Du punch, des coups de matraque et des lacrymos le 1er mai à Lyon

4792 visites
Repas de quartier 1 complément

Communiqué de Radio Canut sur la répression qui s’est abattue sur la place Sathonay ce mardi 1er mai.

  • Jugées pour des tags, les deux personnes arrêtées condamnées à de la prison avec sursis

    Les 2 camarades arrêtés autour de la place Sathonay sont passés hier en comparution immédiate.
    L’un a été condamné à 3 mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende pour 2 tags.
    L’autre a été condamné à 140h de travaux d’intérêt général et 6 mois de prison avec sursis avec mise à l’épreuve (donc, possibilité de faire 6 mois de détention au cas où les travaux d’intérêt général ne sont pas réalisés), pour 2 tags également.

    Rappel pour contacter la caisse de solidarité : 06.43.08.50.32
    Et le 1er jeudi du mois à l’Atelier des Canulars, 91 rue Montesquieu.

Radio Canut organisait ce mardi son repas de quartier du 1er mai place Sathonay, un événement organisé depuis des années et autorisé comme d’habitude par les services de l’OTEP. Dès son début cependant, vers 13h, un important dispositif policier était déployé autour de la place et, ce, de façon incompréhensible, avec notamment des policiers de la BAC lourdement armés, ainsi que de nombreux fourgons de CRS. Malgré cette pression et cette provocation policière, le repas s’est bien déroulé jusque vers 15h30. Après une arrestation et plusieurs charges violentes, la répression policière a alors mis fin au repas de quartier, dispersé à coups de matraque, de jets de gaz lacrymogène et d’arrestations. Quelques personnes ont été blessées.

Jamais dans son histoire le repas de quartier du 1er mai n’avait subi un tel harcèlement policier. Radio Canut dénonce cette répression et demande la libération des personnes interpellées. Elle ne peut que constater aussi comment celle-ci s’inscrit dans un contexte plus général de criminalisation des mouvements sociaux, à Lyon comme ailleurs.

Radio Canut

Lire aussi les récits/témoignages :
- On est pas là pour vendre du muguet ! Récit du 1er mai 2018 à Lyon
- Petit compte rendu pendant le punch de quartier de radio Canut

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 4 mai 2018 à 12:10, par caissedesolidarite

    Les 2 camarades arrêtés autour de la place Sathonay sont passés hier en comparution immédiate.
    L’un a été condamné à 3 mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende pour 2 tags.
    L’autre a été condamné à 140h de travaux d’intérêt général et 6 mois de prison avec sursis avec mise à l’épreuve (donc, possibilité de faire 6 mois de détention au cas où les travaux d’intérêt général ne sont pas réalisés), pour 2 tags également.

    Rappel pour contacter la caisse de solidarité : 06.43.08.50.32
    Et le 1er jeudi du mois à l’Atelier des Canulars, 91 rue Montesquieu.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Radio Canut » :

› Tous les articles "Radio Canut"

Derniers articles de la thématique « Repas de quartier » :

>Repas de quartier de Radio Canut le 1er mai

Comme chaque année, Radio Canut vous invite au repas de quartier du 1er mai. Pour le rejoindre, c’est facile, viens à la manif le matin et suis le cortège jusqu’à la place Sathonay.

› Tous les articles "Repas de quartier"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Une petite histoire des empreintes digitales

Vous vous demandez d’où vient cette manie des flics et de l’administration de prendre vos empreintes digitales à tout bout de champ ? Voici une réponse donnée par l’historien Carlo Ginzburg, extrait d’un article intitulé « Traces ». Attention l’histoire est moche… On pouvait s’en douter ...

› Tous les articles "Répression - prisons"