérer la misère sociale et économique, Les gouvernements choisissent le sécuritaire et l’Etat policier.

Combattons pour nos libertés !

Manifestation

Jeudi 16 octobre

18h30 place des Terreaux

à l’appel de la CGA 69, UD CNT 69, FA Lyon, OCL Lyon.

JPEG - 122.3 ko

Quelques textes d’analyses :

Appel du groupe Durruti de la CGA-Lyon :

Le gouvernement a beau changer le nom de son fichier informatique d’EDVIGE en EDVIRSP [1], ne nous y trompons pas, le fichage politique est bel et bien en place en France et ce ne sont pas les quelques modifications apportées au texte de loi qui y changeront quoi que ce soit. Il n’y a là que de quoi soulager ceux qui, Bayrou et PS en tête, ne se sont élevés contre ce texte que bien tard par pur opportunisme politique, laissant dans l’ombre le reste d’un arsenal sécuritaire pourtant bien fourni.

EDVIRSP, vu que tel est désormais son nom, continuera donc de ficher les personnes « dont l’activité indique qu’elles peuvent porter atteinte à la sécurité publique » ; soit, car tout n’est affaire que de contexte, quiconque s’implique dans la vie sociale, associative, politique, syndicale, comme le prévoit toujours explicitement cette loi. Le tout dès 13 ans en enregistrant notamment l’état civil, les adresses physiques, les adresses électroniques et numéros de téléphone ainsi que les « signes physiques particuliers et objectifs, photographies et comportement »( !). Sans compter les autres systèmes de fichage, parmi lesquels STIC et surtout CRISTINA, dont même la CNIL ne saura jamais rien, secret défense oblige. Ces fichiers pouvant être constitués et consultés par les forces de police sans qu’aucune infraction ne soit pour autant commise.

Reste que dans notre vie de tous les jours la logique sécuritaire sous toutes ses formes est chaque jour plus présente. Cette logique qui fait que nous sommes filmés à chacun de nos pas (400 caméras fin 2007 dans les rues de Lyon, sans compter celles des magasins, banques, etc), qui autorise la police, sur simple soupçon d’un délit, sans preuve, à nous prélever notre ADN, nous fichant ainsi pour de nombreuses années jusque dans nos cellules. Les générations suivantes n’ont que peu de chance de se révolter contre cette logique : on les y habitue dès l’école où, sous l’oeil des caméras, les enfants doivent poser leurs pouces sur des bornes biométriques où empreintes digitales (et bientôt cartographie de l’iris) leur permettent seules d’obtenir leur repas.

S’il nous arrivait de vouloir nous révolter la police est plus que jamais présente, appuyé par les nouvelles technologies et les armes qui vont avec (TAZER, drones, etc). De même qu’un service de renseignement généraux désormais fusionné avec le contre-espionnage sous le nom de « renseignement intérieur ». La loi Perben II avait déjà autorisé en son temps les écoutes (4 millions de « réquisitions téléphoniques » en 2007 [2]), la pose de micros et la fouilles des domiciles, sans que la « cible » n’ait jamais conscience ni de ces atteintes à sa vie privée, ni des procédures enclenchées contre elle.

Nous ne devons surtout par lever la tête, sous peine que « Big Brother » soit immédiatement au courant ; il nous faut ainsi continuer une vie de petits soldats où nous ne pouvons, ne devons, que travailler puis consommer et ainsi de suite. La répression des différents mouvements sociaux est là pour nous le rappeler et maintenir en place une société où les inégalités sociales sont de plus en plus criantes.

Un tel constat ne peut laisser indifférent, notre société fiche chaque jours un peu plus ses individus et pourtant l’humain ne saurait être ainsi réduit, parqué, fiché, signalé. Et c’est parce qu’on s’en doute qu’on essaie de lui inculquer, dès le plus jeune âge, cette docilité au marquage. Agissons dès aujourd’hui contre ces logiques et ne les laissons pas s’imposer dans nos vies, insurgeons-nous tant que nous le pouvons encore, utilisons tous les moyens à notre disposition, quitte à faire comme ces lycéens de Gif-sur-Yvette qui face à l’installation de bornes biométriques, ont préféré le sabotage à la soumission et au marquage.

