Une crise d’ampleur internationale : le responsable, c’est le capitalisme !

573 visites
Covid-19

En trois mois, le coronavirus s’est étendu à près de 170 pays, au total plus de 200 000 cas de Covid-19 ont été confirmés ainsi que 9 000 décès selon l’OMS. À l’origine de cette crise sanitaire, c’est bien le capitalisme qui est en cause et notamment l’industruie de la viande qui, en plus des conditions sanitaires dégradées, induit des déforestations. Ces dernières détruisent l’habitat d’animaux vecteurs de maladies. Ces facteurs favorisent ainsi l’entrée en contact des virus avec les populations humaines. L’organisation actuelle de l’économie et des échanges a accéléré la propagation du virus à l’échelle mondiale. La concurrence et la course au profit entre capitalistes ont retardé et limitent les mesures sanitaires dans de nombreux pays. Et les conséquences de cette pandémie seront encore plus dramatiques dans les régions dominées économiquement.

JPEG - 37.3 ko

Une crise sanitaire et économique internationale

En Amérique Latine, l’Uruguay a pris les premières mesures face au virus dès vendredi dernier (13 mars) en décrétant la fermeture de toutes ses frontières. 80 cas sont recensés sur les 3,4 millions d’habitant.es, une quarantaine a été établie, des contrôles policiers sont annoncés. Les écoles sont fermées et les entreprises font peu à peu de même tout en mettant en place des recommandations de sécurité…

En Argentine depuis le premier cas confirmé il y a moins de 2 semaines, la pandémie s’est étendue à un peu moins de 100 cas recensés. Les écoles sont fermées depuis lundi, une quarantaine obligatoire vient d’être décrétée, du vendredi 20 mars jusqu’au 1er avril. Annoncée le jeudi au soir et à effet direct dès minuit, la population a eu très peu de temps pour se préparer. Un déploiement massif des forces de polices du pays laisse craindre un déchainement de violence policière dans les quartiers populaires et surtout dans les villas (bidonvilles). Les sorties sont autorisées pour acheter à manger dans les supermarchés qui continuent de fonctionner, pour aller à la pharmacie et pour aider des personnes vulnérables.

L’enjeu de la protection des travailleurs.ses, du paiement de leur salaire ainsi que de la fermeture des entreprises se pose, est-ce que les salarié.es seront contraint.es de travailler au mépris de leur vie comme en Europe ? Des millions de travailleurs.ses de l’économie populaire sont en dehors du salariat formel, et ne seront pas protégé.es. Quid alors de ces millions de personnes qui ne vont pas pouvoir survivre sans sortir pour travailler ? À cause d’un accès à l’eau très préoccupant, une crise d’ampleur est redoutée. Alors que l’Argentine vivait déjà une épidémie de dengue, concentrée principalement dans les bidonvilles où se développent les moustiques en raison des conditions d’insalubrités élèvées. Cette épidémie inquiétait moins le gouvernement ne touchant de fait que les plus pauvres.

Le Brésil encaisse aussi de plein fouet l’irresponsabilité de son président d’extrême droite, freinant toutes les mesures sous prétexte que la pandémie serait plutôt due à une « hystérie collective ». Malgré tout, le pays commence tardivement à suivre ses homologues latinoaméricains et décrète aujourd’hui la fermeture de toutes ses frontières terrestres et l’interdiction d’entrée aux personnes venant de certains pays européens et asiatiques. Au Chili aussi, les mesures de la classe politique visent d’abord à protéger les profits plutôt que la population.

En Afrique où le premier cas de Covid-19 est apparu en Egypte en février, on se prépare au pire. Pour le moment on parle d’environ 640 cas répartis dans 33 pays, mais les soignant.e.s préviennent que trop peu de tests ont été faits et que les chiffres sont sûrement en dessous de la réalité. Le continent africain subit d’autant plus la crise à cause de l’attitude et des politiques coloniales visant à rendre et garder dépendante toute une partie de son économie, les mesures prises par les pays européens et les États-Unis en termes par exemple d’échanges commerciaux ont donc d’autant plus d’impact. Au niveau sanitaire le constat est aussi alarmant, avec beaucoup de zones dans lesquelles il sera très difficile, voire impossible, de mettre en place ne serait-ce que les mesures de base visant à ralentir la propagation...

La suite à lire sur : https://unioncommunistelibertaire.org/?Une-crise-d-ampleur-internationale-le-responsa

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Union Communiste Libertaire » :

› Tous les articles "Union Communiste Libertaire"

Derniers articles de la thématique « Covid-19 » :

>Covid19 : pour une veille syndicale de la situation sanitaire

Lors du mouvement contre la réforme des retraites voulue par Macron, nombre de débats visaient à démontrer que les chiffres avancés par le gouvernement, pour faire passer sa réforme, étaient faux. Ces débats se fondaient sur des démonstrations et arguments fournis notamment par les directions...

>Attestation pour aller en manif

Les manifestations publiques ne sont pas interdites pendant le confinement et font l’objet d’une demande d’autorisation validée en préfecture. Il est donc possible de s’y rendre avec une attestation ad-hoc.

› Tous les articles "Covid-19"

Derniers articles de la thématique « Capitalisme / Consumérisme » :

>Réflexion sur une année préoccupante

Entre début décembre 2020 et janvier 2021, les fêtes approchent… L’existence de cette réflexion s’est profilée un peu par hasard. Loi sur loi, j’ai voulu ne rien rater pour ne pas me retrouver à ouvrir les yeux un jour sur un présent que je n’aurais pas vu...

>1er janvier 1994 dans l’État du Chiapas au Mexique

Déjà vingt cinq ans ! Le 1er janvier 1994 marque l’apparition sur la scène politique mexicaine et sur la scène médiatique internationale du mouvement révolutionnaire « zapatiste » des indigènes du Chiapas au cri de ¡Ya Basta !.

› Tous les articles "Capitalisme / Consumérisme"