Pour une autre réforme de l’université : manifestive place Bellecour, le mardi 11 décembre à 12h30

2687 visites
Novembre2007-...(LRU et retraites) 17 compléments

Que toutes celles et tous ceux qui pensent que les projets en cours visant à la réorganisation de l’enseignement supérieur et de la recherche, dont la loi LRU, sont fondamentalement mauvais, nous rejoignent à Lyon pour un rassemblement place Bellecour, à 12h30 le mardi 11 décembre. (Lire la suite)

- Que toutes celles et tous ceux qui pensent que les projets en cours visant à la réorganisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (dont la loi LRU) sont fondamentalement mauvais, nous rejoignent pour un rassemblement place Bellecour, à 12h30 le mardi 11 décembre.

Nous nous adresserons à la population (”Become the media”) pour lui expliquer le choix de société qui sous-tend ces réformes.

Nous serons toutes et tous en noir pour symboliser le fait qu’une université qui ferme, c’est la jeunesse qui meurt.

Nous redirons une fois encore qu’une autre réforme est nécessaire et possible, grâce à une chaîne humaine : venez nombreux/euses.

Téléchargez le tract.

- Organisations signataires de l’appel :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 11 décembre 2007 à 21:28

    J’ai reçu ça : alors je fais circuler, parce que pour le moment, je ne sais pas quoi faire d’autres... Si vous avez des idées ?

    Bonjour à tous,

    Ma fac (Lyon II) s’enfonce tous les jours un peu plus dans le
    mépris des étudiants et dans un logique policière qui m’inquiète
    profondément.
    Les médias ne nous suivent pas, ne relayent rien, s’auto censurent
    ou se font censurer.
    Tout a commencé avec la Loi Pécresse de réforme des Universités,
    signée dans la précipitation cet été par le président de la fac,
    Monsieur Journès.Certains étudiants et enseignants s’opposent à
    cette loi.

    Les étudiants ont choisi le blocage de l’Université comme mode
    d’action. On peut être pour ou contre, je ne suis pas sûre que ce
    choix ai rendu service aux manifestants et à leur image mais
    aujourd’hui, à la limite, peu importe.
    On a,
    pour l’instant, dépassé ce débat.

    Depuis quelques jours, le président de l’Université a fait appel
    aux « forces de l’ordre » : des vigiles privés, très jeunes, non
    asermentés, arrogants et dépassés par les événements, patrouillent
    dans la fac avec au bras un brassard orange marqué « sécurité ». Ils
    apostrophent tout le monde, tutoient tout le monde, et nous
    demandent de justifier de notre présence dans l’Université en
    montrant notre carte « cumul » (une carte magnétique d’étudiant ou
    d’enseignant qui sert aussi de carte de bibliothèque et de carte...
    de paiement dans l’enceinte de la fac... ce qui, en soit, ne me
    plaît déjà pas beaucoup).
    Il semble bon de rappeler qu’une Université est, selon la loi, un
    « établissement public à vocation scientifique et culturelle »...

    Les étudiants qui manifestaient scandaient à l’encontre des
    vigiles, hier
    matin : « Voyous, racailles. » Car certains d’entre eux s’amusent à
    retenir les étudiantes pour les draguer, d’autres en sont venus aux
    mains avec des étudiants de leur âge, une étudiante a été
    « étranglée » avec son écharpe pour qu’elle dégage un passage.

    A l’entrée principale du campus de Bron, et rue Chevreul sur lle
    campus des quais du Rhône, dès 7h30 le matin, tous les jours, les
    CRS arrivent pour déloger les étudiants qui protestent. 9 cars de
    CRS devant le campus de Bron, 9 cars de CRS devant le campus des
    quais de Rhône. Ils sont, régulièrement, soutenus par la
    gendarmerie mobile.
    J’étais là, hier matin. Deux de mes étudiantes m’avaient dit avoir
    été « molestées » par les CRS la veille et voulaient que j’en sois
    témoin. Eh bien oui, ils les plaquent au sol, les jettent plus
    loin, les matraquent dans le ventre et sur la tête.
    Sur les quais, hier, deux leaders syndicaux étudiants (un de Lyon
    2, l’autre de Lyon 3) ont été désignés du doigt par des policiers
    en civil avant d’être poursuivis dans une rue adjacente par les
    CRS. Ce qui signifie, nous sommes d’accord, qu’un travail préalable
    « d’information » a été effectué et que ces arrestations sont ciblées
    pour détruire les mouvements syndicaux.
    Les deux hommes sont en garde-à-vue et devraient être déférés à la
    Justice aujourd’hui même (donc : il existe désormais des
    comparutions immédiates pour les manifestants, vous serez
    prévenus). Dans un communiqué odieux et mensonger, la présidence de
    la fac dit qu’ils sont « extérieurs à l’Université » et que ces
    arrestations sont survenues après des troubles. Il n’y a pas eu de
    troubles autres que la manifestation pacifique, nous sommes
    plusieurs enseigants à en être témoins.
    Un étudiant a été blessé et, une fois aux Urgences, a hérité de
    douze points de suture sur le crâne. Des étudiants ont été mis en
    joue au flashball.