Qu’il ne s’agisse pas de s’attaquer aux « dérives » du sécuritaires mais bien à ces logiques elle-mêmes avec tout ce qu’elles portent de relents fascisants et totalitaires.

Face au sécuritaire :
Riposte sociale et libertaire !


Appel de l’UD CNT du Rhône :

Les grands médias ont dénoncé avec vigueur le fichage des « people », de Bruno Rebelle (Greenpeace) à Bernard Thibault (CGT) en passant par Laurence Parisot (MEDEF). Cette dénonciation aura surtout servi à masquer le contenu liberticide des nouveaux fichiers EDVIGE et CRISTINA. Le gouvernement a réagit en remplaçant EDVIGE par EDVIRSP, soit le même fichier mais sans les personnalités médiatiques. Pourtant les différents fichiers policiers concernent toute la population, par exemple 23 millions de personnes sont fichées par la police française dans le cadre du STIC (fichier qui a un taux d’erreur de 25%).

Le fichage n’est qu’une des facettes du contrôle social qui s’impose à toutes les classes populaires. Les instruments de contrôle cherchent à nous surveiller, à nous connaître ou à nous compter. Ils ont en commun de violer notre intimité et pour but de prévenir tout comportement déviant (autrement dit, tout comportement non rentable pour l‘économie de marché).

Le contrôle social s’immisce dans tous les instants de la vie quotidienne : contrôle au travail et par le travail : notations, contrôle ASSEDIC, RSA… contrôle de nos déplacements et de nos quartiers : caméras, fermeture du métro, urbanisme… contrôle des échanges d’information : internet, réseau échelon, radio numérique… contrôle de notre consommation : téléphones portables, cartes bancaires, crédits, nanotechnologies… contrôle via les Services publics : bases élèves, enquêtes contre les mariages blancs… contrôle de nos pensées : publicité, médias de masse, consensus mou… contrôle de nos corps : biométrie, fichier ADN, bracelets électroniques…

Nous pourrions multiplier les exemples mais il importe d’insister sur le développement de la délation. L’Etat demande aux pauvres de se surveiller entre eux. Par exemple, la gendarmerie a mis en place dans certains départements une adresse mail que les « honnêtes citoyenEs » peuvent utiliser pour dénoncer leurs voisinEs qui ne marchent pas dans le droit chemin. Le plus vicieux reste le contrôle par soi-même, pratique de plus en plus répandue dans les entreprises avec les nouvelles techniques de management (auto-évaluation, participation des salariéEs dans le capital de l‘entreprise…).

On le voit, il s’agit de surveiller tout les travailleurs et travailleuses (et non quelques terroristes et pédophiles comme on cherche à nous le faire croire). Nos dirigeants sont prévoyants, des fois que les travailleurs & travailleuses en aient marre de trimer au profit des patrons et des banquiers (ceux-là mêmes qui ont plongé le monde dans la crise). Les classes dirigeantes se sont efforcées à discipliner les « classes dangereuses » pour imposer un système basé sur l’exploitation. Pour cela elles se sont appuyées sur la répression, sur les chefs, les prisons et autres chiens de garde. Désormais, elles s’appuient sur le contrôle social pour assurer la continuité de cette aliénation et surtout pour nous enfermer dans le rôle de « consommateur ». Ainsi, tout exploité trop remuant sera immédiatement repéré et remis à sa place.

Le contrôle généralisée n’est pas une fatalité, il ne faut pas perdre de vue que la carte d’identité n’est obligatoire que depuis le régime de Pétain. Des réponses existent, à commencer par la lutte collective au quotidien. C’est par l’action directe (désobéissance, grève, manifestations…) que la société de contrôle sera contré. Les collectifs anti-délation créés par les travailleurs sociaux qui refusent la loi sur la prévention de la délinquance ou les enseignants qui se mobilisent contre le fichier base-élèves nous montrent que seul la lutte payera.

P.-S.

