Site collaboratif d’infos alternatives

Rassemblement face aux violences policières et d’Etat : la police se venge après le départ des médias

Les terribles évènements qui ont eu lieu mercredi 1er février aux Minguettes, sans parler du décès de Mehdi, le 11 décembre dernier dans cette même ville, dont tout porte à croire qu’il s’agit encore d’un assassinat policier, résonnent tristement avec le drame de Théo d’Aulnay, d’Adama et des victimes quotidiennes de la police dans les banlieues.

Dimanche, rassemblons-nous toutes et tous pour manifester notre soutien aux habitants des Minguettes et aux enfants des quartiers populaires. Aux victimes quotidiennes de la répression gratuite et ciblée, de violences physiques et symboliques, du racisme d’état.

Rendez-vous à 13h, devant le collège Elsa Triolet (3 Avenue de la Division Leclerc, tram T4 arrêt Vénissy).

Màj 18h : après le départ des journalistes et militants, la vie reprend, des enfants jouent et font du vélo, des parents se promènent pourtant les flics veulent faire payer aux habitants, ils chargent au hasard dans le parc derrière le commissariat, tir au flashball, tir de grenade lacrymogène... Plusieurs personnes sont blessées ...

  • 16 h : face à 26 camions de CRS, la manif spontanée se disperse
  • 15h : départ en manif spontanée vers le commissariat.
  • 14h : une centaine de personnes sont présentes sur place. Prise de parole de familles de victimes, de militants de quartier et d’habitants.
  • 13h : Najat Vallaud-Belkacem annule son déplacement.

Face aux violences policières et à la répression d’état : Appel à un rassemblement ce dimanche 12 février à 13h devant le collège Elsa Triolet à Vénissieux.

Ce dimanche 12 février, Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale, est annoncée au collège Elsa Triolet à Vénissieux pour s’extasier devant un évènement organisé par la Métropole et le centre multimédia lyonnais Erasme, à savoir EDUMIX.

En l’occurrence, il s’agit de célébrer le numérique et de numériser l’école, sans esprit critique, avec le parti pris que non seulement l’informatique et le numérique sont nécessaires dans l’école de demain, mais surtout que c’est sous cette forme, privée, entrepreneuriale, cybernétique que doit être imposé cette technologie à l’institution scolaire.

“Changeons les cartes : hackons les lieux, hybridons les dispositifs, ubérisons l’enseignement !”

Et oui, vous ne rêvez pas. Il s’agit, entre autre, d’uberiser l’école. Merci édumix d’être si franc !

Madame la ministre va donc venir promouvoir le travail de ces créatifs, de ces pédagogues, qui innovent avec l’argent du contribuable sans probablement évoquer les terribles évènements qui ont eu lieu mercredi 1er février 2017 aux Minguettes, sans faire mention du décès, le 11 décembre dernier dans cette même ville, de Mehdi dont tout porte à croire qu’il s’agit encore d’un assassinat policier. On pense bien sûr à Théo d’Aulnay, à Adama et aux victimes quotidiennes de la police dans les banlieues.

Mais que s’est-il passé ce mercredi 1er février aux Minguettes ? Un clip et un concert de rap (gratuits) ont eu lieu, et la police française, de l’état français, dont madame la ministre est encore pour quelques mois un personnage important, a gazé et frappé des dizaines voire des centaines d’adolescents, et même d’enfants, (des gamins et des gamines de quatre ans ont été gazés, en prenant le prétexte d’un feu de poubelle et de quelques pierres soi-disant lancées).

Des enfants de 14 ans, tabassés, menottés, ont fait 24 heures de garde à vue et sont poursuivis par la justice.

Que vont retenir ces jeunes de cette situation ? Comment oser parler, comme vont le faire édumix et la ministre de « sentiment d’appartenance ? » Sommes nous déjà dans ce monde du futur que nous promettent google and co où les forces de l’ordre frappent, gazent, violent, tuent des enfants dans les quartiers populaires sans que personne ne s’émeuvent ?

Dimanche, rassemblons-nous toutes et tous pour manifester notre soutien aux habitants des Minguettes et aux enfants des quartiers populaires. Aux victimes quotidiennes de la répression gratuite et ciblée, de violences physiques et symboliques, du racisme d’état.

À 13h, devant le collège Elsa Triolet, 3 Avenue de la Division Leclerc, tram T4 arrêt Vénissy.

Nous réclamons de la part de la ministre mais également des représentants de la métropole une condamnation ferme des évènements survenus l’après midi du 1er janvier aux Minguettes, du comportement scandaleux, indigne des forces policières présentes ainsi qu’une enquête sur les violences policières. Nous réclamons également l’abandon de toutes les poursuites judiciaires sur les jeunes, voire les enfants, qui ne sont que les victimes de ces évènements, et non des coupables qu’il faut battre et gazer.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

Les Martyrs de Chicago - aux origines du 1er mai

Le 1er mai 1886, la pression syndicale permet à environ 200 000 travailleurs américains d’obtenir la journée de huit heures. Mais d’autres, moins chanceux, au nombre d’environ 340 000, doivent faire grève pour forcer leur employeur à céder. Le 3 mai, une manifestation fait trois morts parmi les...

> Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Vie des quartiers - urbanisme - initiatives » :

Center Parcs de Roybon : le jugement du Conseil d’État serait rendu en juin

Les travaux de construction du Center Parcs de Roybon dans les Chambarans ont été arrêtés avec l’occupation du chantier par des opposants au projet à partir du 1er décembre 2014. Auparavant des perturbations avaient ralenti le chantier qui avait débuté le 17 octobre. Ces travaux ont également été...

Nouvelle magouille autour du stade de Gerland

La mairie de Lyon loue depuis cette année le terrain de Gerland et les installations sportives qui sont dessus au club de rugby local pour la modique somme de 300 000 € par an (25 000 € par mois) après avoir signé un bail avec la ville pour les 60 prochaines années. Là où ça devient cocasse c’est...

> Tous les articles "Vie des quartiers - urbanisme - initiatives"