Soutien aux familles du foyer d’hébergement rue Frédéric Fays !!

1692 visites

Suite à l’occupation du foyer d’hébergement de la rue Fréderic Fays le Grand Lyon a porté plainte pour occupation illégale du lieu alors qu’au même moment, les habitants attaquaient l’association « Lahso » pour demander l’application de l’article L 345-2-3 du code de l’action sociale et des familles qui stipule que : « Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d’hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adapté à sa situation ».

Le 5 mai a eu lieu le procès contre « Lahso » mais il a été reporté au lundi 19 mai à la demande de ces derniers afin de passer en même temps que celui du Grand Lyon espérant ainsi minimiser leurs torts.

Mais fait étrangement rare pour être noté, ce procès à une nouvelle fois été reporté à la demande de l’avocat du grand Lyon !
Le jugement de ces deux procès aura donc lieu le lundi 2 juin à 13 h.

MàJ : Le rendu du procès sera le 30 juin

Afin de protester contre ce qu’il considère une injustice, l’un des habitant, Deltef, a décidé depuis lundi 12 mai, de rentrer en grève de la faim.

Nous sommes donc allés voir Deltef afin de transmettre le plus fidèlement possible le motif de sa grève de la faim :


Salut Deltef, peux-tu te présenter :

Deltef : Je suis Allemand, j’ai 58 ans et je suis venu en France en 1982. Au bout de 30 ans, comme je n’avais pas donné de nouvelles à ma famille, celle-ci m’a déclaré disparu, ce qui a fait que j’ai perdu toute existence légale (il nous montre en rigolant son certificat de décès). Du coup, j’ai dû retourner en Allemagne pour prouver que j’étais bien vivant puis je suis revenu. Mais depuis 2014 j’ai eu beaucoup de mal à refaire valoir mes droits en France et ma santé s’est dégradée. Actuellement, je ne peux ni toucher le RSA ni prétendre à la CMU.


Et comment tu t’es retrouvé dans ce foyer d’hébergement ?

Cet hiver, alors que j’étais à la rue, j’ai appelé le 115 qui m’a placé au centre d’hébergement d’urgence de Lahso. J’ai commencé à me reposer mais au bout de deux semaines, on m’annonce que je dois partir, que le foyer va être fermé, alors qu’en y arrivant l’assistante sociale m’avait promis de m’aider à trouver une solution.

Mais du coup tu n’es pas parti ?

Non, le jour de la fermeture du centre, des militants sont venues nous expliquer que, légalement, nous pouvions rester et demander l’application de la loi. Après s’être réunis entre habitants, nous avons décidé pour la plupart de rester et de lutter (voir article).

Alors, ça s’est passé comment ?

Après l’occupation du lieu, Lahso a continué à mettre la pression sur les habitants pour qu’ils partent : ils ont récupéré les frigos, la gazinière, le linge, ils ont voulu couper l’eau et l’électricité, alors qu’il y a une dizaine d’enfants. Ils nous contactent quotidiennement et surtout individuellement en proposant des solutions précaires à nos problèmes au lieu de nous proposer une solution stable et collective comme le voudrait la loi. La pression se ressent donc !

Ok, mais pourquoi une grève de la faim maintenant ?

Après l’audience du 5 mai où nous attaquions « Lahso » pour non respect de nos droits, la solution pour eux a été de demander un report afin de passer après le procès où nous sommes attaqués par le Grand Lyon pour occupation illégale des lieux. Voilà comment nos revendications vont passer à la trappe. Donc je suis en grève de la faim.

Donc si je comprends bien, c’est Lahso et le Grand Lyon qui sont dans l’illégalité et ils veulent tout faire pour faire croire l’inverse ?

Oui c’est bien ce que je ressens, et c’est contre cette injustice que je veux me battre ; surtout par rapport aux mamans et aux enfants qui vont se retrouver à la rue et qui ont peur de lutter alors que moi je suis en capacité de le faire.

Tu l’a fait devant le tribunal cette grève de la faim ?

Non je n’ai pas pu, je me suis mis devant, mais la sécurité m’a interdit de la faire là, je me suis donc mis dans le parc à coté.

Quelles sont alors tes revendications, Deltef ?

1- Le rétablissement de mes droit RSA et CMU.

2- La régularisation de tous les problèmes administratifs des familles.

3- Un toit décent pour moi et les 8 familles et les 17 enfants

Si je n’obtiens pas ces revendications au procès, je passe en grève de la faim totale, c’est-à-dire sans eau. À ce régime là, je tiendrais une semaine avant de mourir et j’empêcherais tous les médecins de me sauver de force !


Nous vous appelons à venir nombreux et nombreuses lundi 19 mai à 13 h au TGI pour soutenir la lutte de Deltef et des familles du foyer Frédéric Fays.

lundi 19 mai 2014
lundi 2 juin 2014

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>Zemmour contre le logement social

Tiens tiens tiens ! Mais qui c’est qui projette d’attaquer le logement social déjà bien entamé par la loi ELAN ? Mais ce ne serait pas ce Maurrassien de Zemmour ? Mais si ma bonne dame, et avec des mensonges de qualité s’il vous plait ...

› Tous les articles "Logement / Squat"