Occupation en cours du Théâtre National Populaire de Villeurbanne pour que la culture et les chômeur.euses ne payent pas leur crise !

1906 visites
1 complément

A l’échelle nationale, l’heure est à la mobilisation ! Dans de nombreuses villes de France, des actions d’occupation ont lieux pour dénoncer le traitement subit par les professionnels de la culture, les chômeur.euse.s et toutes celles et ceux qui subissent la pression infernale de Pôle emploi. A Lyon, le collectif unitaire 69 a décidé de passer une nouvelle fois à l’action et de lancer une occupation au Théâtre National Populaire de Villeurbanne (8 Place du Dr Lazare Goujon). Venez nombreux.euses pour participer à cette action et venir discuter des luttes en cours, quelque soit votre secteur. L’heure est à la mobilisation, mais aussi et surtout à la convergence des luttes.

  • Occupation en cours de l’Opéra de Lyon par les étudiants et intermittents de l’emploi

     

  • En vidéo : le message des occupant-es du Théâtre National Populaire de Villeurbanne (Lyon) : https://www.youtube.com/watch?v=fgYBR5hm5tE

  • Communiqué de presse des occupant-es du Théâtre National Populaire, Villeurbanne/Lyon, 12 mars 2021

    Travailleur-es de la culture, de l’évènementiel et du tourisme, étudiant-es, public de la culture, nous occupons le Théâtre National Populaire, comme nos camarades du Théâtre de l’Odéon à Paris, et de tous les autres théâtres dont les occupations se multiplient, partout dans le pays.
    Nous occupons :
    ◾️ Pour obtenir la prolongation de l’année blanche sur les droits au chômage pour les intermittents du spectacle, et son élargissement aux intermittent-es de l’emploi abandonnés par le gouvernement (extras de l’hôtellerie-restauration-évènementiel, intérimaires, saisonniers,…).
    ◾️ Pour obtenir l’abandon définitif de la réforme de l’assurance-chômage qui va réduire les allocations de plus de 800000 chômeurs, jusqu’à les diviser par deux.
    ◾️ Pour obtenir la réouverture des lieux culturels, puisque des protocoles sanitaires validés scientifiquement existent.
    ◾️ Pour obtenir un plan de financement massif de soutien à l’emploi dans le secteur culturel, notamment pour l’insertion professionnelle des étudiant-es
    ◾️ Pour obtenir pour tous les étudiant-es une sécurité sociale : pouvoir étudier dignement, se nourrir dignement, se loger dignement. À commencer par une augmentation des bourses et des APL, et la réouverture à 50% des universités.
    ◾️ Pour obtenir l’extension du RSA aux jeunes de 18-25 ans, seule catégorie de la population à ne pas en bénéficier.
    Nous occupons pour ces urgences sociales.
    Mais nous occupons aussi pour autre chose.
    Pour retrouver un peu de joie, d’espoir, de volonté de résister, de sortir, de manifester.
    Pour que les artistes essaient de donner du courage aux citoyens confinés depuis un an, aux soignant-es toujours méprisé-es par le gouvernement, aux étudiant-es abandonnant leurs études, aux « femmes et aux hommes sur lesquels le pays tient tout entier », comme avait dit Emmanuel Macron, qui n’a rien fait ou presque pour les revaloriser.
    Pour retrouver de la liberté, face à un gouvernement-rouleau compresseur, recommençant le « monde d’avant-Covid » en pire, prenant aux pauvres pour donner aux riches, incompétent pour gérer une crise sanitaire et assurer la santé publique, incapable de tracer un avenir pour les jeunes, incapable de tenir ses engagements climatiques auprès des citoyens. Un gouvernement préférant surveiller les manifestants avec des drones plutôt que de recruter des soignant-es, décidant tout seul de ce qui est « essentiel » et de ce qui ne l’est pas, décidant tout seul qu’il est plus important de produire et de consommer que de se retrouver en famille ou entre amis, d’étudier, de partager des émotions artistiques, d’aller au cinéma, au concert ou au spectacle, de se balader, de jouer de la musique, de se cultiver.
    Nous occupons à l’intérieur, pour qu’il se passe des choses à l’extérieur. Pour que l’expression des artistes donne à tout le monde l’envie de s’exprimer. En espérant que dans tout le département, villes ou villages, soient occupées des salles des fêtes, des salles municipales, ou tout autre lieu nous permettant de reprendre notre destin en main. Nous tenterons modestement d’y participer.
    Le gouvernement nous bouche l’horizon : rouvrons-le, occupons !

