Événements au CRA de Saint-Éxupery : Le Progrès fait une belle démonstration de journalisme de préfecture

945 visites

Depuis quelques jours la situation au CRA de Lyon semble particulièrement tendue. Lundi des rumeurs couraient qu’une évasion avait eu lieu sans qu’aucune information précise ne soit connue. Ce mardi 16 avril des personnes parvenaient à obtenir un court témoignage d’un prisonnier actuellement dans le centre et diffusaient une retranscription : Évasion, Suicide et émeute au CRA de Lyon Saint-Exupéry : appel au secours d’un prisonnier .

C’est en début de soirée que la préfecture réagissait aux événement au travers du Progrès. Dans un article de quelques lignes on apprend que « Samedi, six personnes ont tenté de s’évader du centre de rétention administrative de Lyon Saint-Exupéry. Trois ont été rattrapées. Et trois autres, toujours dans la nature, sont recherchées. »
Il y aurait donc bien eu une tentative d’évasion mais qui aurait eu lieu samedi.
C’est là que les versions vont commencer à diverger. Pour Le Progrès la suite des événements est un tout petit peu différente, on lit que « Lundi, un autre retenu a essayé de se faire la belle, se blessant sur les barbelés » Les blessures dont fait état le témoignage issu du centre de rétention ne seraient donc pas dues à une tentative de suicide mais à une personne qui se serait blessée en tentant de « se faire la belle ». Le Progrès ne nous annonce pas bien d’où viennent ces informations. Associatif, personne sans papiers, policier, médecin ? On ne nous en dira rien pour l’instant. La suite de l’article, en tout cas, est un bon exemple de n’importe quoi journalistique.

Vous aurez noté que pour l’instant, pour autant qu’on sache, il y a seulement une évasion (en partie avortée) et une tentative d’évasion ratée, dans ce cadre on se demande bien ce que peut vouloir dire le journaliste du Progrès (où le chargé de com de la pref) quand il enchaîne en nous signalant que : « Dans ce lieu de privation de liberté où les tensions interethniques sont récurrentes et parfois vives, les incendies de chambre ne sont pas rares. » Mais encore ? Notez que « les incendies de chambre ne sont pas rares » est une information d’ordre général. On ne nous dit pas qu’il y a eu aujourd’hui, ou ces derniers jours, un incendie dans une chambre, ou dans plusieurs. Non, on nous informe simplement que, ces choses-là arrivent. Finalement si on apprenait que c’est encore arrivé ça ne serait pas vraiment une nouvelle, puisque ces choses-là arrivent. Et puis de toute façon, si ça avait dû arriver, disons dans une ou plusieurs chambres dans les derniers jours, ce n’aurait sûrement rien à voir avec toutes ces histoires d’évasions à moitié ratées et d’évasion totalement ratée où des gens se blessent, puisque il est dit que ces choses-là proviennent des « tensions interethniques [qui] sont récurrentes et parfois vives ». En réalité on ne nous le dit d’ailleurs pas vraiment, on le suggère seulement en plaçant côte à côte ces deux informations : d’un coté il y a « ce lieu de privation de liberté où les tensions interethniques sont récurrentes et parfois vives » et juste après une minuscule virgule des « incendies de chambre [qui] ne sont pas rares ». On ne franchira pas le pas consistant à dire que si ces gens brûlent leur chambre c’est parce que la tronche de leur codétenu ne leur revient pas, parce que quand même on a une carte de presse alors il faudrait pas trop que ça se voit. D’ailleurs on va rappeler un peu plus loin, après un point cette fois, que « Tout comme les plaintes des retenus qui dénoncent régulièrement leurs conditions de vie » parce qu’un journaliste c’est impartial, vous voyez.

Pour vous laissez savourer l’humour de la construction de ce paragraphe je vous le redonne une dernière fois en entier :

Dans ce lieu de privation de liberté où les tensions interethniques sont récurrentes et parfois vives, les incendies de chambre ne sont pas rares. Tout comme les plaintes des retenus qui dénoncent régulièrement leurs conditions de vie.