    Des policiers en civils sont toujours là, dont un homme sur mon
    campus : de « type méditerrannéen », il porte une grosse doudoune
    noire, un talkie walkie dans une poche, un appareil photo dans
    l’autre. Lui et ses camarades filment longuement les manifestants.
    S’ils ont effectivement été convoqués par le président de
    l’Université dans le seul but de permettre aux étudiants qui
    veulent suivre les cours d’entrer dans la fac, pourquoi filment-
    ils ? Doit-on ajouter la DGSE à la liste des membres du personnel de
    l’université ?
    De notre côté, enseignants ou étudiants, ils nous empêchent un
    maximum de filmer. Ce qui siginifie que les images disponibles sur
    youtube et sur dailymotion ne sont pas à la hauteur de la réalité.

    Face à cette situation, plusieurs enseignants, dont je suis, ont
    refusé de faire cours. Je refuse d’entrer dans une fac investie de
    forces de police, de gendramerie et de vigiles privés non
    asermentés. Je refuse de montrer des papiers d’identité pour me
    rendre sur mon lieu de travail. Je refuse de me faire bousculer par
    des CRS. Je refuse de me faire tutoyer avec mépris par des
    individus que je ne connais pas. Je refuse d’entendre un vigile
    insulter un de mes collègues (pourtant munis du sac en cuir typique
    de l’enseignant, pourtant plus honorable que moi dans l’allure avec
    ses cheveux blancs) en lui disant "J’vais t’fumer toi, j’vais
    t’fumer."
    Nous ne sommes pas, que je sache, dans un état policier. Ou alors
    il faut nous le dire clairement, parce que cela signifie que les
    règles du jeu ont changé. Je croyais que l’on avait le droit de
    grève dans notre pays.

    Je crois que ce qui m’inquiète le plus, c’est de recevoir des
    communiqués de la Présidence affirmant que la situation est
    désormais « normale ».
    SI CETTE SITUATION EST NORMALE, JE DEMISSIONNE.

    D’autre part, pour permettre l’action des ces policiers, militaires
    et vigiles, toutes les sorties de sécurité sont bloquées. Certains
    enseignants et étudiants s’obstinent à faire cours dans une
    ambiance délétère et dangereuse. Ce qu’ils risquent purement et
    simplement, en cas d’incendie, c’est de brûler vifs dans des locaux
    qui sont déjà vétustes.

    Je joins à ce message la « Lettre ouverte à la présidence de Lyon 2 »
    rédigée par des enseignants (datée d’avant hier 5 décembre et déjà
    dépassée par les événements d’hier), ainsi que le dernier message
    de la présidence elle-même, pour que vous puissiez juger vous-même
    de la mauvaise foi, du mépris et des ronds de jambe du langage qui
    se banalisent dans notre environnement politique et médiatique.

    Ce message est, bien sûr, à faire passer si vous en ressentez le
    besoin.

  • Le 11 décembre 2007 à 13:44, par emmanuelle

    moi je pense qu’il faut rebloquer l’université car j’ai l’impression que le mouvement s’eteint peu à peu. On a pas fait tout ça pour rien quand même. Maintenant que les cours ont repris il y a de moins en moins de monde qui poursuit la grève. De plus si on manque les cours on est pénalisé alors rebloquons la fac !!si on est nombreux c’est pas les crs qui vont nous faire peur. Et puis on dirait que les manoeuvres d’intimidations du président de l’université ont bien réeussies...

  • Le 11 décembre 2007 à 11:57

    houla... il fais un peu peur ce fil quand même... pensons à ressérer les rangs si on veut pas que le mouvement se vautre avec la foire consumériste des fêtes de fin d’année... qu’en est il de la communication ? est-ce que les infos tournent vraiment bien, ce qui n’as pas l’air d’etre le cas, vu ce qu’on lis ici... vous avez pensé a imprimer des flyers ? c’est tout con, trois infos importantes sur un bout de papier, ça circule mieux qu’ un truc gueulé au porte voix dans le brouhaha d’une ag ou d’une manif....

    quand au monsieur qui bave sur les « trolls de rebellyon » (language no-life, c’est dans l’air du temps) fais donc ta chaine humaine et tes actions qui te semblent « dignes d’intellectuels et d’etudiants » mais remballe ton mépris mal plaçé et ton ton hautain et paternaliste... youhou, voila super-manifestant qui se permet de tous nous juger.
    grandis un peu. ou reste chez toi.

