Le 52 rue Montesquieu doit rester debout et habitable

1170 visites

Ce lundi, le Grand Lyon doit à nouveau se prononcer sur la démolition de l’immeuble situé 52 rue Montesquieu en plein cœur de la Guillotière, qui est parfaitement apte à être réhabilité pour accueillir des logements. Alors que la crise du logement fait rage, pourquoi le détruire ? Petit retour sur les approximations ou contrevérités assénées jusqu’ici.

JPEG - 347.3 ko
l’avenir programmé de l’emplacement de l’immeuble...

- la nécessité d’aérer un quartier urbain dense : personne ne prétend que les quelque 400 mètres carrés occupés par l’immeuble sont indispensables à la réalisation du projet de place publique. Au contraire, les locaux situés en rez-de-chaussée pourraient accueillir des lieux de vie et d’animation de la place. Qui plus est le Plan local d’urbanisme (PLU) ne prévoit en rien que l’emplacement de l’immeuble du 52 rue Montesquieu doit être « réservé » pour un espace vert : au contraire, le maintien de l’immeuble est prévu au PLU.

- la présence d’amiante, invoquée à plusieurs reprises pendant la concertation publique sur l’espace Mazagran : au final, le désamiantage est « léger » d’après les services du Grand Lyon. Il va coûter 100 000 € et durer deux à trois semaines. Il n’y a que deux confinements à faire dans des pièces d’eau pour désamianter de la colle de plinthes. Pour le reste le désamiantage devra se porter sur des canalisations avec de la fibre d’amiante. Ces travaux ne nécessitent pas de confinement, seulement que les ouvriers aient des protection individuelles.

- les « coûts trop importants » de réhabilitation (comme l’a repris la presse locale : Le Progrès, 12 avr. 2013) qui la rendraient impossible. Faux : la seule étude confiée à un bailleur social conclut effectivement à un « coût de travaux très élevé » mais considère comme « possible » la réalisation de 9 logements sociaux, sous réserve notamment d’une minoration du « coût foncier » par la collectivité.

- le risque financier : « La préemption de l’immeuble a été faite au motif des espaces verts. Le fait de ne pas détruire pourrait permettre aux propriétaires de demander un retour de propriété et des pénalités » déclarait Gilles Buna, vice-président du Grand Lyon en charge de l’urbanisme (Le Progrès, 12 avr. 2013). Faux : l’immeuble a été acheté pour « permettre à terme la réalisation d’une opération globale de logements sociaux » ainsi que le mentionnent clairement les délibérations du Grand Lyon.

Aujourd’hui, la crise du logement est particulièrement aiguë et nombre de personnes sont à la rue. Dans ce contexte, la collectivité a-t-elle des raisons légitimes de procéder à la démolition de cet immeuble, emblème d’un quartier populaire et qui entend le rester ? On attend encore la réponse. En attendant, un vigile est payé pour demeurer dans l’immeuble 24 heures sur 24 et empêcher toute intrusion d’éventuels occupants illégaux.

Les Guillotins.
Contact : lesguillotins [at] riseup.net

Le quartier de la Guillotière s’embourgeoise, ce qui rime avec l’exclusion progressive des couches les plus populaires de ses habitants. Les Guillotins entendent donner de la voix pour lutter contre ce mouvement, qu’ils ne considèrent pas inéluctable.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Les Guillotins » :

>Expulsions sans relogement : appel à rassemblement !

Non content de ne pas appliquer la loi qui l’oblige à trouver un hébergement à toutes les personnes en détresse, le nouveau préfet du Rhône a décidé de jeter des centaines de personnes à la rue en expulsant nombre de squats. Nous, citoyens, allons lui faire entendre notre refus de cette politique...

› Tous les articles "Les Guillotins"