David Kimelfeld enfariné pour 1.8 million

9564 visites

La semaine dernière, la métropole votait un budget d’ 1.8 million d’euros pour "la sécurité des bâtiments vides", aujourd’hui en réponse à cette dépense insensée, David Kimelfeld président de la métropole, s’est fait enfariner.

  • Un point sur les poursuites !

    Après avoir demandé un délai de réflexion les enfarineurs ont refusé la peine proposée par le procureur. L’audience aura donc lieu le 20 septembre à 14H et sera sûrement suivie d’une soirée en soutien à la caisse de solidarité.

“Je maintiens la même fermeté sur les lieux de squat, d’occupation de l’espace public. [...] Et j’assume le fait qu’on ne puisse pas laisser le moindre squat.” déclarait David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon, fin novembre 2017.

Cette déclaration faisait suite à l’expulsion illégale d’un squat ouvert à Vaise par un collectif formé lors de l’expulsion des migrants qui occupaient le parvis d’un hôtel à la Part-Dieu. La responsabilité de la métropole étant évidente lorsqu’il s’agit de personnes à la rue, migrants ou non, les bâtiments lui appartenant sont restés des cibles prioritaires pour les personnes désireuses de mettre tout le monde à l’abri pour l’hiver. Ainsi, entre décembre et janvier, 1 puis 2, puis 3 bâtiments en cours de rachat par la métropole ont été ouverts, mis à disposition de personnes dans le besoin puis organisés de manière autogérée. Le tout en invitant fermement la métropole à prendre des mesures pour l’hébergement d’urgence.

La réponse de David Kimelfeld est infâme : rien pour l’hébergement mais 1,8 million d’euros pour des “prestations de télésurveillance et interventions sur les bâtiments et immeubles inoccupés de la métropole de Lyon”.

Les 1,8 millions d’euros alloués récemment à la société Securitas pour la protection des bâtiments vides de la métropole de Lyon est significative de la politique répressive et anti-sociale actuelle de la ville de Lyon. Rien d’étonnant pour cette institution chère à Gérard Collomb. Les décisions prises par la métropole montrent une allégeance certaine de la métropole à son ancien président Gérard Collomb, à l’origine de la future loi sur l’immigration. Le choix politique est certain. Plutôt que de palier à la situation d’urgence on investit de l’argent public pour s’assurer que les sans abris restent dans la rue.

Aujourd’hui, devant la maison de l’environnement, certains des systèmes d’alarmes dans lesquels la métropole est prête à tant investir lui on été rendus et une poignée de farine a été offerte à David Kimelfeld.

PNG - 2.8 Mo

Tant que la métropole ne prend pas ses responsabilités et que des gens dormiront dehors, ses bâtiments seront systématiquement réquisitionnés par ceux qui s’engagent aujourd’hui pour les plus démunis !

Tout le monde déteste la métropole !!

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Politicaillerie » :

>Les 7 ambitions du gouvernement pour prévenir et punir les manifestations

Le 23 octobre 2018, le sénat proposait 7 mesures pour encadrer encore plus les manifestations. S’emparant de ce projet « clef-en-main » qui lui était servi par la frange la plus réactionnaire de la droite, le gouvernement a su profiter de l’aubaine pour apporter une réponse répressive et liberticide...

> Tous les articles "Politicaillerie"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>[Turin] Arrestations et expulsions de l’Asilo et de Corso Giulio

L’Asilo est occupé depuis 1995, c’est un lieu d’habitation mais surtout un lieu central d’organisation pour les luttes qui agitent le quartier et même un peu plus loin : contre les expulsions de logement, contre les centres de rétention et pour la liberté de circulation, contre la taule, la...

> Tous les articles "Logement - Squat"