Le 9 octobre en grève contre les attaques capitalistes et le tournant autoritaire de l’Etat

1133 visites

Tract d’appel à la grève et à manifester le 9 octobre de la Coordination des Groupes Anarchistes.
A Lyon, rendez-vous à 11h place Jules Ferry (Brotteaux)

Le 9 octobre en grève contre les attaques capitalistes et le tournant autoritaire de l’Etat

Le chacun pour soi c’est tout le monde dans la merde !

Voilà ce qui résume bien le programme Action public 2022 du gouvernement sur les services publiques et le plan social de suppression de postes dans la fonction publique. Privatisations des missions publiques, externalisation, restructuration des services, qu’est-ce que ça veut dire pour notre classe sociale ? C’est vivre en moins bonne santé, être moins bien scolarisé-es, vieillir plus mal avec une retraite minable, être moins bien logé-es etc. Misère, aliénation et individualisme à tous les étages. Nous assistons à une véritable liquidation de ce qu’il reste du système français de services publics. Malgré les précédentes attaques (privatisations et ouvertures à la concurrence, baisse des moyens, remise en cause des statuts et recours aux contrats précaires, restrictions du droit de grève...), les services publics ont la particularité d’échapper encore – à des degrés variables toutefois – à la logique marchande. Cette situation est intolérable pour les capitalistes, qui y voient là une source potentielle de profits s’évaporer sous leurs yeux.
Loin de représenter l’intérêt général ou de constituer le dernier garant de services publics de qualité, l’État révèle sa vraie nature en cette période d’attaques contre le monde du travail : être au service de la classe dominante.
Les cheminot-es, les salarié-es d’Air France, d’EDF, de La Poste, des EHPAD l’ont bien compris : pour arrêter ce rouleau compresseur, nous n’avons pas d’autres choix que de nous défendre nous-mêmes.

Ils organisent la casse, on organise la lutte !

Il n’y a pas de fatalité. Celles et ceux qui se battent peuvent perdre, celles et ceux qui ne se battent pas ont déjà tout perdu. Nous avons le devoir de leur opposer une solidarité de classe sans faille.
Les conquêtes sociales dont tout le monde bénéficie (congés payés, sécurité sociale, etc.) ont toutes été gagnées en instaurant un rapport de force avec le pouvoir. Grèves, occupations d’usines, blocages... : voilà précisément les moyens qui ont permis et peuvent permettre aujourd’hui encore de gagner. Le mouvement actuel renoue avec ses pratiques qui s’en prennent au porte-monnaie des possédant-e-s, et c’est pour cela que le pouvoir dénigre et réprime avec tant d’énergie ces méthodes.
La lutte des cheminot-es est exemplaire et déterminante. Il est indispensable que l’ensemble de la classe ouvrière fasse front derrière les grévistes de la SNCF et renforce par tous les moyens le camp des travailleuses et des travailleurs dans le bras de fer qui s’est engagé. Si les camarades cheminot-e-s perdent ce combat, c’est l’ensemble du monde ouvrier qui est menacé !
Construisons, développons et renforçons les organisations de résistance populaire (syndicats, comités, collectifs, organisations de luttes), amplifions la convergence de tous les secteurs en lutte...Refusons la résignation et prenons conscience de notre force !

Pour l’autogestion généralisée

Mais pour se battre encore faut-il savoir pour quel projet ; sans perspective pour donner du sens à la lutte, la combativité s’émousse. En tant qu’anarchistes, nous allons donc au-delà de la simple nécessité de défendre les services publics menacés ou déjà détruits. Nous pensons qu’il faut élargir autant que possible les domaines où la satisfaction des besoins de la population prime sur la recherche du profit maximum pour les élites capitalistes. Pour cela, il est indispensable d’avoir un contrôle ouvrier sur les entreprises, qu’il s’agisse du rail, des télécommunications, de l’industrie des biens et services etc. Pour nous, un service public, ce n’est pas une entreprise de plus dans les mains de l’État français, c’est un service dont les missions sont définies par l’ensemble de la population et où la mise en œuvre est confiée à l’ensemble des travailleuses et travailleurs du secteur. C’est seulement lorsque l’ensemble de l’économie fonctionnera sous un tel modèle, lorsque les moyens de production seront aux mains des travailleurs-euses et sous le contrôle de tou-tes, que nous pourrons envisager de satisfaire efficacement les besoins de tout-e-s et d’accéder enfin à l’égalité économique et sociale, condition indispensable au libre épanouissement individuel et collectif. C’est le projet de société communiste libertaire que nous défendons.

PNG - 431 ko

P.-S.

Contact CGA Lyon : groupe-lyon@c-g-a.org

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

> Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

>A Medialys, la mobilisation paie

À la suite d’un débrayage initié le 7 décembre 2018, la direction de MEDIALYS, par crainte d’une amplification de la mobilisation, a été contrainte de céder aux revendications des salariés. Communiqué de presse du syndicat Solidaires...

> Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

>Fermeture administrative des campus de Lyon 2 suite au vote du blocage

Ce jeudi 13 décembre les étudiant.es réunis en AG à la Bourse du travail ont voté le blocus de l’Université Lyon2 où devait débuter des partiels cet après-midi. Partis en masse de l’AG pour mettre en œuvre cette décision, à peine arrivés sur le campus, la présidence de l’Université a déclaré unilatéralement...

> Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"