Des OGM comme écran de fumée : l’ignorance est rarement facteur de liberté

1048 visites

Nous avons appris au mois de juillet 2007 qu’il y a 42 hectares d’OGM plantés dans la Drôme dont 6,70 ha dans le canton de Chabeuil. Les actions et les flashs filmés continuent à couvrir l’événement ardéchois, pour quelques hectares d’ogm plantés. Ces mardi et mercredi 24 et 25 juillet, c’est le clou du spectacle pour satisfaire l’oeil touristique.

Voir pour l’action des anti OGM du 26 juillet 2006 à Lussas l’article d’Indymedia Auvergne.

Face à l’activisme ardéchois, pas de marche ni de manifestation ni de négociation pour les militants anti OGM drômois. Alors qu’ils se sont voulus les conseillers éclairés des pouvoirs dont ils n’ont jamais vu l’aveuglement, voilà qu’ils découvrent d’un coup avec effroi le néant des princes et les méfaits des puissants. En réalité, discrètement, le collectif anti OGM s’active et reconnaît avoir déjà fait des investigations locales. "On a du monde, on rencontre plein de citoyens sur les marchés qui nous communiquent leurs informations et essaient de nous aider à enquêter’’ explique le président d’Agribiodrôme, membre du collectif anti OGM. Ce jeu de piste de l’été sert de cadre pour la défense face au terrorisme industriel.

JPEG - 30.5 ko

À la suite d’un premier tract nous laissant dubitatif quant aux objectifs du collectif anti OGM, nous avons fait avec eux des rencontres intéressantes et instructives, et rien ne nous a laissé indifférent. Il ne faudrait donc pas déduire de nos critiques que nous regrettons d’avoir participé, durant deux semaines, à ce jeu de piste. Ce jeu est justifié par les positions du préfet de l’Ardèche : il n’y a qu’à l’entendre évoquer ’’un sérieux avertissement à tous ceux qui voudraient entrer dans un jeu dangereux, passible des tribunaux.’’

Didier Guillaume, président du conseil général de la Drôme, tient quant à lui son rôle de commercial du pôle de l’ économie drômoise, quand il parle de "la transparence ainsi que des moyens réglementaires et financiers pour contrôler et suivre l’impact des cultures OGM". À Valence, une école d’ingénieurs spécialisée dans les recherches sur les RFID [1] : l’Esisar, dépendante de l’Institut national polytechnique de Grenoble (INPG) et soutenue par la Chambre de commerce et par le laboratoire Léti du CEA se vante de créer des emplois dans la "nécrotechnologie".

La société industrielle ne prétend plus se faire aimer ou même susciter la sympathie ; elle s’est déjà rendue suffisamment indispensable pour vouloir imposer à chacun de se rendre à ses conditions. Le terrorisme industriel veut nous obliger sans cesse à ’’lâcher une énième parcelle de liberté pour être préservé de la montée et de la recrudescence de la violence, du « terrorisme », de « l’insécurité », des « incivilités », etc. Et tant pis si la raison d’État, la raison du plus fort, est le vrai motif de ces retranchements sans fin’’ comme il est dit dans « L’invention du contrôle », un texte de « Pièces et main d’oeuvre » (PMO) du 3 juillet 2007. Ainsi, la propagande du contrôle ne se veut surtout pas contraignante, elle veut être au contraire un simple indicateur des tendances qui s’affrontent au sein de la société industrielle pour se partager les marchés, c’est-à-dire notre existence. « Les débats dits éthiques auxquels se prêtent les chercheurs ne seraient-ils qu’une façon de “donner le change” à une opinion publique inquiète pour mieux la placer ultérieurement devant un fait accompli ? » (in La Recherche, n° 260, décembre 1993.)

JPEG - 19.1 ko
Nous, nous avons compris que nous ne sommes conviés qu’à un spectacle éducatif.

Malheureusement, la terre détruite par des générations de pesticides, la nature bétonnée, goudronnée et irradiée par d’innombrables petits Tchernobyl, la baignade interdite dans le Rhône, voilà déjà le décor de nos vies. Dans les applications et les répercussions qu’elles auront (et ont déjà), OGM et les manipulations génétiques nous enfonceront dans le sillage du nucléaire au sein d’un monde téléguidé, dans lequel les dominateurs de la planète seront sûrs de garder leur place de gestionnaires et « de bienfaiteurs de l’humanité ». Ces technologies écrasent toute velléité alternative, toute production autonome échappant à leur emprise, et par la même occasion tout espoir de révolution.

C’est pourquoi nous ne lâchons rien et que la lutte contre les OGM et les manipulations génétiques en général est pour nous un axe de lutte indispensable et urgent.

Simples citoyens : contrerfidvalence(arobase)yahoo.fr

Notes

[1RFID :la radio-identification, venant de l’anglais radio frequency identification (usuellement abrégé RFID), est une méthode pour stocker et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés « radio-étiquettes ». Pour en savoir plus, voir par exemple l’article de Wikipédia

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info