Retour sur la manifestation antifasciste

3824 visites
1 complément

Entre 1000 et 1300 personnes ont parcouru les rues de Lyon pour soutenir les deux mineurs agressés au couteau par des néo-nazis du Vieux Lyon, ainsi que leur famille, et protester contre les idées et les groupes fascistes présentent depuis plusieurs années à Lyon.

Plusieurs prises de parole ont eu lieu, certaines au début de la manifestation place du Pont, écrites par les parents des agressés, d’autres à Bellecour et d’autres encore sur la place des Terreaux à la fin de la manifestation.

Les rues de Lyon ont raisonnée aux cris de « Violence fasciste, Collomb complice ! » « La traboule doit fermer, pas de fachos dans nos quartiers ! », « le fascisme c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève » ou « Fascistes assassins, Etat complice ».
Les manifestant-e-s ont aussi profité de l’occasion pour marquer leur solidarité avec les travailleurs licencié-e-s de la librairie Chapitre qui occupe leur locaux . « Solidarité avec les licencié-e-s » ou « Face à la misère, riposte populaire ! »

JPEG - 387.4 ko
JPEG - 284.7 ko
JPEG - 255.3 ko
JPEG - 235.8 ko
JPEG - 111.8 ko
JPEG - 444.8 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 24 février 2014 à 18:04, par .

    Quelques antifascistes de Göttingen

    A Lyon, dans la nuit du 14 au 15 février, deux jeunes antifascistes ont
    été attaqués par des fascistes armés. Les néonazis ont poignardé les
    deux activistes encore mineurs dans le quartier Saint-Jean et ceux-ci se
    trouvent depuis une semaine à l’hôpital, où ils ont dû subir une
    opération chirurgicale. Malgré la gravité de leurs blessures, leurs
    jours ne sont pas en danger.
    Nous pouvons être heureu-x-ses que ces deux militants soient encore en
    vie, car cette agression aurait pu être mortelle. Qui plante un couteau
    dans le haut du corps d’une personne, indique clairement son intention
    de la tuer.

    Dans une ville comme Lyon, où militants ultranationalistes, néonazis de
    Blood & Honour et hools du stade positionnés à l’extrême-droite
    établissent entre eux des contacts, les demandeur-se-s d’asile, les
    syndicalistes, les activistes libertaires et tou-te-s ce-ux-lles qui ne
    passent pas avec leurs idées, sont menacés régulièrement. Déjà tant de
    faits de violence ont été commis par les fascistes au cours de ces 5
    dernières années. Il convient dès lors de faire un constat : les
    violences perpétrées par les fascistes augmentent et leurs réseaux sont
    toujours en constante progression !

    La branche lyonnaise de Blood & Honour soigne par exemple ses contacts
    avec le milieu néonazi allemand, entre autres avec le groupe Kategorie
    C, qui a joué le 26 février 2011 au local BKL et qui revient cette année
    au mois de mai. De plus, le groupe identaire, bien qu’officiellement
    dissout, continue ses activités et organise des événements pour la scène
    facho dans son local La Traboule ainsi que des actions contre des restos
    Halal et contre la scène LGBT (LesbenGayBiTrans*Gender).

    Dans la scène antifa de Göttingen, il est beaucoup question de travail
    de mémoire, et nous allons souvent dans la rue afin que Clément Méric,
    Pavlos Fyssas et toutes les victimes des violences racistes et fascistes
    ne soient pas oubliées. Néanmoins, nous oublions parfois qu’il y a déjà
    eu dans « la bulle de confort antifa » qu’est Göttingen des activités
    fascistes et que ces derniers essayent à nouveau et avec toujours plus
    de force de s’y établir durablement. Nous oublions qu’en dehors de nos 4
    murs, les néonazis attaquent, menacent et même tuent de manière ciblée
    des groupes de personnes en particulier. Et en dehors ne veut pas
    forcément dire très loin : A friedland et à Northeim, les néonazis
    peuvent répandre leur propagande nauséabonde sans rencontrer de
    résistance. A Leinefelde se réunissent depuis 4 ans plus d’un millier
    d’entre eux autour de Thorsten Heise et de son "Jour de rassemblement
    national". A Gotha, le squat habité et culturel J.U.W.E.L e.V a été
    attaqué en novembre dernier par des néonazis. Il y a deux semaines,
    certains ont frappé avec des poings américains les invité-e-s de
    l’association caritative de Ballstädt, si bien que deux personnes ont dû
    être transportées à l’hôpital, où elles sont restées plusieurs jours en
    raison de la gravité de leurs blessures. Le premier mars a lieu pour
    cette raison une manifestation à Gotha à partir de 12 heures.

    Au même moment que des activistes à Lyon, nous sommes ici aujourd’hui
    pour exprimer notre solidarité antifasciste aux victimes des violences
    racistes et fascistes à Lyon, à Gotha et partout ailleurs. Nous devons
    agir contre la violence fasciste, et ce maintenant, déterminé-e-s et
    avec tous les moyens d’action, car : Antifaschismus betrifft alle !

    L’antifascisme, c’est l’affaire de toutes et tous !

    Antifascism is the matter of everyone !

    JPEG - 354.2 ko

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Extrêmes droites » :

>A Grenoble, les extrêmes-droites se rejoignent

Quelques nouveaux éléments sur les alliances en cours au sein de l’extrême-droite grenobloise. Ces dernières années on a vu à l’échelle locale comme au niveau national des alliances improbables au sein de l’extrême-droite. A l’occasion de la venue récente d’Alain Soral à Grenoble, observons la rencontre...

>Le best-seller de Juan Branco, un opuscule problématique

On a lu le bouquin de Juan Branco qui fait tant parler. C’est avec un vocabulaire d’extrême droite, une rhétorique du sous-entendu et des concepts bien foireux (l’oligarchie et ses « êtres ») que Crépuscule prétend nous dévoiler la marche du monde. Sauf qu’on y découvre pas grand-chose à part les obsessions...

› Tous les articles "Extrêmes droites"