Site collaboratif d’infos alternatives

Migrations - sans-papiers

Infos locales Migrations - sans-papiers

"Pas de familles remises à la rue ! La préfecture doit appliquer la loi !"

Le collectif Jamais Sans Toit refuse que des familles soient remises à la rue vendredi 31 mars, et veut que la préfecture applique la loi française qui stipule que des familles prises en charge dans le cadre de l’hébergement d’urgence doivent le rester ou se voir proposer une solution d’hébergement.
rassemblement mercredi 29 mars 18h devant la préfecture ( rue Dunoir )

Infos locales Migrations - sans-papiers

A peine installé, le nouveau préfet du rhône met à la rue des enfants d’à peine 3 mois

Jeudi 23 mars 2017, le préfet du Rhône a décidé d’expulser le square Baraban, occupé par une centaine de demandeurs d’asile albanais parmi lesquels figuraient 45 enfants dont le plus jeune n’avait que quelques mois. Hier soir à 21 heures, ce sont plus de 70 personnes dont de très nombreux enfants qui se préparaient à passer la nuit dehors, sous une pluie battante. Le MRAP dénonce les violations des circulaires ministérielles, des lois françaises et européennes par la préfecture du Rhône.

Infos locales Migrations - sans-papiers

Grève et rassemblement des salariés d’ADOMA mardi 21 mars : le mouvement prend de l’ampleur

Le mouvement initié par les salariés du CADA ADOMA du Rhône s’étend désormais à la région Auvergne-Rhône- Alpes.
Les salariés des Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile ADOMA de la Région Auvergne-Rhône-Alpes à nouveau en grève Mardi 21 mars 2017.
Rassemblement à 14 h 00 devant la Direction Régionale Adoma,
144 Rue Garibaldi 69006 LYON

Brèves Migrations - sans-papiers

La mairie de Lyon assigne 100 Albanais pour demander leur expulsion immédiate

Jeudi 2 mars 2017, la ville de Lyon, représentée par M.Gérard Collomb assigne devant le tribunal administratif 24 familles albanaises représentant une centaine de personnes dont de nombreux enfants afin de demander leur expulsion immédiate du square Baraban. Pourtant, c’est la police elle-même qui avait conduit ces familles du square Jugan au square Baraban le 10 février.
A l’époque, la ville de Lyon avait prétexté une remise en état urgente des pelouses. En plein hiver. Le square Jugan est toujours (...)

A lire sur d’autres sites Migrations - sans-papiers

On achève bien les mineur·es isolé·es étranger·es

L’Etat français a un problème avec les mineur·es isolé·es étranger·es. Avant d’être des étranger·es, ce sont des mineur·es, à ce titre protégé·es par la Convention internationale des droits de l’enfant que la France a promulguée il y a maintenant 28 ans. Alors, pour faire de ces enfants des sans-papiers comme les autres, l’Etat n’hésite pas, depuis juillet dernier, à les enfermer dans des centres, les DDAEOMIE, où des éducateur·ices zélé·es ont pour mission de déclarer majeur·es au moins 80% d’entre elleux. Et pour cela, toutes les méthodes sont bonnes : interrogatoires, menaces, humiliations, comptage de dents, test osseux... Si bien que ces jeunes, qui ont survécu à l’enfer de la traversée, deviennent en France des candidat-es au suicide. Jean, 16 ans, originaire du Cameroun, a accepté de témoigner.

Brèves Migrations - sans-papiers

Appel à soutien à notre camarade Djamel qui conteste son OQTF : RDV à 13h45 au tribunal administratif

Djamel est un camarade du Collectif des étudiant.es étrangèr.es de Lyon et Saint Étienne, sans papiers et solidaires et étudiant à Lyon 2. Il s’est fait contrôler mercredi 1er février en sortant de la banque, et emmené par la PAF. Il passe aujourd’hui, jeudi 2 février, devant le tribunal administratif pour contester son OQTF.
Soyons nombreux et nombreuses à 13h45 au 184 rue Duguesclin pour le soutenir (T& Palais de justice).
Il a été assigné à résidence et la PAF lui a confisqué son passeport à (...)

A lire sur d’autres sites Migrations - sans-papiers

Après Calais : comment l’Etat cherche à se débarrasser des réfugiés

En Indre-et-Loire, voici un peu plus d’un mois, 114 réfugiés sont arrivés depuis Calais, dans des CAO (Centre d’accueil et d’orientation) situés à Grandmont, Saint-Pierre-des-Corps et dans le Chinonais. Ils doivent y rester au maximum quatre mois. Si leurs conditions de vie se sont incontestablement améliorées, leur situation juridique et leur avenir restent des plus incertains. Mais cette fois dans la plus grande indifférence. Retour sur ce que l’Etat promet aux réfugiés.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 23 |

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info