Création club de lecture

351 visites
Covid-19 1 complément

Club de lecture, réunion via vidéoconférence

Bonjour à tout-e-s !

Je viens de tomber sur un article du Monde qui parlait des clubs de lecture (on s’occupe comme on peut hein...) et ça m’a donné une idée. Pourquoi ne pas faire un club de lecture, mais avec un thème plus politique que ce que l’on y trouve habituellement ? J’entends par politique qui y a trait de près ou de loin, donc tous les livres parlant d’histoire, de géographie, de luttes, d’économie, etc. En somme pas de romans (sauf s’ils ont pour toile de fond un thème politique, par exemple La Zone du Dehors d’A.Damasio).

En cette période de confinement, qui est bien partie pour durer, impensable de se réunir dans un endroit physique, on pourrait donc organiser une vidéoconférence (via un logiciel comme Skype [1]). L’idée est que chaque personne lise un livre différent des autres pour qu’au final on puisse parler du livre qu’on a lu, partager ce qu’on en a retenu, débattre, échanger mais aussi donner aux autres l’envie de le lire (ou pas).

Si vous êtes intéressé-e-s vous pouvez me contacter via pablo.escuela69@gmail.com. Sachez aussi que la maison d’édition La Fabrique offre actuellement 10 livres en format numérique : https://lafabrique.fr/offres-epub/. Nous pourrions donc commencer, chacun-e, par lire un de ceux proposés gratuitement par La Fabrique :
Théorie du drone / L’anthropocène contre l’histoire / La dynamique de la révolte / Qu’est-ce qu’un peuple ? / La domination policière / L’imaginaire de la Commune / De la résistance à la guerre civile en Grèce / Un féminisme décolonial / Les Blancs, les Juifs et nous / La Révolution russe, une histoire française

En fonction du nombre de participant-e-s, de la capacité de lecture et des disponibilités de chacun-e-s on pourra, par la suite, fixer une date pour la première réunion.

La réunion pourrait se dérouler ainsi (évidemment ce n’est pas figé, on s’adaptera en conséquence) :
1/Présentation des différents participant-e-s
2/Une personne commence par parler du livre qu’il/elle a lu
3/Les autres participant-e-s lui posent des questions
4/On passe à une autre personne qui parle de son livre, etc.

Notes

[1Skype est une solution pratique d’un point de vue utilisateur mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un logiciel propriétaire, les échanges sont donc potentiellement tracés. Il existe des alternatives libres et/ou open source mais qui sont moins pratiques dans l’usage. En fonction de la volonté et des compétences informatiques de chacun-e nous pourrions les utiliser.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 26 mars à 18:05, par Informaticien

    Le problème avec skype est qu’il s’agit d’un logiciel non libre. `Propriétaire` est un terme un peu flou qui ne veut pas dire grand chose, d’ailleurs les logiciels libres aussi peuvent avoir des propriétaires (et en ont bien souvent). Le problème d’un logiciel non libre est qu’il nie des libertés fondamentales à ces utilisateur·ices, et à la société dans son ensemble. Voir ici pour en savoir plus sur ces libertés : https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html

    La conséquence de la négation pour une de ces libertés - liberté d’étudier le fonctionnement du programme par le biais du code source - (la négations des autres libertés créé d’autres problèmes), est que *personne* ne sait ce que fait réellement le programme, à part son propriétaire. Donc en effet la confidentialité des communications pourrait être compromises, entres milles autres choses malveillantes qui pourrait être fait sur votre ordinateur.

    Globalement et sans rentrer dans les détails, la négation des libertés commise par un logiciel non libre confère un pouvoir (injuste, mais comme tous les pouvoirs serai-je tenté de dire) à son propriétaire sur celles et ceux qui l’utilisent et sur la société. A l’heure où les systèmes informatiques remplissent de plus en plus de fonctions (essentielles) dans la société, laisser les logiciels privateurs de libertés se répandre, c’est tendre vers une société plus injuste, où les pouvoirs sont toujours plus concentrés dans les mains d’une minorité.

    « Des logiciels libres pour une société libre » Comme dirais Richard Stallman.

    ( p.s. : comme ça à froid je vois deux solutions facile d’accès basées sur des outils libres pour la visioconférence : jitsi ou nextcloud. Il en existent peut-être d’autres. )

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Covid-19 » :

>Plus que jamais, à bas les CRA, à bas les taules

En ces temps d’épidémie, mais aussi de répression et de restriction des libertés de toutes parts, il est plus que nécessaire et urgent de relayer la parole des prisonnièr·es, que ce soit dans les taules ou dans les CRA. Les prisonnièr·es témoignent au travers de vidéos, photos, témoignages, et...

› Tous les articles "Covid-19"

Derniers articles de la thématique « Éducation - partage des savoirs » :

>Parcoursup et coronavirus : la machine à tri ne connaît pas d’arrêt !

Alors que l’ensemble de la population est confrontée à une crise sanitaire d’une ampleur inédite qui nécessite une mise à l’arrêt de quantités d’activités, le Ministère ne semble pas décidé à arrêter la machine à tri social qu’est Parcoursup. Les conseils de classe se déroulent sur tout le territoire, y compris...

› Tous les articles "Éducation - partage des savoirs"