Retour sur le procès des 3+4 de Briançon

465 visites

Jeudi 8 novembre, 7 personnes étaient jugées pour leur délit de solidarité à la frontière Franco-Italienne. Le procureur requiert 12 mois de prison dont quatre fermes contre deux des accusés et 6 mois de prison avec sursis pour les cinq autres. Le délibéré se fera le 13 décembre.

État raciste et justice politique. Le procès d’un délit de solidarité

Jeudi 8 novembre à Gap, s’ouvrait le procès des « 3+4 de Briançon », procès politique, coup médiatique de l’État. Tremblez militant·es. Enfin... pas tou·tes

Le 21 avril dernier, un groupe de joyeux fachos décide de prendre le contrôle du col de l’Échelle, à grand renfort de moyens astronomiques, hélico, banderoles flambants neuves et gros bras. Tout guilleret, sûrs d’avoir l’Europe avec eux, ils traqueront ceux qui tentent de traverser le col, semant la terreur dans les village alentours. Pas de sanctions, aucune infraction pénale constatée, si ce n’est dans un discret communiqué du 4 mai dans lequel le ministère de la Justice reconnaîtra que les militants identitaires auraient pu être poursuivis, accusés « de s’immiscer dans l’exercice d’une fonction publique », et d’« exercer une activité dans des conditions de nature à créer dans l’esprit du public une confusion avec l’exercice d’une fonction publique. »

Il n’en sera pas de même pour celles et ceux qui réagiront au déploiement de cette milice.
Le 22 avril, cent à cent cinquante personnes marchent depuis Clavières, en Italie. La manif improvisée contourne un poste frontière et un barrage de gendarmes pour arriver à Briançon en fin de journée. Ce jour-là, parmi les manifestant·es, trois camarades sont arrêtés et placés en garde à vue pendant 9 jours. Puis le 17 juillet, quatre autres sont arrêtés. Des camarades de Suisse, d’Italie, puis des français ensuite, pour faire bonne mesure, pris au hasard parmi les manifestant·es, sans doute considérés comme « meneurs », même si ça reste assez flou. Prendre quelques militants au hasard parmi des centaines...

La suite à lire sur : https://dijoncter.info/?proces-des-3-4-de-briancon-655

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>Procès de compagnon.nes : appel à manifester à Gap le 17 octobre

Jeudi 17 octobre, trois compas sont jugé•es pour « menaces de commettre un crime ou un délit contre les biens d’une personne dépositaire de l’autorité publique ». Il s’agit de l’adaptation d’une chanson des gilets jaunes entonnée lors de la manif non-autorisée du 26 février 2019 à Montgenèvre, dénonçant les...

>Du 1er au 17 octobre, quinzaine de solidarité pour les enfants sans-abri

Le 20 novembre prochain, la France célébrera le 30e anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Or, en cette rentrée 2019, le collectif « Jamais sans Toit » recense déjà des centaines d’enfants dont les droits sont bafoués dans l’agglomération lyonnaise. Afin de mettre en lumière...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : « ici on noie les Algériens ! »

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

>Promotion pour un flic reconnu coupable de violence : la BAC recrute !

Petite rebellion au Progrès ! Notre bon journal local de préfecture est bien obligé, parfois, de faire le relais des condamnations de violences policières quand la justice daigne les condamner. Les faits remontent à la nuit du 21 au 22 février 2019 : deux jeunes se font frôler par une voiture de police...

>[Villier-le-Bel] Ibrahima est mort

Dur de poser une réaction à chaud et pourtant quasiment tous les médias le font. Twitter déborde de messages dégueulasses à l’encontre d’Ibrahima, mort dimanche 6 octobre à Villiers-le-Bel, alors qu’il fuyait la police.

› Tous les articles "Répression - prisons"