Site collaboratif d’infos alternatives

Non, les keufs ne sont pas des « pédés » ou des « enculés »

Loi travail 3 compléments

Nous avons régulièrement la suprise assez vexante d’entendre des camarades insulter les policiers, gendarmes et autres CRS de « pédés », « enculés », ou autre termes du même acabit. Étant nous même des personnes trans, des gouines, et/ou des pédés, et pas spécialement en bons termes avec les gens de la police, nous tenions à rétablir la vérité sur ce sujet.

Sociologiquement, d’abord : les personnes LGBT étant malheureusement minoritaires dans la société, elles le sont également dans la police. Si on ajoute à ça que ce milieu est passablement homophobe et misogyne (en plus d’être raciste, à forte tendance fasciste, etc.) il y aurait plutôt des raisons de penser qu’il y a assez peu d’homosexuel·le·s keufs qui le proclament ouvertement.

Peut-être que des camarades ont été induit·e·s en erreur lorsque, face à une rangée de CRS, ils et elles ne pouvaient voir que des hommes. Nous tenons donc à préciser que cet entre-soi masculin ne s’explique pas par une volonté de pratiquer du sexe entre hommes, mais plutôt par misogynie. Cet entre-soi masculin et pourtant très fortement hétérosexuel n’est pas spécifique aux CRS : on le retrouve assez régulièrement chez les dirigeants d’entreprises et les décideurs de tout bord. Si cela vous semble trop lointain et inaccessible, vous aurez sans doute moins de mal à trouver un groupe militant constitué d’une grande majorité d’hommes et pourtant peu porté sur la drague homosexuelle.

En tout cas, nous pouvons vous le certifier : oui, les CRS sont des hommes, des vrais, pas des pédés, pas des tarlouzes, pas des gonzesses. Pour vous en convaincre, citons quelques exemples :

  • Les propos homophobes, transphobes et misogynes que nous pouvons régulièrement entendre lorsque nous sommes confronté·e·s à la police ne nous permettent pas une seconde de douter de l’hétérosexualité de leurs auteurs.
  • Les multiples viols et agressions sexuelles de femmes par des policiers sont, là encore, on ne peut plus hétérosexuels, tout comme le sont les meurtres réguliers de femmes de policiers par leur conjoint.
  • Enfin, le comportement des keufs en manifestation nous prouve, encore une fois, leur solide virilité, n’hésitant pas à montrer leurs muscles (attribut dont sont, tout le monde le sait, dépourvu·e·s les femmes et les homosexuels) en matraquant, gazant, tazant et flashballant sans montrer la moindre once d’émotion (qui, comme chacun le sait, est un truc de gonzesses et de pédales).

Bref, oui, nous vous l’assurons : dans l’ensemble, les CRS sont des hommes, des vrais, des plus-hétérosexuels-que-moi-tu-meurs. Oh, il y a bien une poignée de femmes et sans doute quelques homos chez les CRS, mais ils et elles font plutôt figure d’exception, et ils et elles finissent assez souvent par se faire muter à cause de la misogynie et de l’homophobie de leurs collègues.

Par ailleurs, nous nous interrogeons sur les motivations des camarades qui accusent les CRS ou les baceux d’être des « pédés » ou des « enculés » : ces insultes visent en général à attaquer la virilité de la personne à qui elles s’adressent et sont une injonction à correspondre à cette virilité. Nos camarades trouvent-ils donc que les policiers ne nous envoient pas assez de lacrymos et de coups de matraques et qu’ils devraient nous en envoyer encore plus pour nous prouver qu’ils sont de vrais hommes hétéros ? En tant que gouines, trans, et/ou pédés nous sommes habitué·e·s à croiser des personnes qui pratiquent le BDSM, mais un tel degré de masochisme nous paraît un peu extrême.

