Bel Air Camp : un fab lab qui brûle, c’est un peu de start-up nation en moins

2350 visites
2 compléments

Un incubateur de start-ups villeurbannais a pris feu le 8 octobre 2019 au matin et l’agglomération de Lyon s’est réveillée sous un joli panache de fumée. En dehors des éventuels (faibles) impacts en matière de santé et d’environnement, ce n’est vraiment pas très grave.

Les pompiers s’activaient ce mardi 8 octobre vers 7h à Villeurbanne. Parti d’une poubelle, le feu se serait propagé à Bel Air Camp, un ancien entrepôt d’Alstom où s’égayaient, selon le Progrès « une cinquantaine de start-up et TPE-PME, pour quelque 350 salariés, qui planchent sur « l’industrie de demain » (robotique, réalité augmenté, e-commerce, design...). »

Évidemment, on a immédiatement pensé à l’incendie de Lubrizol à Rouen, et à son traitement lamentable par les pouvoirs publics. Mais qu’on se rassure, dans le Grand Lyon non plus, on a rien à craindre. Dans un communiqué, la Préfecture du Rhône s’est voulue rassurante : « Ce site n’est pas classé SEVESO [1] ni ICPE [2] et ne comporte pas de matières dangereuses. L’usine SAFRAN, située à proximité du lieu du sinistre, n’est ni touchée ni menacée ». Lyon Mag précisait que des analyses de l’air étaient en cours dans la matinée.

JPEG - 90.8 ko

Si respirer les fumées d’un incendie n’est jamais une très bonne idée, inutile en effet d’être alarmiste et les risques n’ont ici rien à voir avec ceux encourus par la population de Rouen. Il faut dire que l’avantage d’un fab lab — ou d’un incubateur de start-ups, ou d’une pépinière d’entreprises... les trois expressions signifient plus ou moins la même chose dans la novlangue contemporaine — c’est que quand ça brûle, les seules choses qui partent en fumée sont des bureaux partagés, des dosettes de café, des macbooks, des imprimantes 3D et les projets de merde qui vont avec. Non seulement, ça pollue modérément, mais en plus c’est plutôt plaisant à voir cramer.

Donc, même si c’est regrettable pour les riverains et les quelques personnes sympas qui avaient dû s’égarer à prendre un bureau là-bas, on a plutôt souri en apprenant que l’un des plus gros fab labs d’Europe (selon Bruno Bonnell, député de la sixième circonscription du Rhône et lui-même industriel des nouvelles technologies) était en train de flamber. Parce que les start-upers ne se contentent pas de brasser du vent, ils et elles incarnent ce capitalisme joyeux où chacun devient entrepreneur de sa petite vie et essaie de faire fructifier ses idées, soit en réinventant la roue, soit en créant des applis et des services qui bénéficient de fonds publics et de subventions d’anciens services publics pour... palier la disparition des services publics.

Ouvert en 2016, Bel Air Camp s’est auto-baptisé « le repaire de l’industrie de demain ». Le lieu propose « des bureaux, des ateliers privatifs, un parc machines, des salles de réunion… permettant à des start-ups, PME et grands groupes de faire grandir leur projet au sein d’une communauté aux profils variés. » Ça fait rêver, non ? Comme n’importe quel lieu du genre, Bel Air Camp accueille aussi plein de trucs aux noms plus ou moins compréhensibles mais qui ont pour but de donner des atours cool à ce capitalisme à la sauce numérique : des meetups, des chaînes slacks [3], des salles de sport, des séances d’initiation à l’impression 3D et à la découpe laser ou des déjeuners mensuels pour créer des synergies business avec les autres entreprises du lieu...

Parmi les start-ups (les responsables de Bel Air Camp parlent de « pépites ») accueillies là-bas on trouve un peu de tout : des boîtes qui livrent de la bouffe bio, une autre composée de mamans « qui créent des produits beaux et astucieux pour conserver les souvenirs d’enfance » (sic !), des développeurs et des communicants en tous genre, des spécialistes de la réalité augmentée, des informaticiens, des fabricants de drones sous-marins et de robots, une architecte, etc. Au milieu, on tombe même sur cette association « qui impulse et coordonne les concours régionaux et nationaux, étapes de sélection pour constituer l’Équipe de France des Métiers qui a pour vocation de défendre les couleurs de la France à la compétition internationale WorldSkills ».