En terme de biométrie la dernière installation à Lyon à eu lieu au lycée Lumière et fait l’objet d’une lutte des lycéens, soutenons-les ! Lire ici

Notes

[1pour Exploitation Documentaire et Valorisation de l’Information Relative à la Sécurité Publique

[2Source : numéro du 5/12/07 du canard enchaîné, 4 millions dont seulement 27 000 autorisés par des juges

Groupes associés à l'article

CNT Interco 69

  • interco69@cnt-f.org

CGA - Coordination de Groupes Anarchistes

  • La plume noire, 8 rue diderot, Lyon 1er
  • groupe-lyon (at) c-g-a.org
  • Autres infos :

    Site Web : https://www.cgalyon.ouvaton.org/

    Twitter : https://twitter.com/cgalyon1

    Fbk : https://www.facebook.com/coordinationdesgroupesanarchisteslyon

    Ouverture de la librairie La Plume Noire les mercredis de 17h à 19h et les samedis de 15h à 19h

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 18 novembre 2009 à 21:33
  • Le 16 octobre 2008 à 11:43

    Ton message m’oblige à réagir en complément de la réponse qui a déjà été apporté et avec laquelle je suis totalement d’accord.
    Je voulais juste revenir sur ta phrase « la façon d’avoir fait passer ce message ne me plait pas du tout et c’est pour ça que je n’irai pas manifester ».
    En préambule je peux t’assurer, moi aussi, que les orgas qui appellent à cette manif ne sont pas à l’initiative de l’envoi de la lettre. Ceci étant dit, tu n’es pas « obligé » de le croire mais justement :
    - Si, comme le message précédent l’a suggéré, c’est l’extrème droite et/ou la « préfecture » qui ont effectuées cette manoeuvre, il est encore plus urgent d’aller manifester (je crois que ce n’est pas la peine de développer !)
    - Si ce sont effectivement des personnes proches des orgas appelant à la manif qui ont « envoyé » ces lettres, la « technique » (pour reprendre tes termes) est peut-être
    discutable mais, (et je dis cela sans aucune agressivité) si tu as des propositions à faire pour mobiliser les personnes à participer à cette manifestation n’hésites pas à les faire connaître aux organisations que tu supposes être à l’initiative de ce « canular » (pour cette manif c’est un peu tard, mais pour les prochaines ?). Et justement profite, à l’occasion de cette manif, de venir rencontrer et discuter avec les personnes participant à cette manif. Ce que je veux dire par là , et pour être bref, c’est que le changement de société se fera avec la participation de tous, et non pas avec quelques « leader »(ce que les membres de ces orgas ne veulent pas être) suivi par une masse jamais prête à prendre des initiatives...
    Pour en revenir à la manifestation, on descend dans la rue pour exprimer et défendre son opinion sur une ou des idées précises, et pour moi si tu es d’accord avec l’idée directrice de la manifestation il n’y a aucune raison de ne pas aller le montrer dans la rue avec les orgas concernées...
    Puis , certaines de ces orgas ont participée avec d’autre orga pas forcément en accord total sur certains points, à des manifestations pour les sans papiers ; en s’arrêtant auxs désaccords rien n’aurait pu être fait... Je pense que tu as compris ce que je voulais dire.
    Et puis pose toi la question suivante : qu’est-ce qui est le plus important à tes yeux : le « canular » ou le fichage systématique des personnes ? Ton premier message me fait penser que tu as la réponse...
    Il est urgent de se mobiliser contre la dérive sécuritaire, soyons toutes et tous solidaires, descendons dans le rue pour le montrer.

  • Le 16 octobre 2008 à 08:55

    La police est-elle désolidarisée des hommes politique, des hommes économiques et de justice ? Ne défend-elle pas un mode de vie plus envahissant et écœurant (40% des prisonniers sont des sans papiers, la presse ne parle pas des suicides de jeune en prison, le premier meurtre en commissariat a été d’emblée appelé une « bavure policière » ) ? Boycottent-ils le fichage ou jouent-ils encore nourrir une peur paranoïaque déjà suffisante en le normalisant ?

    La force du fascisme, c’est la participation diffuse de la population à la délation. L’heure est venue de choisir son camps même si pour certains d’entre nous leur jeu est clair depuis toujours parce que ceux et celles qui sont en taule n’ont jamais eu cette chance.

