BIOVISION et Valérie Pécresse à Lyon : communiqué de manifestant-e-s et récit de la manifestation mouvementée

3449 visites
Biovision/Biosquare 9 compléments

Ce lundi 9 mars 2009, plusieurs centaines de manifestant-e-s se sont rassemblé-e-s contre Biovision et la participation de Mme Pécresse à cette foire aux biotechnologies.
Un communiqué de manifestant-es explique les raisons de ce rassemblement.
A la suite du communiqué, un récit de la manifestation et de la violence policière qui s’est exercée contre elle.

Lundi 9 mars 2009 : Valérie Pécresse et BIOVISION ne sont pas les bienvenus à Lyon.

La ministre, qui refuse depuis plusieurs semaines le dialogue avec les enseignants-chercheurs et les étudiants vient prêter une oreille bienveillante au discours du lobby des biotechnologies.

Cette visite est symbolique de la vision du gouvernement en matière de recherche.
Cette dévotion aux industriels des biotechnologies et de l’agro-chimie éclaire aussi les orientations de ce gouvernement dans la gestion de problématiques agricoles et de santé publique.

BIOVISION, qui se prétend un « forum » et un lieu de débat, est en fait une vaste opération de communication visant à la promotion des biotechnologies organisée par les principaux acteurs du secteur.
Adossé à cette « vitrine éthique » la convention d’affaires BIOSQUARE permet aux industriels, aux chercheurs et aux financeurs de se rencontrer et de signer des contrats.

Ces rencontres permettent aux divers lobbys participants, industrie pharmaceutique, agrochimie et agroalimentaire notamment, de promouvoir auprès des décideurs, des scientifiques et de la société civile une science au service de leur seuls intérêts financiers.

Pesticide et OGM ne sont que deux exemples de cette techno-science réduite à une recherche appliquée ayant pour seul but un profit à court terme.

Cette stratégie de communication semble efficace puisque depuis sa création, BIOVISION est majoritairement financé grâce à des fond publics et que les biotechnologies sont soutenues à bout de bras par les politiques publiques, plus particulièrement à Lyon.

La bienveillance manifestée envers une recherche soumise aux intérêts mercantiles de quelques multinationales contraste violemment avec le mépris affiché envers les enseignants-chercheurs et les étudiants mobilisés depuis plusieurs semaines.

C’est pourquoi nous nous rassemblons ce jour pour manifester notre refus de cette politique et de ce mépris.

Nous nous battrons pour conserver une recherche libre, indépendante et une université de qualité, gratuite et ouverte à tous.
Nous nous battrons pour un futur sans OGM, sans pesticides, sans agro-carburant mais pour un accès à la sécurité alimentaire et la santé pour tous.

Loin de tout débat, la seule réponse apportée à nos prises de positions est une présence policière massive et un refus de toutes remises en cause.

Quelle ironie que BIOVISON prétende être un lieu de débat avec la société civile :
Nous sommes là, nous manifestons et ils refusent d’écouter...


Récit de la manifestation du lundi 09 mars contre BIOVISION et la venue de Valérie Pécresse à Lyon :

Vers 15h15, une petite centaine de manifestant-e-s est rassemblée derrière l’entrée principale du parc de la Tête d’Or. Un autre groupe (à peu près autant de monde) s’est déjà déplacé en direction de la Cité Internationale.

On commence à y aller, en cortège bien sympathique depuis l’arrivée sonore de la Batucada Militante (Sambactiviste). On sort du parc et on se dirige vers la Cité Internationale via les voies de bus. Jusque là : un flic municipal en uniforme et un flic-médiateur en civil (sans compter notre habituel Roger)

On longe tranquillement la Cité Internationale, sur son côté. On croise le premier groupe (qui reflue vers nous à la vue des premiers CRS) qui nous rejoint. On voit au loin de nombreux véhicules de police nationale.

Le cortège de la manifestation (forte alors d’environ 200 participant-e-s) s’engouffre dans la Cité Internationale, et sort d’elle par son "côté fleuve". Une ligne de CRS. Un gros groupe de manifestant-e-s s’agrippe les un-e-s aux autres et s’avancent en direction des CRS. Le choc, inévitable, est rude. Les condés bloquent et tentent de repousser avec leurs boucliers, puis gazent. Le groupe fait demi-tour. Les fioles de sérum physiologique et les bouteilles d’eau passent de main en main. Les gens se masquent (affluence de policiers en civil).

