Pourquoi il est préférable d’avoir une télé quand on a une voiture ?

1324 visites

Le Regroupement pour une Ville sans Voiture s’occupe depuis maintenant dix ans ou peu s’en faut, de lutter contre la présence envahissante de la voiture dans la ville (et au-delà, cf. la suite).

Quoi ? Comment peut-on soutenir des positions aussi extrémistes, abominables, alors que tout le monde sait (on nous le répète assez, grâce au plus gros budget publicitaire par branche dans l’Union Européenne) que la voiture, en somme, c’est le bonheur, ou la liberté, ou la séduction, etc. Certes, le/la propriétaire de voiture français-e moyen-ne dépense actuellement aux alentours de 40 000 FF (env. 6 000 €uros)/ an pour cette liberté, ce qui est peut-être un peu cher payé quand on songe que ladite liberté reste immobile plus de 90 % de sa durée de vie.

L’usage massif de la voiture (on en est à plus d’une voiture par foyer en moyenne, ce n’est pas rien) est par ailleurs à l’origine de divers problèmes de santé publique, n’y revenons pas. Et tout ça détruit l’environnement, alors que 70 % des trajets urbains effectués en voiture seraient effectués plus vite en vélo.

Tout cela cependant (« la voiture, ça tue, ça
pollue »), ce n’est pour ainsi dire que la partie émergée de l’iceberg. Il y a bien d’autres aspects, sur lesquels j’aimerais dire trois mots. Il y a que la voiture est un facteur de domination sociale (j’ai une grosse BM, ça jette, etc.) et genrée (malgré divers efforts assez pathétiques des publicitaires et des fabricants, depuis quelques années, pour revenir là-dessus, style voiture livrée avec miroir aussi dans le pare-soleil gauche...) ; il y a aussi qu’elle participe merveilleusement à un
système cohérent de contrôle social.

Le citoyen automobile ne va plus sortir agiter son mécontentement sous les fenêtres du bourgeois qui profite de ses travaux ou des conditions de l’échange international ; il est indécrottablement à l’intérieur. Il se déplace en lignes droites (les aménagements d’Hausmann à Paris, ça vous dit quelque chose ?) dans des intérieurs mobiles (et immatriculés). L’homme moderne est un peu comme la femme de
l’ancien monde ; il doit s’occuper de l’intérieur (qu’il porte avec lui), non plus de la rue ou du désert qui l’entoure (qu’il croit qui l’entoure). Il ne va pas dehors voir (il en a perdu l’habitude), son paysage se réduit à la largeur d’un pare-brise ou d’un écran de télévision. Et tant qu’il est là (sur son canapé ou le siège de son automobile) pas de risque qu’il aille faire changer le monde.

Le RVV, par diverses actions auprès des pouvoirs publics, manifs symboliques ou pas, essaie de lutter contre toutes les promotions du tout automobile. Pas seulement parce que la bagnole ça tue, ça pollue. Pas seulement à Lyon.

Venez nous rejoindre le deuxième et quatrième mercredi de chaque mois, pour les réunions de l’association, au 44 rue Burdeau, à 20 h.

Pascal

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Écologie / Anti-productivisme » :

>Bien la bonne année ! Ce 10 octobre à Lyon, nous sommes en 2062 !

Et oui, selon le calendrier lyonnais, c’est le nouvel an à partir de ce 10 octobre à 7h49. Alors, embrassons-nous pour le jour de l’an ... En effet, on dit que c’est à ce moment-là en moins 43 qu’il y a eu au lever du jour la fondation de Lyon par Plantacul, même si des bourgades gauloises existaient...

› Tous les articles "Écologie / Anti-productivisme"