Évasion, Suicide et émeute au CRA de Lyon Saint-Exupéry : appel au secours d’un prisonnier

7119 visites
CRA de Saint-Exupery

Samedi dernier, 6 personnes ont tenté de s’évader du CRA de Saint-Exupéry, 3 d’entre elles ont réussi, les 3 autres tabassées par les flics sont passées de l’hôpital à la garde a vue avant d’être ré-enfermées au CRA. Ce lundi une personne a tenté de se suicider. Ci-dessous un appel au secours d’un prisonnier enregistré avec son accord.

  • Prise en charge du suicidé et grève de la faim

    Les pompiers ont évacué la personne qui a fait la tentative de suicide et les retenus ne savent pas s’il a pu être réanimé.
    Ce matin a eu lieu un refus collectif de prendre le petit déjeuner.

- Ok donc y a deux jours y en a qui ont essayé de faire une tentative de s ’évader. Il y en a trois qui ont réussi et trois qui se sont fait attraper, ont été grave blessés. Ils ont été quarante-huit heures en garde à vue et ils ont passé en quarante-huit heures et aujourd’hui ils rentrent au centre, et aujourd’hui il y a quelqu’un tout à l’heure qui a monté sur la porte où il y a le barbelé. Et il s’est suicidé avec le barbelé. Et il s’est étranglé avec le barbelé. Et la police ils ont rien fait, c’est nous qu’on l’a descendu. La police ils ont mis à peu près 25 minutes juste pour ramener une échelle. Ils étaient même pas loin, à 200 ou 300 mètres. Nous on a voulu le récupérer malgré tout y a les portes entre nous, donc on s’est grimpé tout le monde et on a essayé de descendre mais sauf que eux ils nous a gazé ils nous a frappé ils nous a violé, laisse tomber.
Ici tout le monde ils ont pété un plomb, tout l’monde ils ont commencé à brûler, brûler les chambres, à brûler les matelas, à brûler tout. Donc ici les gens ils sont traités comme des chiens, si il y a moyen de nous aider, ici on est des êtres humains on est pas des animaux, voilà notre seul délit qu’on a pas de papier, c’est notre seul délit notre seul problème dans cette vie. Vous pouvez appeler les associations, ou appeler les médias ou appeler les journalistes, ou toutes les personnes qui sont là pour l’humanitaire, pour de vrai, il faut qu’ils soient là pour nous, pas de cinéma, pas de spectacle, pas de théâtre, ici c’est des êtres humains, on n’a pas besoin de théâtre, on n’a pas besoin de spectacle, on a besoin des gens qui luttent pour nous. C’est un message d’au secours.

-D’accord

- Voilà c’que j’veux dire, et c’est pour ça que aujourd’hui, vraiment, y en a un qui s’est suicidé, y a même pas 20 minutes ou 25 minutes, y a du sang partout, y a des gens ici qui sont prêts à faire même plus que ça parce qu’on est traité comme des chiens. C’est pour ça on fait appel à tout l’monde, c’est un appel au secours ça.

-D’accord et là qu’est-ce que vous faites en ce moment ?

- Là en ce moment on essaie de se calmer mais malheureusement il nous a fermé mais c’est brûlé, y a des chambres qu’ont déjà brûlé, malheureusement y a rien on n’a pas le choix, si on reste ici on va mourir brûlés, ou on va s’étouffer avec la fumée. Les gens ici ils peuvent plus en faite c’est, c’est, c’est... pire que la prison ici, c’est la prison politique c’est pas la prison humanitaire ici, c’est pas un centre de rétention, c’est la prison, c’est même pas la prison, je sais pas c’que c’est. Faut aider ces gens-là, aujourd’hui on est des êtres humains, des étrangers, il faut les aider. J’peux plus trop parler là"

D’autres articles ont été publié sur la situation au CRA :

Événements au CRA de Saint-Éxupery : Le Progrès fait une belle démonstration de journalisme de préfecture

Depuis quelques jours la situation au CRA de Lyon semble particulièrement tendue. Lundi des rumeurs couraient qu’une évasion avait eu lieu sans qu’aucune information précise ne soit connue. Ce mardi 16 avril des personnes parvenaient à obtenir un court témoignage d’un prisonnier actuellement dans le (...)

18 avril
Nouvelle Grève de la faim au centre de rétention de Lyon et appel à soutien

Pour dénoncer l’enfermement et les conditions de leurs détentions (violence policière, pas d’accès aux soins...), les détenus du CRA ont entamé collectivement une nouvelle grève de la faim depuis le 16 mars.

11 mai
Grève de la faim au centre de rétention de St Exupéry

Vendredi et samedi, les détenus du CRA de Lyon St-Exupéry ont entamé une grève de la faim pour protester contre le système des CRA, les conditions de détention et la répression policière qu’ils subissent au quotidien.

11 mai
Gaz, matraque et gardes à vues : le quotidien pour les détenu.e.s du CRA de Saint Exupéry

Le soir du 26 février, des violences policières provoquant hospitalisations, blessures ainsi que gardes à vue, ont éclaté contre les détenus au centre de rétention administrative de Saint-Exupéry à Lyon.

11 mai

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « CRA de Saint-Exupery » :

› Tous les articles "CRA de Saint-Exupery"

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Qui est Magali Tabareau, la juge attaquée chez elle au LBD ?

Lundi 17 juin 2019 vers 9h30, deux personnes munies de casques de moto ont sonné à la porte du domicile de la présidente de la Cour d’Assises de Versailles, Magali Tabareau. Lorsqu’elle a ouvert sa fenêtre, elle a reçu un tir de Lanceur de Balle de Défense en plein visage, sous l’œil. Elle a été...

› Tous les articles "Répression - prisons"