Le cortège prend alors la direction de la route, pour bloquer ses flux, mais celui-ci stagne sur la nationale, et rapidement - et malgré un début de mouvement en direction des Terreaux - une ligne de policiers des BAC (avec brassards - ! - et casques) se forme derrière nous. C’est alors que le cortège reprend la direction de la Cité Internationale, la re-traverse, et reprend la route du parc (voies de bus). Des grilles de chantier, d’abord utilisée pour barricader la route, servent ensuite de barrières-boucliers servant à protéger le cortège d’une éventuelle charge des BAC (qui nous suivent toujours, et de plus en plus près).

Le cortège pénètre alors dans le parc. On referme le portail. Les BAC rouvrent, laissent entrer "Roger le RG" (sensiblement plus connu du milieu contestataire sous le nom de "Noeud Pap") puis referment le portail.

On reste regroupé-e-s pendant une vingtaine de minutes, face à la flicaille (qui refuse d’entrer dans la parc) mais séparé-e-s d’eux par la grille. Première puis seconde tentative de départ en manif sauvage dans le parc : ratées. "Roger le RG", toujours là, commence à se faire embrouiller, puis s’en va sous les insultes. Les flics partent. L’occasion est trop belle : on ressort du parc par la porte même par où nous sommes rentré-e-s et on re-manifeste le long de la Cité Internationale... jusqu’à arriver au lieu même du forum BIOVISION ! La police, invisible jusque là, se fait remarquer sous la forme de nombreux CRS (coucou !) dans un des recoins de la Cité, en formation de blocage. La "sécu" (une demi-douzaine d’agents de sécurité) bloque physiquement les deux escaliers-accès qui mènent au sous-sol où se passe le forum (les escaliers sont en extérieur), dont on peut apercevoir le buffet au travers des vitres. On s’approche doucement des barrières pour se faire voir et entendre des participant-e-s du forum.

On stagne. Un mec propose l’envoi d’un délégation qui serait reçue par Pécresse ou quelque autre responsable du forum - proposition refusée en masse par les personnes présentes. Un photographe vient nous avertir qu’il a entendu les CRS parler d’encercler la manifestation dans les plus brefs délais. Le croyant sur parole, et voyant de toute façon qu’à part forcer le barrage, briser les vitres, voler la bouffe et se faire arrêter, aucune autre perspective ne s’offrait à nous, on décide de faire marche-arrière et de repartir vers le parc. Ce que nous faisons, avant de voir débouler devant et derrière nous CRS et BAC en tenue "robocop" (le photographe disait donc vrai !!!).

On longe le parc, sur la route, très attentif-ve-s aux mouvements policiers (les BAC sont alors sur notre droite et les CRS derrière nous). Les BAC s’activent et bloquent la route devant nous et sur notre côté, voulant nous obliger à emprunter l’entrée du parc, juste à côté d’eux. Quelques personnes commencent à entrer dans le parc, mais la majorité du cortège se masse contre les lignes de policiers armés aux cris de "On prend la route !" ou "On va tout droit !". Le cordon se resserre alors, et la centaine de manifestant-e-s restante se retrouve compressée entre les flics et les grilles, et pour les plus chanceu-se-x, vers les escaliers qui mènent au parc, après la porte. Les coups de tonfa commencent à pleuvoir. Les cris aussi... Puis les flash-balls, souvent à bout portant. Le cortège commence à courir et à se disperser, dans le parc et surtout dans la confusion, mais se rassemble rapidement à une cinquantaine de mètres des escaliers de l’entrée. On entend les derniers coups de flash-balls, les derniers cris, puis on voit arriver les dernières personnes vers nous.