Aujourd’hui à Lyon, dans la continuité directe des occupations de lieux culturels partout en France (Paris, Strasbourg, Pau, Nantes, Orléans...), nous, travailleur.es et étudiant.es du secteur de la Culture, chômeur.es et précaires, avons décidé d’occuper le TNP (Théâtre National Populaire) à Villeurbanne.

Nous ne pouvons en effet que constater le mépris de ce gouvernement, qui plonge des secteurs entiers dans une profonde précarité, durable et inadmissible. Nos structures comme nos emplois sont de plus en plus menacés.

Or, cette crise affecte déjà nos conditions d’existence et elle continuera à le faire dans les années qui viennent.

Quant aux chômeurs/chômeuses, aux intérimaires, à tous.tes celles et ceux qui enchaînent les contrats courts, le gouvernement a décidé de maintenir sa réforme de l’assurance chômage, dont l’unique objectif est de faire sortir du régime de l’indemnisation chômage des dizaines de milliers de personnes, ou, à défaut, de les diminuer drastiquement (un million de personnes concernées).

Face à cette situation nous exigeons dès aujourd’hui des gestes forts du gouvernement :

  • Prolongation de l’année blanche pour tou.te.s les intermittent.es de l’emploi jusqu’à un an après la reprise réelle du travail
  • Retrait pur et simple de la réforme de l’assurance chômage
  • Aides massives au secteur de la culture, passant par un plan de relance ambitieux en concertation avec les salarié.es
  • Abaissement du seuil d’heures pour permettre aux primo-entrants dans le régime de l’intermittence du spectacle et personnes en rupture de droits d’accéder plus facilement à l’indemnisation
  • Maintien de tous les droits sociaux (maladie, retraite, maternité, prévoyance, formation)

Le gouvernement, plus enclin à offrir des cadeaux aux capitalistes, laisse les plus précaires d’entre nous sans solution. Il multiplie les aides au patronat sans investir dans la santé, l’éducation ou la culture. Nous refusons cette société. Nous sommes solidaires de toutes celles et ceux que cette crise laisse encore plus sur le carreau. Face à cela, seule la lutte peut nous rendre victorieux·euses.

Rejoignez nous au TNP (Théâtre National Populaire) à Villeurbanne (8 Place du Dr Lazare Goujon) dès maintenant !

Des salarié.e.s et étudiant.e.s de la culture, des chômeur.euse.s et précaires."

Groupes associés à l'article

Collectif Unitaire 69

  • collectifunitaire69@gmail.com
  • Autres infos : Site: http://collectif-unitaire-69.tumblr.com/

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 14 mars à 06:22, par

    AG tout les jours à 14h sur le parvis du TNP. Venez nombreux
    Toutes profession confondue pour tout les permittent...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Collectif Unitaire 69 » :

>Occupation de l’auditorium de Lyon par des travailleurs de la culture

Les intermittent⋅e⋅s réunies dans le Collectif Unitaire affirment sur leur page Facebook qu’ils et elles occupent l’auditorium de Lyon depuis 16h mardi 23 février pour « pour porter [leurs] revendications ». L’auditorium recevait ce soir la répétitions générale des Victoire de la musique classique qui...

› Tous les articles "Collectif Unitaire 69"

Derniers articles de la thématique « Travail / Précariat / Syndicalisme » :

>Les AESH du secteur de Rillieux-la-Pape à bout de souffle ! Comme de partout…

Les « Pole Inclusif d’Accompagnement Localisé » mettent à genoux tout le système de l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Tous les jours, des collègues AESH démissionnent de leur poste. D’autres continuent de faire leur travail, mais à bout de souffle, malmenées, déconsidérées, épuisées et...

› Tous les articles "Travail / Précariat / Syndicalisme"