Pourquoi nous devons être tous et toutes à Vichy le 3 novembre

2087 visites
8 compléments

Un nouvel appel trouvé sur Indymedia Grenoble.

POURQUOI NOUS DEVONS TOUS ETRE A VICHY LENOVEMBRE PROCHAIN.

Les 3 et 4 novembre prochain, la présidence française de l’Union Européenne réunit, à l’iniatitive de Brice Hortefeux, l’ensemble des 27 ministres européens de l’Intérieur et de la Justice, à défaut qu’il y ait, ailleurs que dans notre beau pays, d’autres ministres « de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité Nationale ». Elle les réunit à Vichy. Là on s’entretiendra gravement du contrôle des flux de main d’oeuvre immigrée et de l’application de la fameuse « directive retour ». On imagine sans peine avec quel rire gras l’idée d’une telle provocation a pu surgir dans le crâne d’un ministre qui est partout caricaturé en nazillon. Ha Ha Ha.

Voici quelques raisons pour lesquelles nous serons dans la rue, à Vichy, le 3 novembre, et pourquoi nous jugeons impensables de n’y être pas par milliers, et bien décidés à empêcher la tenue de ce sommet :

1. A l’heure où les sans-papiers répondent à la chasse qui leur est livrée par l’incendie des centres de rétention dans plusieurs pays d’Europe, c’est la tâche minimale de ceux qui les soutiennent que de perturber le banquet des ministres.

2. Certaines provocations symboliques, laissées sans réponse, constituent d’authentiques défaites pratiques. Elles sont conçues pour démoraliser ceux qui luttent, et les démoralisent effectivement. Elles désarment préventivement toute contre-attaque en normalisant l’intolérable.

3. Par la provocation systématique, le pouvoir en place entend acculer ses opposants à l’indignation, et par là les isoler. Car aucune personne sensée ne souhaite se retrouver à bêler dans le troupeau de ceux qui s’indignent : l’indignation est le cri de l’impuissance et nul ne goûte l’impuissance, parmi les gens sensés en tout cas.

4. La « directive retour » n’est pas une « directive de la honte », c’est une directive de collabo et la collaboration n’est pas du tout honteuse dans cette époque, elle y est au contraire parfaitement à son aise : elle est « décomplexée », comme elle dit. La collaboration n’est pas honteuse : elle est à détruire. En appeler à la morale, ici, c’est s’abstenir de lutter.

5. Au moment où Brice Hortefeux porte plainte contre SOS-Sans-papiers et veut faire porter aux « terroristes » de RESF la responsabilité de l’incendie du centre de rétention de Vincennes, au moment où l’on cherche à nous intimider, c’est là, précisément, qu’il faut faire dans la rue une démonstration de force. Ce gouvernement ne comprend pas d’autre langage. Il continuera à écraser tout ce qui s’oppose tant que l’on s’opposera mollement.

6. Chacun sent que nous ne pouvons pas laisser passer une couleuvre aussi grosse que cette réunion à Vichy, mais la provocation est tellement énorme qu’elle effraie. C’est le moment de laisser toute peur de côté, ou la peur finira par nous engloutir.

7. Une simple manifestation digestive le dimanche ne serait pas une réponse à la hauteur de la provocation. Ce serait au contraire une démonstration d’impuissance. Ce qu’il faut c’est empêcher physiquement la tenue de ce congrès, investir la ville le 3 novembre, bloquer ses accès, s’approprier l’espace public, perturber le cours normal de la vie à Vichy jusqu’à ce que l’occupant s’en aille. Nous pouvons compter sur cet avantage que des scènes de répression féroce à Vichy seraient du plus mauvais effet pour ce gouvernement « démocratique ».

8. Depuis dix ans qu’il y a des contre-sommets et que des milliers de gens de France et d’ailleurs s’y sont aguerries, il est grand temps d’appliquer des tactiques éprouvées, et dont nous savons qu’elles marchent, aux luttes hexagonales.

Organisons des réunions publiques sur ce thème dans nos villes. Affrétons des cars pour s’y rendre en masse. Parlons-en dans nos orgas, à nos camarades. Faisons tourner l’information en Europe.

