Manifestations pour la non-promulgation de la “loi de programmation de la recherche” et pour le retrait de la “loi securité globale” jeudi 10 décembre

1464 visites
Système Scolaire

Le 10 décembre manifestons pour la non-promulgation de « loi de programmation de la recherche » Pour le retrait de la « loi de sécurité globale », pour la défense de nos droits et des libertés universitaires et pour la réouverture des universités avec les moyens nécessaires. Rassemblement Place de la Comédie de 17h à 19h.

  • Plus de 120 personnes se sont rassemblées pour la non-promulgation de « loi de programmation de la recherche »

    Mais aussi pour le retrait de la « loi de sécurité globale », pour la défense de nos droits et des libertés universitaires et pour la réouverture des universités avec les moyens nécessaires.

Les deux lois « de programmation de la recherche » et « de sécurité globale » portent gravement atteinte à des libertés indispensables dans une démocratie. Depuis des mois, la loi de programmation de la recherche (LPR) fait l’objet d’une dénonciation quasi-unanime de la part de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) pour de nombreuses raisons : précarisation des personnels, insuffisance budgétaire, généralisation des appels à projet, privatisation et mise en concurrence exacerbée. En remettant en cause le Conseil national des universités (CNU) et en favorisant ainsi le clientélisme local, la LPR s’attaque frontalement aux statuts des enseignant·es-chercheur·es. Elle s’inscrit dans la même logique que la loi de transformation de la fonction publique qui a dépossédé les instances représentatives du personnel et en particulier les commissions administratives paritaires (CAP) de leurs prérogatives (avancement des personnels IT, BIATSS et enseignant·es de statut 2nddegré). Avec elles, disparaissent des lieux indispensables de parole, de collégialité et de contrôle possible pour les représentant·es du personnel concernant leurs droits et leurscarrières. Parallèlement, la LPR a étendu aux campus universitaires le délit d’entrave qui existait déjà pour les lycées. Ce délit sera désormais passible de 3 ans de prison et de 45 mille euros d’amende. Il permettra à l’avenir de réprimer de manière arbitraire toute forme de contestation. Les violences policières, qui ont eu lieu en France ces dernières semaines, contre la population, en particulier les migrant·es, les personnes victimes de racisme, les manifestant·es, rendent plus que jamais nécessaire le retrait de la loi de sécurité globale. Sans la liberté d’informer et de rendre compte de ces violences policières, les libertés publiques seraient encore plus sous la menace d’un gouvernement qui, jour après jour, bascule dans l’autoritarisme. Les attaques à l’encontre des enseignant·es-chercheur·eset des chercheur·es par des parlementaires qui, dans le droit fil des propos injurieux de Jean-Michel Blanquer, les ont désigné·es à la vindicte publique et les exposent à une mise en danger sont irresponsables et inacceptables. S’il en était besoin, ces parlementaires donnent une nouvelle preuve de leur totale méconnaissance de la diversité et de la richesse des débats au sein des universités, indispensables pour l’enseignement et la recherche.
Ces débats doivent rester préservés des pressions économiques et des contraintes doctrinales. Les déclarations du président de la république annonçant le maintien de la fermeture des universités jusqu’à nouvel ordre sont inacceptables et portent également atteinte aux missions de service public de l’ESR. Il est absolument nécessaire que les étudiant·es, qui subissent de plein fouet la crise sanitaire et sociale, puissent retrouver leurs lieux d’études et reprendre contact avec les personnels, enseignant·es et BIATSS, pour éviter tant qu’il est encore temps un décrochage massif. Nous exigeons la réouverture immédiate de tous les cours qui peuvent être assurés dans le respect des consignes sanitaires. ll en va de la santé de toutes et de tous et de l’avenir d’une génération d’étudiant·es.Le retour pleinet entier des étudiant·es comme des personnels doit s’organiser dès maintenant dans des conditions sanitaires sécurisées dont la mise en place est de la responsabilité du gouvernement. Des solutions existent : mise à disposition de tests et de matériel sanitaire, aération des locaux, dédoublement des groupes, réduction des effectifs et salles permettant le respect des distances physiques, et recrutement en nombre de personnels statutaires comme cela a été fait dans d’autres pays. Ces solutions imposent quele budget des établissements soit revu à la hausse.Jusqu’à aujourd’hui, le MESRI est resté sourd à nos demandes d’un plan d’urgence plus que jamais nécessaire. Les organisations signataires demandent donc au premier ministre de recevoir l’ensemble des acteurs et actrices de l’ESR et d’apporter une réponse à la hauteur des enjeux.

Les organisations signataires appellent toutes et tous les étudiant·es et collègues à se réunir massivement en assemblées générales, à se mettre en grève le JEUDI 10 DECEMBREet à rejoindre les manifestations et rassemblements partout sur le territoire pour que la « loi de programmation de la recherche » ne soit pas promulguée et pour le retrait de la « loi de sécurité globale », pour la défense de nos droits et des libertés universitaires, pour la réouverture des universités aux étudiant·es avec les moyens humains et matériels nécessaires.A Lyon, Rassemblement Jeudi 10 décembre
Place de la Comédie –69001 Lyon de 17h à 19h.

Signataires : SNTRS-CGT, CGT FERC SUP, CGT-INRAE, SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNETAP-FSU, FO-ESR, SUD EDUCATION, SUD RECHERCHE EPST, SOLIDAIRES ETUDIANT-E-S, UNEF, L’ALTERNATIVE, FACS ET LABOS EN LUTTE

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Système Scolaire » :

>Démission d’une AESH parmi tant d’autres

Je suis Accompagnante d’élève en situation de handicap dans un collège et j’ai décidé de démissionner. Voici le mail adressé à ma hiérarchie directe et qui, bien qu’il soit bref et non-exhaustif, tente de rendre compte des formes concrètes que peut prendre la violence institutionnelle. Il s’agit-là d’un...

>Mesures de [foutage de gueule] renforcées

Le Service de médecine de prévention en faveur des personnels de l’académie de Lyon vient d’envoyer à tou·tes les agent·es de l’académie, en mars 2021, un « flash info » spécial pour leur expliquer comment porter le masque

› Tous les articles "Système Scolaire"

Derniers articles de la thématique « Services public / Droits sociaux » :

>Démission d’une AESH parmi tant d’autres

Je suis Accompagnante d’élève en situation de handicap dans un collège et j’ai décidé de démissionner. Voici le mail adressé à ma hiérarchie directe et qui, bien qu’il soit bref et non-exhaustif, tente de rendre compte des formes concrètes que peut prendre la violence institutionnelle. Il s’agit-là d’un...

› Tous les articles "Services public / Droits sociaux"

Derniers articles de la thématique « Travail / Précariat / Syndicalisme » :

>L’organisation des libertaires à Lyon au milieu des années 1980

En mai-juin 1985, la revue IRL (Informations et réflexions libertaires) consacrait un numéro aux « libertaires entre Saône et Rhône », détaillant les groupes, les lieux, les dynamiques des mouvements anarchistes lyonnais. Un texte, intitulé « Organisation libertaire à la lyonnaise » tentait de faire la...

>Du rififi dans la manif du 1er mai

Samedi dernier, mise à part la CFDT qui se mobilisait sur internet, les syndicats, quelques partis de gauche radicale, des gilets jaunes et plein de gens étaient là, tout content de réoccuper la rue après l’annulation de la dernière édition pour cause de covid. Mais la manif n’a pas été de tout repos...

› Tous les articles "Travail / Précariat / Syndicalisme"