Pour conclure : nous espérons vous avoir convaincu·e·s que nous, gouines, pédés ou personnes trans, impliqué·e·s contre la casse du code du travail, n’avions rien, mais alors rien, à voir avec les keufs. Maintenant que nous nous somme désolidarisé·e·s, nous attendons que nos camarades hétéros fassent de même, en commençant par éviter d’utiliser les mêmes insultes, telles que « pédé » et « enculé », que les keufs nous infligent lorsque nous sommes confronté·e·s à eux.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 28 mars 2016 à 09:14, par

    les keufs ne sont non plus ni des fils de pute (qui sont des enfants comme les autres) ni des batards( idem !) mais tout simplement comme le disait en ’68 Mick Jaeger des criminels !

  • Le 27 mars 2016 à 08:29, par

    bien d’accord avec vous, pas plus qu’ils ne sont ni des fils de putes,ni des batards mais comme le disait déjà Mick Jaeger des "criminels".

  • Le 26 mars 2016 à 18:42, par Bananarchiste

    Je ne crois pas qu’on cherche à atteindre les keufs dans leur virilité quand on utilise ce genre d’insultes. C’est plus qu’on a pris l’habitude d’associer ces mots à une agression, à quelque chose de blessant indépendamment de leur signification et que désormais, quand on veut blesser quelqu’un, on prend le premier truc qui nous vient. Perso quand je me prends des lacrymos c’est plutôt "fils de pute" qui sort, mais je suis à des années lumières de penser à la prostitution quand je dis ça.

    Après c’est bien quand même d’avoir fait un article là-dessus faut que les gens sachent que ça affecte d’autres personnes qui entendent ça.
    Le problème c’est qu’il y a pas beaucoup d’insultes violentes qui ne soient ni homophobes, ni sexistes enfin pas stigmatisantes de manière générale.
    Parce que si on va par là "bâtard" c’est réac’ puisque ça sous-entend que naître hors-mariage c’est être un enfant illégitime (et là je devrais me sentir blessé personnellement vu que c’est mon cas et pourtant je l’utilise cette insulte), fils de pute ou même pute c’est insultant pour les prostituées, con, conne, connard, connasse ça réfère au vagin puis c’est pas franchement très violent... Même "flics, porcs, assassins" je vois pas pourquoi on s’en prend aux porcs. Franchement, je suis de bonne volonté mais c’est difficile de ne pas insulter les keufs lorsque je me prends des lacrymos.

    Je propose donc qu’on crée et popularise un nouveau lexique d’insultes.
    Il me reste "enfoiré" (et "baltringue" pour ceux qui veulent vraiment s’en prendre à la lâcheté) dont je ne connais pas l’étymologie qui à première vue me semble pas discriminant.

    Ca m’emmerde vraiment d’employer des insultes homophobes ou sexistes surtout si en tant que LGBT vous dites que ça vous fait du mal, mais sur le coup c’est toujours le truc qui sort. Après je suis sensibilisé un peu à la lutte contre les discriminations envers les LGBT donc je dis surtout ça par rapport à des gens qui y sont moins familiers, parce qu’on va pas ostraciser tous ceux qui disent des insultes. Mais je pense que le langage reflète plus qu’il ne détermine nos représentations du monde, donc c’est sûr que tant que les insultes auront pour base l’orientation sexuelle ou le sexe ou la couleur de la peau ça voudra dire qu’il y a du racisme, du sexisme et de l’homophobie mais, comme vous l’avez fait remarquer à propos des milieux militants, il suffit pas de s’abstenir d’insultes discriminantes pour que le sexisme, le racisme, etc... disparaissent.

    Bref c’est une vraie question que vous posez.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

Théâtre forum sur la domination masculine : Et si c’était nous ?

Quel rôle jouent les hommes dans l’oppression faite aux femmes ? Quelle attitude un homme peut-il adopter face aux comportements sexistes de ses semblables ? Quelles solutions trouver et mettre en place pour déjouer ces mécanismes ? Dans le cadre du festival Novembre libertaire, il est proposé de...

Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : "ici on noie les Algériens !"

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

Rencontre-débat autour du parcours de la militante Françoise Vergès

Venez discuter avec le CRAAP sur le parcours et les travaux de la militante Françoise Vergès au sujet des impasses de la société française autour des questions liées au (post)colonial, au (néo)capitalisme et au féminisme, le 21 octobre à la librairie Terre des Livres à...

> Tous les articles "Discriminations"