  • Le 11 décembre 2007 à 10:11

    P-O-U-R-Q-U-O-I ?

  • Le 11 décembre 2007 à 10:09

    ouai, on s’en était appercu !
    personne devant ENS, étonnant pour un jour ou nous aurions eu l’occase de la toucher presque du bout des doigts.
    et vive la circulation de l’info ! J’orais bien voulu dormir 1h de plus.
    halala, mobilisons nous tt de meme.

  • Le 11 décembre 2007 à 08:24

    A-N-N-U-L-E pour valérie pécresse...

  • Le 10 décembre 2007 à 21:20

    Pourquoi personne ne parle de la venue de Valérie Pécresse demain sur lyon ? Est-ce que j’ai mal compris ce qui a été dit à l’AG de bron ? J’aimerais plus d’info si quelqu’un en sait plus. merci.
    En tout cas à demain à la manifestive ! Continuons la lutte !

  • Le 10 décembre 2007 à 19:37

    Tous et toutes RDV a 9h45 à bron devant l amphi A pour fair appliqué la décision d AG d occupation de l amphithéatre ......

  • Le 10 décembre 2007 à 19:37

    Mais nous vous laissons volontier l’initiative de la lutte armée, si ni les grèves ni les manifestations, ni les pétitions, ni l’union avec les enseignants-chercheurs ne vous intéressent.

    En ce qui me concerne, je suis pour l’abrogation de la LRU, ET je manifesterai demain ET je participerai aux opérations de blocage administratif demandées par Sauvons la Recherche et Sauvons l’Université Et je continuerai à participer aux AG avec les étudiants ET je ne me contenterai pas du discours « fais pêter » que je considère comme inepte et indigne de tout intellectuel ou de tout étudiant digne de ce nom : non, je continuerai d’analyser la situation, les rapports de force, de manière à changer le cours des choses là où l’analyse des rapports de force permet d’envisager autre chose que de prendre des bosses à coups de matraque sans aucun résultat tangible autre que le mépris des médias et du ministère.

    Mais si l’enjeu n’est QUE la subversion pour la subversion, c’est à dire de se saisir de l’université comme pur prétexte pour faire de l’agitation à la grand papa, sans s’y intéresser en tant qu’institution ayant des finalités et des modes de fonctionnement spécifiques qui méritent un minimum d’attention et de réflexion, alors je vous laisse bien volontier passer devant avec vos bombes... mais là, il va falloir que vous assumiez autre chose comme attitude que les trolls sur Rebellyon.

  • Le 10 décembre 2007 à 18:36

    Bah !!! Si on se contente pas que de ça... (je pense que beaucoup d’autre gens ont envie d’autre chose)
    Ca va pas faire de mal, je crois ?

    A mon avis tout soutien est bon à prendre en ce moment. Il faut enraciner la lutte pour qu’elle survive aux vacances de fin d’année.

    Mais on peut faire d’autres choses après. Il me semble que la coord nationale de Nice appel à des actions de « perturbations économiques » un samedi, par exemple :)

  • Le 10 décembre 2007 à 18:22

    Certains appelent à la manif (les profs et l’AG des quais), d’autres ne souhaitent pas y participer (AG de bron) et je ne comprend pas pourquoi.
    Je pense que manifester avec les profs qui nous soutiennent depuis le début (je ne citerai pas les noms mais on les connait) et faire une nouvelle forme d’action + médiatique peut donner un certain renouveau au mouvement. Je tiens à préciser que la manif ne remet pas en cause l’abrogation de la LRU. J’aimerai donc connaitre et comprendre les raisons des gens du mouvement de grève (les autres ça m’interesse moins forcément ^^) qui n’appelent pas à aller à 12h30 à Bellecour.
    Merci de me répondre.

  • Le 10 décembre 2007 à 18:03

    on voit ou nous a mené la lutte de « sauvons la recherche » des don quichiotte en puissance donc il negocient.
    a lyon la lutte des intermitents a echoué en partit a cause de negociation avec leurs patrons(directeur theatre...).
    une chaine humaine en souriant auX cameraS ?

