Résistance à la Guill’ (?!)

626 visites

 ?

Le Kahwa, c’est un p’tit local autogéré,
une mini-salle d’apéro concert et plus
ou moins dix personnes qui vivent dans les
apparts au-dessus. Tout ça est parti du
besoin de se loger, mais surtout de l’envie
de se sortir de nos trous, de changer les rapports
sociaux et de casser des murs ; de sortir
de la concurrence et du profit ... (bref, tout
un tas de bonnes raisons). C’est aussi l’envie
de rester en centre-ville, et plus particulièrement
à la guill’, pour son p’tit côté pas
trop conventionnel, un peu bordélique et
vivant, pour partager nos activités avec les
pauméEs, les fous/folles, les déchets,
ceux/celles qu’on regarde bizarrement,
ceux/celles qui font peur aux gens bien
comme il faut, et ne pas rester qu’entre gens
déjà convaincuEs. ConvaincuEs le sont les
politiques qui depuis de longues années
essaient par tous les moyens de nettoyer le
quartier, à l’image du reste de la ville. Ils voudraient
réaménager les pas de porte vides
en locaux commerciaux : épiceries exotiques
(afin de "garder la diversité culturelle
du quartier") et boutiques de design.
Pourtant, on espère bien qu’encore une fois
ce contrat de ville ne sera pas mis en oeuvre !

Quand ?

Réquisitionné depuis le mois de
novembre, ce lieu vide aux entrées stratégiques,
a repris vie petit à petit. En janvier,
l’ancien local de plomberie du 62 rue
Montesquieu s’est vu rebaptisé le Kahwa.
On n’avait pas de champagne sous la main
pour cette occasion, mais deux mois plus
tard, une récup tombant à point nommé, et
force de chantiers et de main-d’oeuvre collective,
nous a permis de célébrer l’ouverture
de la Gargousse, 39 rue Sébastien
Gryphe. Si le battement entre les deux
ouvertures au public peut être mis sur le
compte de l’inertie de groupe (allez pas
nous prendre pour des glandeureuses
quand même (?!)), elle s’est vue résolue par
l’imminence de l’expulsion. Mi-février le verdict
tombait : la fin de la trêve d’hiver sousentendue,
la date est fixée au 20 mars. En
d’autres termes, et après passage
d’huissierE : « Vous avez un mois pour dégager ».
Alors, entre la mise en sécurité de certaines
affaires et le maintien des activités, il
nous restait bien un peu de temps pour
monter des apéro-concerts, (on est pas des
branlos on a dit, on persiste et on signe).
mais les cow-boys du quartier ne l’entendaient
pas de cette oreille. Ceux qu’on
appelaient avant les « gardienNEs de la paix »
et qui se prévalent désormais du titre de
« forces de l’ordre » se sont donnéEs rencart
sous nos fenêtres, à toutes heures du jour et
de la nuit, avec, en extra, une p’tite session
gaz lacrymos les jeudis soirs. Faut dire,
contrôler et fouiller toujours les mêmes
freaks, à la longue, ça lasse ...

Comment ?

Tout nous portait donc à croire que
les copains/ines en bleu seraient à nos portes avec béliers et flashball, dès 06h am, à
la date susdite. Grâce à la vraie mobilisation,
une réelle force des réseaux, intersquat
et autres, un semblant de résistance
s’est amorcée. Vu que les invitéEs
(assermentéEs) n’étaient pas au rdv,
fatiguéEs de se planquer comme des rats
(spéciale dédicace à JC), une petite délégation
s’est rendue à la Courly, propriétaire des
lieux, amorçant par cette action, des négociations
qui ont eu l’avantage de donner du
répit, de pouvoir regagner les habitations,
mais qui posent la question de qui, et comment
est-il possible de traiter avec les institutions.
Entre refus des compromis et
déprime d’abandonner un lieu, mon coeur
balance.
En bref, la situation reste hyper précaire,
incertaine, et on ne sait pas de quoi
demain sera fait, mais ce dont on est sûrEs,
c’est que cette aventure a permis de hisser
les drapeaux de la résistance (ne serait-ce
que celle contre l’oubli des laisséEs pour
compte), sur l’ilôt d’authenticité que représente
encore ce quartier.

Programme des Activités

- Permanences (Café, thé, friperie, accès
internet, le tout gratuit) : Matin : 10h-12h
Aprèm’ : 17h-19h

- Projections : le Lundi soir, à partir de
20h30

- Repas gratuit : le Mercredi midi

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info