TOUS A VICHY LENOVEMBRE ! (le temps est court, mais la force est avec nous.)

JPEG - 46.9 ko

P.-S.

Sur cette mobilisation, articles déjà publiés sur Rebellyon.info :

- dès le 5 septembre 2008 : Mobilisation contre la conférence européenne sur l’intégration le 3 et 4 Novembre à Vichy.
- et le 29 septembre 2008 : Ce monde fait mal : allons résister tous et toutes à Vichy !

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

  • Le 30 octobre 2008 à 11:27

    T’as raison, on a qu’a rien faire, ni centralisé ni ailleurs ni les 2 ^^... et l’un n’empêche pas l’autre de toute manière. A qui profite la peur ?

  • Le 30 octobre 2008 à 00:21, par enjoleras

    Non, en fait ils sont là depuis déjà 15 jours !!!
    et puis 400 ? tu es loin du compte, un bus contient 42 individus, j’ai compté 19 bus (ce qui tourne plutôt autour de 800 CRS).
    et ce n’est qu’un début, le sommet est dans 3jours...

  • Le 22 octobre 2008 à 08:43

    Pour infos, il est déjà prévu entre 300 et 400 crs là bas, qui arriveront peu avant début novembre dans le certain but de pacifier la ville..
    A bientôt !!

  • Le 14 octobre 2008 à 16:29

    Ce que tu dis serait vrai s’il y avait en effet des orgas de gauche prêtes à « récupérer » cet événement.
    Or, au niveau national, ni le PC, ni le PS, ni même la LCR n’appelle encore à se rendre à Vichy.
    Pour l’instant les orgas de gôche ont peur d’appeler à des actions là bas : elles ont peur comme à chaque fois qu’il se passe quelque chose d’importance, quelque chose qui les dépasse, quelque chose d’un peu trop politique et pas assez consensuel.

    Quant à l’idée d’« actions décentralisées », merci, si c’est pour se retrouver à 70 devant les préfectures, à des centaines de km de là où ça se passe...
    Non il faut aller là bas, être des milliers et leur faire regretter d’avoir organisé ce sommet.

    Il faut savoir qu’au départ les ministres qui se réunissent ne voulaient même pas autoriser de manifestation. Un grain de sable dans leur belle mécanique et leur provocation (faire ce sommet à Vichy) se transformera en fiasco.

  • Le 5 octobre 2008 à 12:39

    à propos du parallèle Vichy/aujourd’hui,loin d’être un raccourci, deux articles qui éclairent une peu :

    un d’Emmannuel Terray ici :
    http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article2159

    un de Georges Gumpel là :
    http://www.acontresens.com/contrepoints/societe/39.html

  • Le 4 octobre 2008 à 14:09

    Faudra surtout être partout ailleurs ! Ces « actions symboliques » ne sont faites que pour profiter à la récupération politique des partis (PS en tête) et autres organisations de l’ancienne « gauche » poubelle, aujourd’hui « gauche » plus rien, qui aimerait bien se refaire une santé sur ce genre d’évènement. C’est eux aussi qu’il faut surprendre en étant partout ailleurs qu’à Vichy se jour là et se faire entendre sur tout le territoire. Cette gauche poubelle , que les gens s’en souviennent, a aussi mis en place ces politiques de répression, d’expulsion et de contrôle de l’immigration (lois Chevènement, charters, LSQ sous Jospin...).

    Voyez la belle brochette du « Forum social » de Vichy !

    Artisans du Monde, Attac, FCPE, Horizon, Secours populaire, Coordination Nationale contre les élevages industriels, Confédération paysanne, Ligue des Droits de l’Homme, Union régionale Auvergne des Mutuelles solidaires, Union départementale de la Fédération des Mutuelles de France, Mutuelle Centre Auvergne, CGT, Intermittents du spectacle CGT, Réseau d’Education sans Frontières 03, FSU, G10 Solidaires Sud, APIC, LCR, PCF, PRG, PS, VERTS ALLIER.