Oui parce que si Ces gens là aiment bien faire cramer des matelas quand la tête de leur petit camarade ne leur revient pas, ils aiment aussi régulièrement se plaindre et dénoncer leurs conditions de vie. Mais ça on en prend bien garde et on le met derrière un point, histoire de bien souligner que c’est les tensions interethniques et non les mauvaises conditions de vie qui font cramer les chambres. Ainsi si un témoignage, dont Le Progrès ne fait pas mention, avait pu sortir du centre de rétention dénonçant, par exemple, les conditions déplorables dans lesquelles se trouvent actuellement les prisonniers du CRA, ce ne serait sûrement pas à cause de problème de conditions de vie mais bien plutôt à cause des tensions interethniques récurrentes et vives.

Finalement on peut dire que tout est rentré dans l’ordre et qu’il n’y a rien à voir. Et d’ailleurs histoire de bien enfoncer le clou, une deuxième partie vient clore ce magnifique publireportage. Cette deuxième partie qui se nomme sobrement : « La préfecture annonce un nouveau bâtiment » nous apprendra que si des plaintes avaient pu être émises récemment elles n’auraient de toute façon pas vraiment lieu d’être. En effet la préfecture perspicace annonce que :

Courant 2019, des travaux devraient être engagés sur le site. Bâtiment non adapté, conditions de rétention dégradées, le préfet du Rhône annonce d’ores et déjà la construction d’un nouveau centre de rétention administrative à l’horizon 2021 qui répondra aussi aux normes de sécurité. Où ? Encore trop tôt pour le dire

On aura donc fini par l’avoir la source de cet article : car « le préfet du Rhône annonce » qu’il va régler tout ça dans l’année, même si d’ailleurs il ne sait ni vraiment où, ni vraiment quand.
En tout cas une chose est sûre, ce n’est pas avec Le Progrès qu’on arrivera à comprendre ce qu’il se passe en ce moment au CRA de Lyon.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « J.Bétine » :

>Sur l’évolution des pratiques de maintien de l’ordre dans les manifestations

Ces derniers mois, la question de la doctrine du maintien de l’ordre commence à interroger dans les médias. Il faut dire qu’avec la répétition régulière et importante de situations émeutières depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, le maintien de l’ordre a été particulièrement mis à l’épreuve. Ce...

› Tous les articles "J.Bétine"

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>La tuerie d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893

« Ritals en eaux mortes » bande dessinée d’OLT (qui participe à l’Éphéméride anarchiste). Les travers racistes ne sont pas d’aujourd’hui. Les politicards xénophobes de tout bord devraient s’informer sur les évènements racistes occultés de notre histoire qui risquent vite de se transformer en tragédies...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>G7 de Biarritz : un militant et journaliste allemand arrêté à Dijon

En prévision du G7 qui doit se tenir à Biarritz du 24 au 26 août, un militant et journaliste allemand a été arrêté à Dijon la semaine dernière. Sur de simples soupçons, au mépris de la présomption d’innocence, il a été expulsé en Allemagne avec une interdiction de séjour en France (où il travaille) jusqu’au 29 ...

>12 août 1883 : sortie du « Drapeau noir » à Lyon

« C’est sur les hauteurs de la ville de la Croix-Rousse et à Vaise que les travailleurs, poussés par la faim, arborèrent, pour la première fois ce signe de deuil et de vengeance, et en firent ainsi l’emblème des revendications sociales. » Extrait du n°1 du journal “Le Drapeau noir” paru à Lyon le 12 ...

>La Décroissance, ce journal que nous n’achèterons pas

Le journal « La décroissance, journal de la joie de vivre » édité à Lyon, lié à l’association Casseurs de pub, se veut un journal critique de la consommation, prônant une société de partage et de sobriété. Mais ce partage ne se veut pas avec tout le monde. Cela fait de nombreuses années que ce journal diffuse...

› Tous les articles "Médias"