Libération des antifascistes - Communiqué de Presse du CV69

2914 visites
3 compléments

Communiqué du Collectif vigilance 69 à propos des antifascistes arrêtéEs jeudi.

- Libération de tous les antifascistes arretéEs Jeudi 9 Mai
- Arrêt de toute poursuite judiciaire
- Non au renvoi dos a dos de l’extrême-droite violente et des antifascistes ;

Alors que selon nos informations le rassemblement des Jeunesses nationalistes Place
Puvis de Chavannes Jeudi 9 mai n’était pas autorisé, il est intolérable que des
antifascistes qui tentaient de protester contre les agissements de l’Extrême droite
à Lyon aient été empêchés de se rassembler, arretéEs et mis en garde à vue toute
la nuit jusqu’à vendredi 10 après-midi pour 19 d’entre eux et à cette heure encore
pour 6 d’entre eux , alors qu’Alexandre Gabriac qui assume ses saluts Nazis et
appelle sur son blog à détruire la République a pu parader en toute impunité. De
même, le GUD a pu se rassembler à Fourvière sans être inquiété.

Depuis 3 ans, le CV69 communique sur les méfaits de l’extrême-droite Lyon, et s’insurge contre l’impunité qui les entoure. Le CV 69 tente quotidiennement de convaincre toutes ses sensibilités de la nécessité d’apporter une réponse commune dans laquelle toutes et tous se retrouvent.

Malgré le travail mené depuis 3 ans dans un esprit de consensus, la situation n’a fait qu’empirer : les agressions physiques de groupuscules d’extrême-droite se multiplient, en toute impunité. Le CV69 qui vient de prendre connaissance de cette action spontanée , et quelles que soient les réserves émises par certaines de ses composantes quant à ses modalités, assure les antifascistes de sa solidarité, demande leur libération immédiate et sans suites judiciaires et condamne tout renvoi dos a dos des fascistes auteurs depuis 2010 de 33 agressions physiques a Lyon ayant entrainé 400 jours d’interruption temporaires de travail, et les antifascistes. Nous tenons à rappeler qu’aucun fait de violence n’a été commis dans cette action, leur seul tort ayant été de se rassembler sans autorisation.

Or depuis plusieurs semaines, des rassemblements, voire des manifestations sans autorisation ont été organisées par divers groupuscules d’extrême-droite ainsi que lors des déferlements homophobes contre le mariage pour tous.

La complaisance des autorités envers les agissements de l’extrême-droite à Lyon : ça suffit.

le 11 mai 2013
Collectif Vigilance 69 contre l’extrême droite

Pour rappel des faits : A Lyon, la police réprime préventivement les rassemblements antifascistes

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

  • Le 16 mai 2013 à 22:32, par zora la rousse

    Ouais, sur rebellyon, on est pour la destruction de l’Etat, pour info, et pour la démocratie directe, donc...contre le système sous sa forme actuelle.
    M’enfin c’est pas grave, du coup, on est bien placé.e.s pour savoir que 98 ans d’interdiction (lois scélérates) n’empêchent pas d’exister...

    Moi, je suis contre les interdictions d’idées politiques, même si je trouve qu’elles puent.
    Parce que moi aussi, plein de monde va trouver que les miennes puent. Et je sais la suite...

    Par contre, si un local s’avère un lieu source claire de violence (il me semble que c’est le cas actuellement...), là oui, je peux souscrire à une volonté de le faire fermer par l’Etat (dans une société anar, ce serait par la collectivité locale autogérée).

    Mais si un groupuscule d’adorateurs de Hitler attardé.e.s éprouve le besoin de se réunir dans un obscur local situé dans une impasse au fond d’une ruelle pour lui rendre un culte et lui allumer des cierges (fourvière est pas loin), ma foi, on peut pas empêcher les cons d’exister à moins de rétablir la peine de mort qu’ils réclament...sinon, ça voudrait dire leur interdire de penser et d’avoir les idées qu’ils veulent.
    Donc pour moi, on peut pas leur interdire de penser (i.e d’être cons). On doit aboutir, en revanche, à une dissuasion efficace de toute tentative de violence contre nous (ou les « étranger.e.s »). Bref, ils peuvent exister et allumer leurs cierges, mais neutralisé.e.s. Quant à leurs affiches, tracts, etc, nul besoin d’interdiction il suffit d’être grand.e, de prendre ses affaires en mains et de les SURCOLLER résolument (ce qui présuppose avoir du matos disponible, chose qui manque cruellement sur Lyon aujourd’hui).

    L’interdiction des idées qui puent, c’est l’arme des faibles.
    Le surcollement, c’est l’arme des fort.e.s.
    Alors soyons fort.e.s et boutons les, à grands coups d’affiches, hors de Lyon ! Basta !

    Pas besoin du préfet pour coller des affiches.

  • Le 13 mai 2013 à 07:54

    Omg publier des trucs sur rébellyon qui incitent à la répression de celles et ceux qui appellent à détruire la république c’est un peu craignos.

  • Le 11 mai 2013 à 13:34, par villeurbanne

    auteurs depuis 2010 de 33 agres­sions phy­si­ques a Lyon ayant entrainé 400 jours d’inter­rup­tion tem­po­rai­res de tra­vail

    D’ailleurs dans cette histoire il faudra attendre combien d’année pour qu’ai enfin lieu le procès de la tentative d’assassinat (je pense qu’on peut le dire) qui a eu lieu en janvier il y a deux ans à villeurbanne ? Il y a plus d’un an l’avocat disait pourtant que la procédure était presque terminée ! (voir http://rebellyon.info/Un-an-apres-entretien-avec-l.html )

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Extrême-droites / Réactionnaires » :

› Tous les articles "Extrême-droites / Réactionnaires"