François Hollande était à Lyon ce dimanche : carton rouge de plus pour notre démocrature

1388 visites
Loi travail

Carton rouge !!! Alors qu’une trentaine de manifestants contre la loi travail distribuait des tracts à l’occasion du match France-Irlande le dimanche 26 juin, les dés ont été pipés dès la première minute. Confiscation de tracts, déni de démocratie, une journée normale en France.

En cette période de fête footballistique et de fête de mobilisation sociale, une occasion en or s’est présentée dans notre belle ville de FIFALyon. Notre cher et tendre président Flamby Hollande est venu booster sa popularité en assistant au 1/8 de finale de l’Euro. Pour cette occasion, des camarades ont organisé une action carton rouge. Elle consistait, et je dis bien consistait au passé, en une sensibilisation et un appel à la participation des supporters français et irlandais présents au stade. Nous leur proposions de brandir un tract rouge, donné préalablement, à la 49e minute en scandant « Hollande, casse-toi », bien sûr en référence au 49.3.

François Hollande au grand stade ce dimanche 27 à 15h : appel à mobilisation

A l’occasion du match France- Irlande, François Hollande sera au grand stade de Decines à 15h. L’occasion est faite de l’accueillir. Deux RDV sont proposés...

25 juin 2016
Ce dimanche à Lyon, adressons un carton rouge à Hollande

Ce dimanche 26 juin le président Hollande viendra supporter les bleus au Grand Stade de Décines. M. Hollande qui, depuis 4 ans, avec l’aide de son gouvernement : atteint des records en terme de casse sociale et de violence répressive cire les pompes du Medef et de son “ennemi” du Bourget (...)

24 juin 2016

Avec une quinzaine de coupains , nous nous sommes donc retrouvés devant le centre consumériste de Part-Dieu à 11H pour cet exercice démocratique. Une dizaine d’entre nous ont pris une grande partie des tracts et se sont dirigés vers l’arrêt du T3, porte des Alpes. L’autre partie s’est postée aux abords du centre commercial et devant la gare vers la sortie de métro. Du coté du centre commercial, nous étions 3 personnes avec un petit stock de cartons rouges pour équiper d’éventuels retardataires et sensibiliser devant ce pôle d’affluence. Dès le début, 2 agents de la police nationale nous surveillaient. Épiant les moindres faits et gestes, nous n’avons pas échappé au rituel redondant de la pression policière. Cela ne nous a pas empêché de faire notre bonhomme de mobilisation et de commencer à aller à la rencontre de supporters. Soudain, 4 camions des compagnies républicaines d’insécurité, sont arrivés au carrefour du Boulevard Vivier Merle et de la rue Servient. Tout de suite, je me dis dans un sentiment narcissique militant, que « ça y est , c’est pour nous ». Un de mes coéquipier me fait très justement remarquer que ce serait quand même excessif d’envoyer 4 camtars pour 3 pékins avec des tracts. Et pourtant…

Les forces répressives contournent l’arrêt de tram et viennent se garer devant le monoprix. 5 CRS et deux officiers de la police nationale sortent de leur véhicule et se dirigent vers nous. Avec une courtoisie assez inhabituelle, ils nous demandent ce que nous faisons. Et là, ça devient tristement marrant. Ils nous expliquent qu’ils doivent nous confisquer nos tracts car nous les distribuons à des personnes qui se rendent dans un stade et que cela peut être apparenté à une incitation à des troubles à l’ordre public. Le stade, toujours selon eux, est une zone apolitique et qu’en conséquent notre action est illégale. Nous rétorquons que nous sommes dans notre bon droit et que nos intentions sont parfaitement légitimes. Rien n’y fait , nos tracts pourront être récupérés Lundi au commissariat de Meyzieux.

Du coté du tramway T3, pareil, confiscations des tracts (environs 2000), alors que les quelques personnes postées devant la gare de la part dieu du coté de la bouche de métro on réussi à differ leurs tracts. Certains ont eu quand même le droit à contrôle d’identité pour une diffusion de tracts...

Un autre RDV était donné à Decines Grand-Large. Devançant l’heure du RDV, trois personnes ont réussi à differ près de 500 tracts sur le chemin menant au stade. Une partie des supporters étaient réceptifs au carton rouge, d’autres argumentaient qu’aujourd’hui on ne mélangeait pas le sport et la politique. Mais que fait-on du politique alors ? à l’heure du RDV deux RG et trois policiers (les mêmes qu’à Part-dieu) ont contrôlé les trois personnes diffant des tracts. Ne se laissant pas démonté par l’intimidation, ils ont demandé l’arrêté préfectoral qui interdisait la diffusion de tracts argumentant également qu’une loi interdisait d’interdire la diffusion... De toutes manières les trois personnes n’avaient déjà plus de tract à differ. Les copains ont rejoint les premiers et une quinzaine de policiers sont arrivés.

Les abords du stade étaient cernés par les forces de police. Distribuer des tracts alors que Hollande, Cazeneuve et toute la clique se trouvaient au stade, valait bien une quinzaine de policiers, un hélico et des renforts en masse si besoin... En fait, il faut vous le dire, ils avaient peur d’une "action militante"...

Des hordes de cro-magnons peuvent mettre la moitié du pays sans dessus-dessous mais des citoyens responsables ne peuvent faire entendre leurs voix et leurs revendications. La responsabilité citoyenne devient criminelle. Le pain et les jeux crédibilisent des politiques capitalistes, outils de notre déchéance et de leur opportunisme à durée limitée. La France, tu l’aimes et tu l’achètes. Ta vie et celle de l’autre ne compte que par leur complicité implicite à un système déshumanisant. Cette épisode montre une fois de plus le besoin de l’État d’étouffer dans l’œuf toute intelligence politique et je m’en réjouis. Leur volonté répressive ne peut qu’alimenter notre motivation.

A chaque déni de démocratie, comme nous avons pu le voir aujourd’hui, nous répondrons plus durement. Nous nous multiplierons et n’abandonnerons jamais.

« Je me révolte donc nous sommes » Albert Camus

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Loi travail » :

>Conseils en manif : 2018

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... réduisons les risques ! Mise à jour du tract (dispo en pdf à la fin de l’article) de Témoins - la Caisse de solidarité.

>Loi Travail, un an après : analyse et perspectives

Après le mouvement contre la première loi Travail (2016), nous avons travaillé à quelques pistes d’analyse. Il nous semble que ces analyses, comme quelques propositions, peuvent retrouver une actualité dans le moment politique que nous vivons. Nous les proposons ici telles quelles, laissant ouvertes...

>Etudiant.e.s, trouvez-vous une occupation !

Fort de nous avoir imposé ses ordonnances, Macron croit pouvoir instaurer tranquillement la sélection en licence et en master, la baisse des APL, les fusions d’universités… Pourtant dans le morne quotidien des facultés, la résistance prend...

› Tous les articles "Loi travail"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Exarchia - it’s all fucked up !

Exarchia, haut-lieu du mouvement anti-autoritaire, de contestations et de luttes politiques, est probablement confronté à la plus grande vague de répression étatique depuis longtemps : l’« Operation Law and Order » et l’abolition de l’asile universitaire. La lutte pour la vie et la survie autodéterminées...

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

>G7 de Biarritz : un militant et journaliste allemand arrêté à Dijon

En prévision du G7 qui doit se tenir à Biarritz du 24 au 26 août, un militant et journaliste allemand a été arrêté à Dijon la semaine dernière. Sur de simples soupçons, au mépris de la présomption d’innocence, il a été expulsé en Allemagne avec une interdiction de séjour en France (où il travaille) jusqu’au 29 ...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

› Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"