Les détails cachés du « couvre feu »

2656 visites

Lundi soir sur TF1, Dominique de Villepin a annoncé que les préfets de police pourront appliquer le couvre-feu dès mercredi.
À quand les tortures ?...

Lundi soir sur TF1, Domminique de Villepin a annoncé que les préfets de police pourront appliquer le couvre-feu dès mercredi.
Outre le fait que le gouvernement, en répondant à une violence par une autre violence ; maintient sa déplorable stratégie de la tension - stratégie déplorable car l’idée de cette stratégie est que cela dégénère encore plus pour pouvoir mieux discréditer le mouvement - le couvre-feu cache quelques astuces peu connues du public.

Le couvre feu s’intitule plus exactement « Loi no 55-385 du 3 avril 1955 instituant un état d’urgence » mise en place autrefois pour faire la guerre au mouvement d’indépendance algérien.
Le moins qu’on puisse dire, c’est que le symbole est provocant : L’État français fait la guerre aux jeunes des cités avec la même loi que pour leurs parents d’une ou deux générations.

Voyons quelques extraits de cette fameuse loi :

Art 5 :
« interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté »

« instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé »

« interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics. »

Art 8 :
Le ministre de l’intérieur peut « ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacle, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature »

Art 11 :
« Conférer aux autorités administratives visées à l’article 8 le pouvoir d’ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit »

« Habiliter les mêmes autorités à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales. »

Art 12 :
« Lorsque l’état d’urgence est institué, dans tout ou partie d’un département, un décret pris sur le rapport du garde des sceaux, ministre de la justice, et du ministre de la défense nationale, peut autoriser la juridiction militaire à se saisir de crimes, ainsi que des délits qui leur sont connexes, relevant de la cour d’assises de ce département. »

Je crois que ces extraits se suffisent à eux-mêmes et se passent de commentaires.
A quand les tortures ?

Joseph Paris
http://www.josephparis.c.la

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Violence à la manifestation du jeudi 5 décembre

Récit d’une violence devenue que trop banale dans les manifestations en France et à Lyon. Jeudi 5 décembre, un manifestant reçoit en plein visage une bombe à gaz lacrymogène alors qu’il s’éloigne des gaz pour se protéger. Après plusieurs jours de douleurs, une visite à l’hôpital montre cinq fractures au...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

>DIMINA ! Seule-en-scène par Fatou le 15 décembre à 16h

Dans la langue Soninké, il existe un terme : Dimina. Ce terme n’a pas d’équivalence en France. C’est ce qui ronge de l’intérieur à force de colères et de fatigues. Quelles sont nos préoccupations en tant que noire dans un pays où le racisme va bon train ...

› Tous les articles "Discriminations"