[Dijon] Solidarité avec les habitant·es des Grésilles

603 visites

Poubelles incendiées, voitures dégradées, tirs de coups de feu, armes lourdes, les images circulent abondamment et attisent tous les fantasmes. En plein mouvement contre le racisme et les violences policières, c’est l’actualité idéale pour brouiller les cartes, redorer le blason de la police et raviver le racisme envers les habitant·es de certains quartiers comme ceux des Grésilles. Retour sur les faits avec Dijoncter.info, un site du réseau mutu.

Retour sur les faits

Mercredi 10 juin, un garçon de 16 ans issu de la communauté tchétchène a été violemment passé à tabac par un groupe d’individus désignés comme étant des maghrébins. On soupçonne une histoire liée au trafic de cocaïne. Très vite sur les réseaux sociaux tourne un appel à la vengeance auquel répondent de nombreuses personnes d’origine tchétchène.
Vendredi 12 juin, une centaine de vengeurs, venus de divers coins de la France, de Belgique, d’Allemagne, etc. débarquent dans le bar à chicha le Black Pearl près de la place de la République. C’est ici que sont censés se trouver les responsables du passage à tabac. Les Tchétchènes [1] font une démonstration de force pour intimider les agresseurs, il y aura une dizaine de blessés.
Le lendemain, une cinquantaine de Tchétchènes mettent un coup de pression sur le quartier des Grésilles, où vivraient les responsables de l’agression du 10 juin. Quelques confrontations ont lieu.
Des représentants des deux communautés se retrouvent pour régler le conflit. Les Tchétchènes font plusieurs déclarations qui affirment que leur volonté est seulement de faire peur aux dealers maghrébins responsables du passage à tabac ou liés à eux afin que les coupables soient pris en charge par leur propre communauté [2].
Pourtant dimanche le conflit s’enlise et l’ambiance s’alourdit aux Grésilles. Environs deux-cent Tchétchènes font une dernière manœuvre d’intimidation avant de quitter la ville. Des vidéos dignes d’un film d’action circulent sur les réseaux sociaux. La colère monte, de nombreux habitant·es, au cœur du théâtre des affrontements, se sentent pris·es au piège, impuissant·es. D’autres descendent équipés pour protéger leur quartier. Leur honneur est en jeu et derrière les dealers, il y a aussi des hommes qui descendent montrer qu’ils ne vont pas laisser leur lieu de vie se faire agresser de la sorte. Le quartier est sous le choc. Heurtés par la violence de l’incursion et par l’abandon complet des autorités, beaucoup ont choisit de se défendre eux-même. En effet rien n’a été fait pour empêcher les Tchétchènes de débarquer à Dijon, puis durant le week-end, rien n’a été tenté pour faire diminuer les affrontements.

Et lundi, c’est l’État qui parade. Assuré du départ des Tchétchènes, il déploie sa police tout autour des Grésilles. Des snipers sont placés sur les toits, les CRS et GM sont en place pour éviter que le désordre ne déborde du quartier. Des bandes de jeunes cagoulés arpentent les rues, la police boucle la place, les écoles sont évacuées. Cette fois la démonstration de force est unilatérale, des jeunes de Quetigny et de Fontaine d’Ouche sont venus en renfort. Il n’y a plus personne en face. Mais ce qui importe ce sont les images produites. Destinées aux assaillants, les parades armées ont pour but de démontrer que le quartier est capable de se défendre. Elles sont aussi un exutoire, car derrière la violence c’est la peur, le choc et le dégoût qui se dissimulent. La police laisse tout ce petit monde se défouler. Elle n’investit le quartier que lorque les choses se tassent. Elle roule des mécaniques, les caméras sont là, l’ordre républicain est rétablit. On ne va pas s’émouvoir du fait que des journalistes, qui jouent à ce petit jeu, ont vu leur voiture détruite. Ce jeu de dupe vient rajouter une couche de mépris vis-à-vis du quartier. Alors beaucoup de monde ressort dans la nuit. Et pas seulement aux Grésilles, mais aussi à Chenôve. Car si les Tchétchènes sont partis, c’est désormais la police qui occupe les lieux. De nombreux habitant·es ressentent cela comme une double peine. « Qu’est-ce qu’on en a à foutre de l’ordre maintenant. Ils étaient où les flics ce week-end ? Ils protègent quoi là ? »

La suite à lire sur : https://dijoncter.info/solidarite-avec-les-habitant-es-des-gresilles-2050

Notes

[1Nous reprenons cette dénomination parce que c’est celles que les personnes concernées semblent utiliser pour se désigner.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

>[Dijon] Solidarité avec les habitant·es des Grésilles

Poubelles incendiées, voitures dégradées, tirs de coups de feu, armes lourdes, les images circulent abondamment et attisent tous les fantasmes. En plein mouvement contre le racisme et les violences policières, c’est l’actualité idéale pour brouiller les cartes, redorer le blason de la police et raviver...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"