Site collaboratif d’infos alternatives

Après une nouvelle grève, les femmes de ménage de la Clinique du Val d’Ouest obtiennent la réintégration de leur collègue

712 visites

Ce jeudi 06 juillet, les agents de service hospitalier de l’entreprise SAMSIC se sont remises en grève devant la Clinique du Val d’Ouest pour dénoncer le non-respect de l’accord de fin de conflit signé lors de la grève du 22 juin dernier.

Moins bruyant mais tout aussi victorieux : le mouvement de grève des femmes de ménage de la clinique aura une nouvelle fois permis la satisfaction de leur demande principale : la réintégration de leur collègue Asmina. En contrat d’apprentissage depuis 3 ans, SAMSIC a brutalement décidé de ne pas re signer son contrat à la suite de la grève, dénonçant un comportement « désinvolte et arrogant ».

Syndiquées à la CNT Solidarité Ouvrière, les salariées excédées décident de reprendre leur mouvement dénonçant le non-respect de l’accord de fin de conflit du 22 juin stipulant que « la direction s’engage à ne sanctionner aucun salarié gréviste du seul fait de sa participation au mouvement de grève ». Pourtant, durant les négociations, Harazim, directeur d’agence SAMSIC, peine à justifier ses choix : « Nous avons décidé de ne pas renouveler le contrat de Mlle MADI parce qu’elle a rigolé et applaudi pendant une réunion d’équipe à laquelle était présents ses responsables. ». Cet argumentaire peut convaincant n’a pas non plus suffit à la direction de la Clinique dont la présence avait été exigée par les grévistes afin qu’elle appuie leurs demandes et mette fin à la répression syndicale. Mme Imbert, directrice des soins de la Clinique, rappelle par ailleurs que « l’ensemble des cadres de la Clinique sont très satisfaits du travail de toutes les salariées, consciencieuses, qui sont aujourd’hui autour de la table ». Les pourparlers se poursuivent jusqu’à ce que les grévistes parviennent à arracher la réintégration de leur collègue, la signature des avenants le jour même actant les augmentations de salaires pour le 01 juillet et l’attribution des postes de CDI vacants aux 2 CDD actuels lors de la réorganisation de l’équipe en septembre.

Les militants accueillent la délégation de grévistes avec de chaleureux applaudissements. Asmina, émue et sourire aux lèvres ne cesse de répéter « Merci les filles, vraiment merci à tous ». Les filles, satisfaites, décident de lever le piquet de grève. Elles assurent être prêtes à repartir en grève en Septembre si la réorganisation promise ne permet pas la titularisation de leurs 2 collègues, cumulant les CDD depuis plusieurs mois.

Merci à tous pour votre soutien et bravo à elles ! On ne lâche rien !


JPEG - 221.5 ko
JPEG - 269.5 ko

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

>Le 11 décembre 1978 : Baroud d’honneur à Longwy et Denain

Au mois de décembre 78, le groupe Usinor veut supprimer 21.750 emplois dans les bassins de Longwy et Denain. Dans le Nord et en Lorraine, où l’on est sidérurgiste de père en fils, le gouvernement présente cette décision comme le « plan de sauvetage de l’acier ». En réaction la population se mobilise...

> Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"
}