    Un petit texte à garder en tête, ça peut servir :

    "Au long des temps historiques, et probablement depuis la fin de l’âge néolithique, le monde a été divisé en trois classes. La classe supérieure, la classe moyenne, la classe inférieure. Elles ont été subdivisées de beaucoup de façons, elles ont porté d’innombrables noms différents, la proportion du nombre d’individus que comportait chacune, aussi bien que leur attitude vis-à-vis les unes des autres ont varié d’âge en âge. Mais la structure essentielle de la société n’a jamais varié. Même après d’énormes poussées et des changements apparemment irrévocables, la même structure s’est toujours rétablie, exactement comme un gyroscope reprend toujours son équilibre, aussi loin qu’on le pousse d’un côté ou de l’autre.

    ...Les buts de ces trois groupes sont absolument inconciliables. Le but du groupe supérieur est de rester en place. Celui du groupe moyen, de changer de place avec le groupe supérieur. Le but du groupe inférieur, quand il en a un - car c’est une caractéristique permanente des inférieurs qu’ils sont trop écrasés de travail pour être conscients, d’une façon autre qu’intermittente, d’autres choses que de leur vie de chaque jour- est d’abolir toute distinction et de créer une société dans laquelle tous les hommes seraient égaux.

    Ainsi, à travers l’Histoire, une lutte qui est la même dans ses lignes principales se répète sans arrêt. Pendant de longues périodes, la classe supérieure semble être solidement au pouvoir. Mais tôt ou tard, il arrive toujours un moment où elle perd, ou sa foi en ellle-même, ou son aptitude à gouverner efficacement, ou les deux. Elle est alors renversée par la classe moyenne qui enrôle à ses côtés la classe inférieure en lui faisant croire qu’elle lutte pour la liberté et la justice.

    Sitôt qu’elle a atteint son objectif, la classe moyenne rejette la classe inférieure dans son ancienne servitude et devient elle-même supérieure. Un nouveau groupe se détache alors de l’un des autres groupes, ou des deux, et la lutte recommence.

    ... La nouvelle aristocratie était constituée, pour la plus grande part, de bureaucrates, de savants, de techniciens, d’organisateurs de syndicats, d’experts en publicité, de sociologues, de professeurs, de journalistes et de politiciens professionnels. Ces gens, qui sortaient de la classe moyenne salariée et des rangs supérieurs de la classe ouvrière, avaient été formés et réunis par le monde stérile du pôle industriel et du gouvernement centralisé.

    George Orwell dans « 1984 »

  • Le 4 octobre 2008 à 11:38, par Olivier

    Exactement ce que je pense. Ne nous laissons pas enfermer dans la caricature que constitue le choix de cette ville. Je pense que Sarkozy et Hortefeux sont suffisamment vicieux pour s’être dit que ce serait le meilleur moyen de faire tomber les opposants dans une polémique sur la forme plutôt que sur le fond (et du coup même les médias en général qui en profiteront pour relayer cette critique paresseuse).
    A mon avis, la droite sarkozienne attend avec impatience le « Sarkozy = Pétain » ou autres slogans accrocheurs mais facilement démontables.
    Je pense qu’il faut aller à Vichy comme s’il s’agissait d’aller dans n’importe quelle ville de France.
    Laissons les symboles aux religieux et autres ennemis du rationnel et du débat.

  • Le 3 octobre 2008 à 12:19

    Il me semble qu’au dela de simple plaisir de la provocation, le choix de cette ville se justifie parce qu’elle rend inevitable une comparaison qui decridibilisera aussitot l’opposition qui la formulera : une sorte de point goldwin irl. Sarkozy pense que la diabolisation joue en sa faveur tant qu’il reste au centre des discussions, et il a peut etre raison, apres tout c’est comme ca qu’il s’est fait elire.
    Par prudence, il faudrait concentrer nos argumentaires sur la réalité des politiques antimigratoires plutot que sur la provocation elle meme et le symbole que constitue ce choix. Mais bien sur il faudra etre la bas le 3 novembre.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info