On essaie de faire le bilan, mettre temporairement la rage - ou la douleur - de côté pour penser prioritairement aux arrêté-e-s. Au bout de quelques minutes, on compte entre 2 (pour sûr) et 6 (presque sûr) arrestations lors de la bousculade. Beaucoup de personnes frappées. Une jeune fille saigne du crâne... Un homme s’effondre à terre, rapidement secouru par ses ami-e-s. On appelle les pompiers, commence à discuter d’où se rassembler pour organiser la solidarité, stagne. "Roger le RG" se fait embrouiller une dernière fois, et on lui fait comprendre qu’ils risque de lui arriver des bricoles si on le revoit à un rassemblement ou à une manifestations et que les flics regardent ailleurs (en effet, il a été vu par plusieurs personnes en train de balancer des pierres... sur les manifestant-e-s, lors de la bousculade, après avoir été approuvé par un flic !). Il s’éloigne.

Le camion de pompiers arrive lorsqu’on apprend qu’au moins une personne a été arrêtée ou simplement contrôlée (les infos qui circulaient étaient vagues) à la sortie du parc, cinq cents mètres plus loin. Après le départ des pompiers, on s’y dirige en cortège. Arrivé-e-s là-bas : pas un flic (si ce ne sont les deux flics-médiateurs, DDSP ou RG qui rôdent pas loin).

On est encore une petite centaine à l’extérieur du parc, certain-e-s proposent de se rendre à Lyon-I pour organiser la solidarité avec les arrêté-e-s et en profiter pour aider les enseignant-e-s de l’université sur le blocage, tandis que d’autres proposent de se rassembler devant le commissariat où seraient gardé-e-s à vue les ami-e-s...

Je suis parti à ce moment là. J’ignore ce qu’il s’est passé ensuite, sinon qu’un rassemblement a lieu en ce moment même (depuis 19h00) devant le commissariat de la place Bahadourian (derrière celle de la Guillotière).

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 11 mars 2009 à 10:18

    je ne sui pas sûre que le tribunal lise ce que tu as écrit. communique le aux intéressés : proches des interpellés, avocat, chargé de com de la fac, président de lyon 2 qui est informé ....

  • Le 10 mars 2009 à 19:37

    France inter et le téléphone sonne en direct de Biovision ...

  • Le 10 mars 2009 à 12:44

    D’après les mass-médias Pécresse ne s’est finalement pas rendu au sommet Biovision. A cause du rassemblement prévu ?

  • Le 10 mars 2009 à 09:50

    c’est ce qui me semble aussi. Il est plus dérangé mentalement qu’autre chose, je connais d’autres SDF dans son cas, pro-flics à 300%...

  • Le 10 mars 2009 à 00:06

    n’étant pas étudiant en droit je me suis renseigner sur le site http://www.legifrance.gouv.fr

    c’est le site officiel du droit français

    j’y est trouver deux article assez intéressant<</sup>/sup>

    ces 2 article explique que tout action violente de la par des forces de l’ordre doit être précéder de plusieurs somation d’usage ou de l’envoie de fusée rouge
    OR aucun de ces 2 actes n’a était effectuer avant la charge qui a conduit au arrestation

    ce qui amène a conclure que les manifestants ne sont pas en cause de plus que leur acte malveillant ne peuvent être prouver et enfin que se sont les CRS QUI SONT EN TORT DEVANT LA LOI QUILS DISENT REPRESENTE<</sup>/sup>

    Code pénal • Partie législative o LIVRE IV : Des crimes et délits contre la nation, l’Etat et la paix publique.  TITRE III : Des atteintes à l’autorité de l’Etat.  CHAPITRE Ier : Des atteintes à la paix publique.  Section 2 : De la participation délictueuse à un attroupement.

    Article 431-3
    Constitue un attroupement tout rassemblement de personnes sur la voie publique ou dans un lieu public susceptible de troubler l’ordre public.
    Un attroupement peut être dissipé par la force publique après deux sommations de se disperser demeurées sans effet, adressées par le préfet, le sous-préfet, le maire ou l’un de ses adjoints, tout officier de police judiciaire responsable de la sécurité publique, ou tout autre officier de police judiciaire, porteurs des insignes de leur fonction.
    Il est procédé à ces sommations suivant des modalités propres à informer les personnes participant à l’attroupement de l’obligation de se disperser sans délai ; ces modalités sont précisées par décret en Conseil d’Etat, qui détermine également les insignes que doivent porter les personnes mentionnées à l’alinéa précédent.
    Toutefois, les représentants de la force publique appelés en vue de dissiper un attroupement peuvent faire directement usage de la force si des violences ou voies de fait sont exercées contre eux ou s’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent

    Code pénal • Partie réglementaire - Décrets en Conseil d’Etat o LIVRE IV : Des crimes et délits contre la nation, l’Etat et la paix publique.  TITRE III : Des atteintes à l’autorité de l’Etat.  CHAPITRE Ier : Des atteintes à la paix publique.  SECTION 2 : De la participation délictueuse à un attroupement.