En général, tout ça se présente comme très vertueux. MCE-5 se présente comme transformant « des inventions issues de la Recherche en technologies innovantes et les [transférant] à l’industrie en vue de réduire l’empreinte environnementale de la propulsion automobile » (si on décode un peu ça veut dire faire profiter l’industrie automobile de recherches financées sur fonds publics). À côté de l’industrie auto, celle du vélo est bien représentée, avec deux fabricants de triporteurs, un spécialiste des batteries et un constructeur de vélos en bambou (défaut du modèle : inflammable). Plus rigolo, dans les boîtes qui ont cramé, on trouve ironiquement le « leader de l’exposome qui développe une solution apps + IoT permettant de tester si l’environnement immédiat (air, eau, aliments, bruit,...) présente un risque pour la santé » et un « concepteur et intégrateur de services d’alerte innovants pour prévenir les risques et renforcer la sécurité ». Bref, Bel Air Camp c’est un peu la cour des miracles et une caricature de ce genre de lieux.

Comme le résumait le journal grenoblois Le Postillon dans un excellent article, « dans nos sociétés modernes-innovantes-à-la-pointe-du-progrès, il n’y a plus d’argent pour les hôpitaux, pour les trains régionaux, pour l’hébergement d’urgence, pour que les aides à domicile aient des conditions de travail décentes, etc. Par contre, il y en a toujours pour les start-up. » Bel Air Camp a d’ailleurs largement bénéficié du soutien des pouvoirs publics à son lancement et en profite encore régulièrement aujourd’hui. C’est aussi le cas d’un paquet des entreprises accueillies.

Ce 8 octobre, le tout Lyon s’activait déjà pour trouver une solution de relogement aux 350 statupers naufragés. Une réunion où David Kimelfeld, le président de la Métropole de Lyon, devait être présent, se tenait à 14h30. On découvre au passage que les besoins de relogement peuvent déclencher une réaction politique rapide. Il nous vient donc une idée : et si le personnel politique et administratif s’attachait à trouver des logements aux exilés avec autant de zèle qu’ils ne le font avec les représentants de la start-up nation ?

Des start-upers démissionaires

Notes

[1Contrairement à l’usine Lubrizol qui est, elle, classée site Seveso.

[3Honnêtement, on a piqué ça à l’arrache sur leur site et on a aucune foutue idée de ce que ça veut dire.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 18 octobre à 17:00, par Les auteurs

    A ve-y : merci pour le comm, c’est sans doute une nuance à avoir
    En l’occurrence il s’agit plus d’un incubateur puisque c’est uniquement dédié à des entreprises, mais les boîtes qui y sont, comme les politiques qui les soutiennent emploient les deux termes comme synonymes (ce n’est d’ailleurs pas un cas isolé), sans doute pour ajouter au « cool » de la startup nation

  • Le 17 octobre à 20:48, par ve-y

    Juste pour signaler qu’il ne faut pas confondre un fab-lab qui est un outil collaboratif à visée émancipatrice, et une pépinière de start-up qui est un outil de marchandisation...
    Un fab-lab vise la formation aux outils numériques et au « détournement » des objets du quotidien. Transformer un micro-onde en fer à souder par exemple.
    Une pépinière de start-up vise à accompagner de jeunes entrepreneurs à nous fourguer leurs merdes... Pour moi il y a plus qu’une nuance

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Ecologie - nucléaire - alternatives » :

>Sébastien Briat assassiné par la société nucléaire, le 7 novembre 2004

Le 7 novembre 2004, Sébastien, 22 ans, est mort à Avricourt, en Lorraine, renversé par la locomotive d’un convoi de déchets nucléaires partant vers l’Allemagne. La mort de ce jeune plein d’ardeur ne doit pas passer pour lettre morte. L’appel de Sébastien à refuser l’industrie nucléaire et ses déchets...

>C’est - toujours - la catastrophe !

Il y a plusieurs mois, nous proposions une première critique du catastrophisme. Nous persistons ici en posant un constat simple : le discours des collapsologues est de plus en plus en vogue mais n’a pas vraiment l’air d’inquiéter le système. Par quelle étrange opération la question écologique se...

› Tous les articles "Ecologie - nucléaire - alternatives"

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

>Avant de se révolter, les canuts avaient créé leurs moyens d’information

Voici un extrait de l’Écho de la Fabrique n°3 du 13 novembre 1831, quelques jours avant la révolte des canuts... : « Au commencement d’octobre, les ouvriers avaient eu déjà des réunions partielles, quand fut résolue une grande assemblée sur la place de la Croix-Rousse, à l’effet de nommer des délégués et...

› Tous les articles "Globalisation - capitalisme"