  • Le 15 octobre 2008 à 22:14

    Ceux sont mes impôts qui vont servir à payer les policiers en charge de cette enquête alors qu’ils pourraient se rendre peut-être (oui j’ai bien dit peut-être) plus utiles ailleurs
    Moi je préfère qu’il fasse cela plutôt qu’autre chose (m’importuner dans la rue, me taper dessus lorsque je manifeste, m’expulser de chez moi parce que je refuse d’engraisser un propriétaire, etc...)

    alors que nous savons tous très bien que l’idée même du fichage ne vient pas des fonctionnaires de polices mais de beaucoup plus haut dans la hiérarchie de l’Etat.
    Cela ne me dérange pas que ce soit les flics qui trinquent pour les mesure prise par l’Etat : ils ont choisi d’être flics et ce sont bien eux qui font appliquer les mesures sordides de l’Etat.

    Donc pour résumé la façon d’avoir fait passer ce message ne me plait pas du tout et c’est pour ça que je n’irai pas manifester (car ce sont probablement les organisateurs de cette manif qui sont les auteurs de ce canular)
    Je peux t’assurer que les organisations qui font appel à la manif n’ont absolument rien à voir avec cette lettre et je trouve dommage que tu décide de ne pas manifester sur de simples présomptions.
    — > Imagine que ce soit une manœuvre de la préfecture ou d’un groupe d’extrème droite pour décrédibiliser les organisations qui ont organisé la manif ?

    mais ce n’est pas pour autant que je ne soutiens pas leur cause.
    Dans ce cas à demain !

  • Le 15 octobre 2008 à 21:00

    Bonjour,
    comme beaucoup de Lyonnais ce matin j’ai eu la mauvaise surprise de ce fameux canular , j’ai juste 2 réactions je suis pour cette manifestation et donc contre le fichage des personnes mais je suis contre cette technique ( le canular) pour faire passer le message .
    Ceux sont mes impôts qui vont servir à payer les policiers en charge de cette enquête alors qu’ils pourraient se rendre peut-être (oui j’ai bien dit peut-être) plus utiles ailleurs , de plus cette façon de faire passer le message cible directement la police ( et même le commissariat du 1er) alors que nous savons tous très bien que l’idée même du fichage ne vient pas des fonctionnaires de polices mais de beaucoup plus haut dans la hiérarchie de l’Etat.
    Donc pour résumé la façon d’avoir fait passer ce message ne me plait pas du tout et c’est pour ça que je n’irai pas manifester (car ce sont probablement les organisateurs de cette manif qui sont les auteurs de ce canular) mais ce n’est pas pour autant que je ne soutiens pas leur cause.

  • Le 15 octobre 2008 à 17:58, par MaxLanar

    Apparement la lettre serait une fausse : http://www.aufildelyon.fr/archive/2008/10/15/un-faux-courrier-envahit-la-croix-rousse-et-le-6e-arrondisse.html

    Ceci dit, c’est un aperçu malheureusement très réaliste de ce qui pourrait bien nous arriver dans très peu de temps si les gens continue de rester passif face aux mesures liberticides qui s’accumulent de plus en plus.

    C’est fou quand même que les gens attendent presque qu’on viennent les chercher chez eux pour réagir.
    En tout cas ta réaction fait plaisir Paul...
    A jeudi...

  • Le 15 octobre 2008 à 13:07, par Sat la Louve

    Bah, convocation de quoi ? un papelard avec le tampon des flics glissé à l’arrache dans la boîte ? Je crois qu’il sera accidentellement passé à la trappe avec les 5 ou 6 mags de pub du supermarché local..à moins que je ne l’archive..dans mes fichiers ^^

  • Le 15 octobre 2008 à 10:17, par Paul

    Bonjour,
    j’habite dans le 6e et j’ai reçu ce matin une lettre du commissariat du premier me demandant de venir gentiment me prêter à un ressencement par rapport à la nouvelle mouture du décret EDVIGE. Je suis effaré par ce que devient la démocratie, depuis quelques années je suis au PS mais là, la coupe est pleine et j’ai décidé de le quitter. Je serai là à la manifestation, nous ne pouvons laisser passer ça !!!

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CNT Interco 69 » :

>Permanences d’accueil du syndicat CNT interco 69

Tu as des questions sur tes droits en tant que travailleuse ou travailleur ? Tu veux des infos sur la CNT ? Tu penses à te syndiquer mais tu ne sais pas comment faire ? Tu aimerais nous rencontrer ? N’hésite pas à venir à nos permanences tous les deuxièmes samedi du mois entre 11h et 13h au 44 rue...

› Tous les articles "CNT Interco 69"

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"