    Article R431-1
    Pour l’application de l’article 431-3, l’autorité habilitée à procéder aux sommations avant de disperser un attroupement par la force :
    1° Annonce sa présence en énonçant par haut-parleur les mots :
    « Obéissance à la loi. Dispersez-vous » ;
    2° Procède à une première sommation en énonçant par haut-parleur les mots : « Première sommation : on va faire usage de la force » ;
    3° Procède à une deuxième et dernière sommation en énonçant par haut-parleur les mots : « Dernière sommation : on va faire usage de la force ».
    Si l’utilisation du haut-parleur est impossible ou manifestement inopérante, chaque annonce ou sommation peut être remplacée ou complétée par le lancement d’une fusée rouge.
    Toutefois, si, pour disperser l’attroupement par la force, il doit être fait usage des armes, la dernière sommation ou, le cas échéant, le lancement de fusée qui la remplace ou la complète doivent être réitérés.

    certain répondrons que la violence policière peut se pratiquer sans somation lorsqu’il sont menacer ou qu’il ne contrôle pas le terrain (premier article dernière ligne)

    or comme le décrit l’article précédent les manifestant était écraser entre les grille et les boucliers et les force de police contrôler donc parfaitement le terrain car nous nous situions a plus de 500 m de l’entrée principal

    et de tout façon le deuxième article précise que dans tout les cas des fusés rouge doivent être lancer or tout se que l’on a pu voir de rouge cette après-midi c’était des fumigène toxique et le sang d’un certain nombres de manifestant

  • Le 9 mars 2009 à 21:53

    comparution immédiate pour 3 d’entre eux demain 14h palais de justice mairie du 3e, pour outrage, violence et rébellion. Solidarité avec les victimes de la répression, procès public venez nombreux.

  • Le 9 mars 2009 à 21:31, par zombifex

    ça pourrait être pas mal d’arrêter la paranoïa avec nœud pa man ... a priori c’est juste un pauvre paumé qui habite au pere chevrier... Je pense qu’il serrait plutôt triste de se retrouver à taper un type juste par ce qu’il ne correspond pas à vos normes ....

  • Le 9 mars 2009 à 19:29

    J’ai assisté à une arrestation d’une personne à la porte des enfants du Rhône après la manif.

    Les baceux ont été super violents dans leur arrestation. Plusieurs personnes ont commencé à intervenir et à interpeller verbalement la police (et aussi des passants). Ils ont dû nous menacer de leurs matraques et d’un flash-ball pour partir sous la huée des gens présents.

    Quelques minutes après, plusieurs véhicules de police sont venus en soutien.
    Les gens qui étaient avec la personne interpellée doivent appeler Témoins. A suivre.

  • Le 9 mars 2009 à 18:34

    trois arrestations
    une personne blessée sévèrement a la tête par les flics, partie aux urgences avec les pompiers

    les arrêtés sont au commissariat du troisième, place bahadourian
    peut etre qu’ un rassemblement aura lieu

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Biovision/Biosquare » :

>Procès de Biovision - Suite et fin

Le délibéré du procès des inculpés de Biovision a été rendu ce lundi 13 septembre 2010 à la cour d’appel de lyon. 3 mois de sursis et 3 ans de suspension des droits civiques et 300 euros le couteau.

>Rassemblement ce lundi pour l’appel des inculpés de Biovision

Lors du premier procès, le 1er avril 2009, la justice a décidé d’abandonner les poursuites et de rendre les procès-verbaux nuls pour atteinte aux droits de la défense, puis la cour d’Appel l’a confirmé en janvier 2010, mais a décidé par un passe passe juridique de reconvoquer tout le monde aux 24 Colonnes...

› Tous les articles "Biovision/Biosquare"