  • Le 10 décembre 2007 à 16:33

    Renseignez-vous avant de dire n’importe quoi : Sauvons la Recherche a toujours appelé à l’abrogation de la loi LRU ! De plus il ne s’agit pas d’un syndicat mais d’un collectif de chercheurs et d’enseignants.

    Le mouvement étudiant subit en ce moment des attaques d’une violence sans précédent dans les médias, et de facto dans l’opinion publique. Quelques belles images d’étudiants et de chercheurs main dans la main dans leur combat contre la LRU, voilà exactement ce dont nous avons besoin si nous voulons que notre mouvement survive aux déblocages ! Après rien ne nous empêche de continuer à développer d’autres types d’actions de notre côté, mais ne crachez pas sur cette formidable opportunité de montrer un front universitaire uni face à sarkozy...

    Quant aux beaux discours sur la grève comme seul moyen d’action, je veux bien, mais une grève étudiante sans blocage ça ne fait peur à personne. Et je sais de quoi je parle, je suis en grève depuis deux mois dans une fac non bloquée. Or de blocage il n’est plus question pour le moment sur Lyon. Donc cherchons ensemble d’autres moyens de rendre notre lutte visible. L’action proposée par SLR est un début. A suivre...

  • Le 10 décembre 2007 à 15:41, par Segognat

    Sarkozy a de plus en plus de mal à masquer sa haine de la France, je trouve.

    Il manipule son histoire, il infériorise ses habitants, il occulte son projet de société impulsé il y a plus de 200 ans maintenant...

    Quand le rapport Camdessus était sorti, je m’étais dit, « mais si la France s’écroule, qui va donc bien pouvoir la racheter ? ».

    Je crois que Sarkozy a déjà trouvé acquéreur.

    Qui va financer les fondations ? Qui va implanter les compagnies privées d’assurance santé ? Des entreprises françaises ?
    Il me semble que Sarkozy est plutôt parti pour vendre la France aux étasuniens.

  • Le 10 décembre 2007 à 11:59

    Tout d’abord, de quelle « bureaucratie syndicale » parlez vous ? Il s’agit d’une action impulsée par les enseignants et les chercheurs réunis en AG. Les syndicats soutiennent : tant mieux.

    Ensuite, les enseignants-chercheurs ont été les premiers à se mobiliser contre la LRU, bien avant les étudiants : lisez le manifeste des Cordeliers, et regardez sa date de mise en public (avant l’été). Où étiez vous à ce moment là ?

    Enfin, vu les résultats des actions « radicales », c’est à dire pas grand chose de concret de l’aveu même de leurs principaux partisans, il était temps que d’autres formes d’actions, moins impopulaires, émergent. C’est chose faite, et ça ne fait que commencer. Rien ne vous oblige à nous rejoindre : continuez à bloquer les facs si vous pensez que c’est la seule solution, mais ne tentez pas de décourager les chercheurs de mener les actions qu’ils estiment justes et adaptées.

  • Le 10 décembre 2007 à 11:51

    mouaih, je ne sais pas de qui viens cette initiative, mais c’est certain que ça tombe totalement à coté de la plaque... je croyais qu’il etait admis par tous que seule l’abrogation comptait... et cette chaine humaine... nan mais, vous vous croyez au théléthon ou quoi ?
    enfin bref, mis a part ça, ce passe il autre chose à Bellecour mardi ?
    parce que, certes je n’ai pas envie d’etre associé à cette foire, mais je n’ai pas envie non plus que ça soit la seule initiative, surtout si ces gens « s’adressent à la population... » je ne suis pas certain que leur avis soit le plus représentatif...

    sinon, certes une manif(un peu plus)estive serais pas de refus, pourquoi pas voir de ce coté là, quitte à rester a Bellecour. bon certes il fait froid, mais du vin chaud et un sound-system (par exemple) peuvent etre des arguments de poids pour motiver les troupes...

  • Le 9 décembre 2007 à 19:44

    Moi qui croyais que c’était grace à la grève qu’on arriverait à quelque chose, voici que des bureaucrates syndicaux m’apprennent que c’est par « la chaine humaine ».

    Moi qui croyais qu’on se battait pour l’abrogation de la LRU et une université publique, gratuite et laïque ... voilà que SLR et la FSU, qui arrivent bien tardivement à trois dans nos manifs, viennent nous apprendre qu’on se bat « pour une autre réforme ».

    Donc pour résumer : l’objectif, « pour une autre réforme », le moyen d’action, « une chaîne humaine ».

    Voilà des gens qui ont bien compris comment gagner face à Sarkozy .....

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Novembre2007-...(LRU et retraites) » :

› Tous les articles "Novembre2007-...(LRU et retraites)"