RMI-RMA - La loi de la misère

2665 visites

Votés le 10 Décembre 2003, les décrets
d’application de la Loi de la misère s’appliquent
depuis 2004.

Le MEDEF veut gouverner une grande
usine : la France et ses foyers
Le RMI est placé sous une épée de
Damoclès. Sous couvert de charité et de
bons sentiments, le gouvernement livre plus
de deux millions de RMIstes (avec les ayants
droits) pieds et poings liés à l’exploitation
patronale la plus sauvage : Ou tu bosses là
où on te dit, ou tu crèves. Ce qui par la
même occasion permet de faire disparaître
les RMIstes des listes de l’ANPE, et Hop ! Un
million de chômeurs en moins ! C’est bon
pour les chiffres !

Une aubaine pour les patrons, même intérimaires !

Le MEDEF, le gouvernement, peuvent se
frotter les mains (Sarko-frères & co).
- L’employeur, qui embauchera un RMAste,
touchera tous les mois une aide d’un montant
égal au RMI pour une personne seule.
- Les entreprises de travail temporaire pourront
passer d’un RMAste à un autre sans
avoir à embaucher.
- Les cotisations sociales (retraite, assurance
maladie, ASSEDIC, etc.) seront prélevées uniquement
sur la ridicule part de 183 €/mois
versée par le patron (le secteur publique sera
lui totalement exonéré !???).

Donc, pas d’indemnisation chômage,
même après 18 mois de contrat... Donc, un
manque à gagner colossal pour la Sécu (on
organise le déficit !) alors que les salariés au
RMA auront les mêmes besoins que les
autres... Donc, plusieurs vies de travail
nécessaires pour avoir une retraite un jour.
Donc un coût du travail pour les patrons
de 2,70 € à 3,40 € (travail de nuit) de
l’heure ! (le SMIC n’est qu’à 7,61 € de
l’heure).

A travail égal, salaire égal !
A travail égal, chômage égal !
A travail égal, retraite égale !
Non à la discrimination des droits sociaux !

Le perfide prétexte de l’insertion : RMA, Contrat d’Activité, CES, & co...

Par les licenciements, le patronat a créé le
chômage de masse pour des profits toujours
plus importants. C’est sur une nouvelle base
de chantage à l’emploi et à l’insertion, qu’il
s’assure à présent une main d’oeuvre corvéable,
flexible, et bon marché.
L’objectif n’est pas de donner un revenu
décent au RMistes (vit ou survit-on avec un
demi-SMIC ?), encore moins un emploi. le
RMA est un "sous-contrat" de 18 mois
maximum, de 20h/semaine.

Issu du Plan Borloo 2004, le Contrat
d’Activité, son petit frère, destiné au secteur
non-marchand, achèvera bientôt la mise au
pas de la fonction publique et du monde
associatif.

Opportuniste, la CFDT se déclare déjà
favorable à jouer la carte de la félonie syndicale.
Puisque dorénavant le RMI est conditionné
à la recherche de travail, prenons-les à leur
propre jeu, assurons un revenu minimum à
tous les - de 25 ans en recherche de boulot !?

1 travail, 2 patrons

En collaboration directe avec le patronat
local, seuls les présidents de conseils généraux
radieront les RMIstes et RMAstes. Il
reviendra aux membres complices des
Commissions Locales d’Insertion (CLI)
d’assurer les basses-oeuvres pour le chef : les
contrats d’insertion, l’attribution du RMI,
et la conduite du RMA.
Les crédits d’insertion (initialement établis
à 17% du budget total RMI) ne sont plus
garantis.
L’employeur, non content d’exploiter,
devrait être également « tuteur », garant de
« l’insertion » de l’ex-chômeur, qu’il a sans
doute contribué à créer !?????

Un virus dans le monde du travail

Agissant comme un Cheval de Troie, le
RMA s’introduit au coeur du travail pour
mieux l’enchaîner. Toutes ces prétendues
"aides à l’emploi" inférieures au SMIC, à
un coût défiant toute concurrence, détruisent
celui-ci. 2,70 € ou 7,61 € de l’heure ?
le RMA, c’est la fin du SMIC !

Dans le Rhône, déjà 8000 RMIstes de
longue durée sont convoqués pour réexamen
de leur dossier et attribution d’un référend.
Les plans de licenciements se multiplient,
le chômage s’étend, les profits augmentent,
et les capitalistes n’offrent comme avenir
que du travail payés des miettes.
L’urgence sociale exige un autre futur. Il
faut inventer, de nouveau, un plan complet
de Sécurité sociale pour assurer à tous les
citoyens des moyens d’existence dans tous
les cas où ils sont incapables de se les procurer
par le travail.

La lutte de classe est en oeuvre tous les
jours et les patrons s’y exercent. Rendons
leur les coups, qu’ils soient de gauche ou de
droite !

Vers la Révolution sociale et l’autogestion.
Refus sans condition du RMA et du
Contrat d’Activité.
PARTAGEONS LES RICHESSES
pas la misère !!! ou alors ça va péter...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CNT Interco 69 » :

› Tous les articles "CNT Interco 69"