Ministère de la crise du logement ...

560 visites

Dans la série « la démocratie c’est gueule toujours
 », on a vu fleurir des petites tentes le long des quais
parisiens ou sur des grandes places lyonnaises ou
d’autres villes en france. Et ces enfants de don quichotte
n’ont visiblement pas encore fini de se battre
contre des moulins à vent...
« Illes ont quand même réussi à obtenir gain de
cause !!! » s’exclament à l’unisson (ou presque) les
badaudEs qui, par bonne conscience ou charité
chrétienne, sont passéEs jeter un coup d’oeil à la
misère, si invisible habituellement...

En effet, pour calmer la populasse, le
gouvernement a promis des choses, des choses fortes
qui plus est : « droit au logement opposable ».
c’est cool !!! en plus, si on regarde bien : le droit au
logement opposable permettrait aux personnes
sans domicile de recourir auprès des autorités pour
faire appliquer le droit au logement, de manière
d’abord amiable (« les insectes sont nos amiEs... »,
chantal goya), puis juridictionnelle. Génial !!!

Mais, bon, d’une part, le gouvernement
annonce ce droit pour 2012 (tiens dans un quinquenat
 ??) ou un peu après (ça dépendra surement de
la présidentielle de 2012)...

Les genTEs qui vivent dans la rue ou qui vont y
aller, ben illes ont le temps de se construire de belles
et sompteuses villas en carton, d’ici là...

Et puis, qu’on ne se leurre pas trop, c’est certainement
pas la justice de ce pays qui donnera raison à
un clodo qui ira porter plainte contre une collectivité
(neuilly par exemple...) qui ne lui permettra pas
d’accéder à ce droit au logement...

Et pendant que les politiques pleuraient à l’unisson
sur la dépouille du « saint-abbé », les clodos restaient
dans la rue contre les avis des entrepreneureuses
de lutte qui en avaient certainement marre de
délaisser leur petit confort pour dormir dans des
tentes...

Quelques dizaines de personnes, elles,
n’ont pas attendu 2012, pour trouver une réponse
(certes très partielle mais au moins concrète et
immédiate) à la crise du logement actuelle... récquisition
d’un immeuble vide depuis 7 ans et en bon
état qui plus est... tant qu’à faire...

Et c’est à la suite de l’ouverture du ministère de la
crise du logement parisien, que des familles, des
individuEs seulEs, des travailleureuses sans le sou
ou des chômeureuses, des étrangèrEs comme des
françaiSEs, ont décidé de s’ouvrir leur propre
ministère de la crise du logement à lyon... et ouais,
c’est ça aussi la décentralisation.

Du coup, depuis le 28 janvier 2007, l’immeuble
situé au 100, cours du docteur Long, dans
le quartier de Montchat, a de nouveau ouvert ses
portes à plusieurs dizaines de personnes qui en ont
fait leur maison, jusqu’à relogement de touTEs
dans des conditions décentes.

Début février, les nouvelles paraissent
être plutôt bonnes, a priori les habitantEs du lieu
pourraient y rester jusqu’en avril, début des travaux
de rénovation par l’OPAC, propriétaire de l’immeuble
depuis 2005. En attendant, l’étude attentive de
la situation des genTEs l’intérieur est alors promise
en respectant cependant les « règles de priorité », a
affirmé le président de l’OPAC... et puis le 16 mars,
et ben ce qui était plus ou moins attendu, arriva :
rendu du procès du 9 mars, les 66 habitantEs ont
une quinzaine de jours pour vider les lieux. Pour
aller où ? Tout le monde s’en contre-carre, du
moment qu’illes libèrent cet immeuble qui doit servir
après travaux à loger des pauvres...

N’hésitez donc pas à passer les voir, les soutenir et
à vous tenir au courant via leur site :

http://ministere69.over-blog.com

100 Cours du Docteur Long (arrêt Charles Richard du 38).

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info