Contre la loi du travail du gouvernement et du Medef, tous et toutes en lutte le 9 mars !

468 visites
Loi travail

Proposée par le gouvernement « socialiste » et la ministre du travail en tête, la loi sur le travail représente la plus grandes attaques envers nos conquêtes sociales depuis le Conseil National de la Résistance et les grèves de 36, 47 et 68. Sous couvert de « crises économiques » et avec un soucis prétendu de « croissance » et de « compétitivité », la loi sur le Travail est en réalité un recul sans précédent de nos droits et de nos conditions de vies.

Contre la loi du travail du gouvernement et du Medef , tous et toutes en lutte le 9 mars !

Proposée par le gouvernement « socialiste » et la ministre du travail en tête, la loi sur le travail représente la plus grandes attaques envers nos conquêtes sociales depuis le Conseil National de la Résistance et les grèves de 36, 47 et 68. Sous couvert de « crises économiques » et avec un soucis prétendu de « croissance » et de « compétitivité », la loi sur le Travail est en réalité un recul sans précédent de nos droits et de nos conditions de vies.

Que prévoit (entre autre) la loi sur le Travail ?

1-Vers la semaine de 60 heures

La durée légale du travail resterait à 35 heures (autrement dit, les
heures supplémentaires débuteraient toujours à la 36e heure), mais la durée
maximale d’une semaine de travail serait portée à 60 heures, sans accord de l’inspection du travail. En outre, il suffira d’un accord d’entreprise pour que les heures supplémentaires soient 5 fois moins rémunérées

2- Un salaire... "modulable"

Lors d’un passage à vide économique, ou dans le cas de la conquête de nouveaux marchés, l’entreprise pourrait moduler (à la baisse) librement le temps de travail et le salaire des employé-e-s pour cinq ans maximum. Si l’accord préalable des salarié-e-s est prévu, ceux qui refuseront pourront être licenciés pour "cause réelle et sérieuse". Jusqu’ici, en cas de modification unilatérale du contrat, le où la salarié-e qui refusait la nouvelle version pouvait être licencié économique, ce qui lui était plus favorable.

3- Des astreintes non payées

Aujourd’hui, un-e salarié-e en astreinte est considéré-e comme à disposition de
l’entreprise, ne serait-ce que parce qu’il ou elle ne peut s’éloigner ou
s’absenter. Il ou elle doit donc à ce titre être indemnisé. Le texte d’El Khomri
prévoit tout simplement qu’il soit considéré comme "en repos" à partir
du moment où l’entreprise n’aurait pas fait appel à elle ou lui.

4- Prud’hommes : les indemnités plafonnées

Au-delà des indemnités légales de base, les prud’hommes peuvent librement
fixer le montant des indemnités allouées à un-e salarié-e licencié-e abusivement.
Mais la loi sur le travail prévoit un plafonnement, réclamé et attendu par les patrons.
Le juge doit s’en tenir à un barème, qui tient uniquement compte de
l’ancienneté du ou de la salarié-e. Avec une limitation à 15 mois de salaire pour les
employé-e-s qui ont plus de 20 ans d’ancienneté.

5- Remise en cause du forfait jour

En France, 50% des cadres sont au "forfait jour" : ils ou elles peuvent donc déroger
aux 35 heures hebdomadaires, mais doivent s’en tenir à d’autres
contraintes : 235 jours de travail par an au maximum, et 11 heures de repos
consécutives obligatoires par 24 heures. La mise en place du forfait jour
passait par la signature d’un accord collectif dans les PME de moins de 50
salarié-e-s. Selon le texte du gouvernement, un accord individuel de chaque
salarié-e suffira désormais. Et ce n’est pas tout : les 11 heures de repos
pourront être fractionnées, plutôt que consécutives.

6- Les apprentis travailleront plus

La durée légale de travail d’un-e apprenti-e serait portée à 40 heures
hebdomadaire (contre 35), avec 10 heures par jour au maximum (contre 8), ce
qui était déjà possible, mais uniquement avec l’accord de l’inspection du
travail et d’un médecin du travail. Désormais, le patron devra seulement
"informer" l’inspection et le médecin du travail.

Et bien d’autres réformes affaiblissant le droit du travail et revenant sur nos conquêtes sociales : La loi sur le Travail n’est en aucun cas une modernisation de l’économie Française, c’est un retour au dix neuvième siècle ! La loi sur le travail, c’est définitivement la loi des Patrons !

Aucune fatalité : Il faut lutter

Face aux attaques patronales portée par le gouvernement « de gauche » « socialiste », il ne faut surtout pas céder à la résignation.
La solution ne réside pas en un bulletin de vote (sanction ou non) mais dans l’auto-organisation de toutes celles et ceux qui désirent lutter contre la mise à mal de leurs droits.
Il est grand temps de reprendre la rue et de montrer que le rapport de force est en notre faveur !
Mobilisations jusqu’au retrait du projet de loi !

Rendez-vous le 9 mars à 13h Place Bellecour !
Et soyons aussi dans la rue lors des mobilisations futures !
Ne laissons pas retomber la pression !

Coordination des Groupes Anarchistes - Lyon

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"

Derniers articles de la thématique « Loi travail » :

>Conseils en manif : 2018

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... réduisons les risques ! Mise à jour du tract (dispo en pdf à la fin de l’article) de Témoins - la Caisse de solidarité.

>Loi Travail, un an après : analyse et perspectives

Après le mouvement contre la première loi Travail (2016), nous avons travaillé à quelques pistes d’analyse. Il nous semble que ces analyses, comme quelques propositions, peuvent retrouver une actualité dans le moment politique que nous vivons. Nous les proposons ici telles quelles, laissant ouvertes...

>Etudiant.e.s, trouvez-vous une occupation !

Fort de nous avoir imposé ses ordonnances, Macron croit pouvoir instaurer tranquillement la sélection en licence et en master, la baisse des APL, les fusions d’universités… Pourtant dans le morne quotidien des facultés, la résistance prend...

› Tous les articles "Loi travail"

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

>La précarité tue : 3 mois après, on oublie pas

Cela fait 3 mois que notre camarade a tenté de s’immoler par le feu devant le CROUS de Lyon. Son état tend à s’améliorer, mais nous nous inquiétons pour lui. Il nous manque. Nous espèrons le voir sorti d’affaire au plus vite.

› Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

>Appel de l’Assemblée Générale interpro de Lyon du 20 février

L’Assemblée Générale interprofessionnel de Lyon s’est réunit le 20 février afin de lancer un appel à continuer la lutte contre les différentes néolibérales du gouvernement d’Emmanuel Macron et s’unir pour exiger la reconstruction d’un service public de...

>La Grève est en marche : suivi de la semaine du 17 au 23 février

Après plus de 2 mois de grève et de lutte, la pression ne faiblit pas, pour les retraites et tout le reste, jusqu’au retrait du projet de réforme des retraites et du gouvernement, la grève est en marche ! Si vous le pouvez, allez soutenir les grévistes sur leurs piquets de grève et/ou si vous le...

› Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"