Massacre des mineurs de Marikana : Rassemblement de solidarité !

1165 visites
5 compléments

Le massacre sanglant, le 16 août dernier, de 36 mineurs grévistes de la mine d’étain de Lonmin (Marikana), tués par la police, est venu rappeler, un mois après la « journée internationale Mandela », placée sous le signe de « la paix, la réconciliation et la liberté », que l’abolition de l’apartheid n’a pas réglé les problèmes fondamentaux des couches pauvres et du prolétariat noir d’Afrique du Sud.

Si des patrons, des politiciens et certains bureaucrates syndicaux noirs ont pu partager quelques miettes du gâteau, les gouvernements successifs de l’ANC, auxquels participe le Parti « communiste » sud-africain, n’ont pas remis en cause l’exploitation capitaliste, ni même la domination de la bourgeoisie blanche sur l’économie.

La mine de Lonmin, qui appartient à une compagnie anglaise, le gouvernement, et notamment les bureaucrates syndicaux de la COSATU qui participent à ce gouvernement et ont appelé à l’intervention policière contre la grève, partagent la responsabilité du massacre, de la répression préméditée des grévistes.

Non contents de l’atrocité et de la lâcheté du massacre, la compagnie Lonmin et l’état sud-africain s’appuient sur cette politique de terreur pour briser la grève, faire plier les travailleurs/ses. Ainsi, ce n’est pas moins de 270 mineurs qui ont été arrêtés sur les lieux du massacre, enfermés et accusés d’en être responsables, en vertu d’une loi de « responsabilité collective » qui date de l’apartheid et qui servait à semer la terreur contre la population noire. Le sang n’était pas séché que l’entreprise avançait son chantage sinistre : la reprise du travail ou le licenciement de tous les grévistes !

Mais les travailleurs/ses n’ont pas cédé, et la grève s’est au contraire étendue à d’autres mines, à d’autres secteurs, ce qui a poussé le gouvernement à relâcher les grévistes. Nous devons les soutenir par des actions de solidarité, jusqu’à ce que les assassins – et donc les commanditaires – soient punis ; jusqu’à ce que toutes les poursuites soient abandonnées ; jusqu’à ce que les revendications des mineurs soient satisfaites !

Ces crimes ne sont pas simplement liés aux particularités de la situation en Afrique du Sud. Ils portent le sceau de la société capitaliste elle-même, de sa crise qui la pousse à tout pour défendre bec et ongle son économie, son taux de profit. Ils prouvent qu’au même titre que les états ouvertement oppressifs, les états qui se prétendent démocratiques, et quelques soient les partis qui composent le gouvernement, n’hésitent pas à employer la force armée contre les travailleurs/ses en lutte, dès lors qu’ils n’arrivent pas à contenir leur révolte par les méthodes de la « négociation sociale ».

Nous devons dénoncer ces crimes non seulement parce qu’ils sont insupportables, mais aussi parce que nous avons besoin de renforcer notre solidarité de classe au plan international, pour renverser demain une société qui produit périodiquement, et inévitablement, de tels massacres.

le capitalisme en crise ne recule devant rien pour défendre ses intérêts !

Manifestons notre solidarité !
Rassemblement à Lyon
Samedi 8 Septembre, 15 H
Place du Pont (Métro Guillotière)


Voir une carte plus grande

Lire aussi :
- Afrique du Sud : L’ANC jette son masque ! Travailleurs assassinés ! (Déclaration conjointe publiée par : Tokologo Anarchist Collective, Zabalaza Anarchist Communist Front et Inkululeko Wits Anarchist Collective.)

P.-S.

Nous appelons tous et toutes, les organisations associatives, syndicales, politiques attachées à la défense des intérêts de notre classe à se joindre à notre appel, à notre action.

Premiers signataires : Union pour le communisme, Initiative communiste-ouvrière, Fédération syndicale étudiante Lyon, Comité communiste internationaliste, Nouveau parti anticapitaliste, Parti communiste-ouvrier d’Iran, Marxistes révolutionnaires (Maroc), Coordination des Groupes Anarchistes - Lyon, OCL

Groupes associés à l'article

CGA - Coordination de Groupes Anarchistes

  • La plume noire, 8 rue diderot, Lyon 1er
  • groupe-lyon (at) c-g-a.org
  • Autres infos :

    Site Web : https://www.cgalyon.ouvaton.org/

    Twitter : https://twitter.com/cgalyon1

    Fbk : https://www.facebook.com/coordinationdesgroupesanarchisteslyon

    Ouverture de la librairie La Plume Noire les mercredis de 17h à 19h et les samedis de 15h à 19h
samedi 8 septembre 2012

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 8 septembre 2012 à 01:06

    La FSE est signataire au niveau national, et non plus au travers de la seule section lyonnaise.

  • Le 6 septembre 2012 à 22:18, par Olivier

    Enfin un article sur le sujet !
    Il me semble qu’on pourrait aussi se poser la question suivante : pourquoi autant de couverture médiatique (y compris sur Rébellyon) à propos des Pussy Riots et si peu pour ces massacres ? Il ne s’agit pas d’opposer les deux évènements qui n’ont pas du tout la même proportion mais bien de se demander pourquoi un tel déséquilibre de traitement entre deux exemples de répression. L’exemple russe ne permet-il pas habilement de cacher des formes de répression bien plus sanglantes par des pays alliés de l’occident ?
    Je pense que le sort réservé aux Pussy Riots est évidemment politique et qu’elles vont payer non pas tant pour le « sacrilège » d’une Église mais bien pour l’affront fait à Poutine, n’empêche que je ne peux pas m’empêcher de penser que l’immense majorité des médias français y voient surtout un moyen de montrer du doigt les « vrais méchants » qui sont autant d’épouvantails dans leur schéma de propagande journalistique. Et là je ne pense pas à Rébellyon. Je pense plutôt que mon média alternatif préféré a été malgré lui emporté dans cette vague d’indignation car il est toujours difficile de résister au mouvement de pensée créé par les professionnels du bourrage de crâne.

    Donc merci pour cet article, ça fait du bien !

  • Le 6 septembre 2012 à 16:30, par fleury

    ok avec toi lunita que seule la lutte collectif et solidaire au niveau mondial pourra en finir avec la sauvagerie de la bourgeoisie et de son systéme d’exploitation.
    Voici un article qui va paraitre dans revolution internationale de septembre sur le massacre des mineurs de Marikana. Je vous le met en ligne http://fr.internationalism.org/node/5158

    Fleury

  • Le 5 septembre 2012 à 23:21, par .

    L’OCL est également signataire du texte.

  • Le 5 septembre 2012 à 13:22, par lunita

    Nôtre époque est un temps de surexploitation du travail de dépossession aux pauvres,
    de faim,de miséré. Le Néo-colonialisme est encore devant les portes de tiers-monde
    que supporte et paye un énorme tributs a la nouvelle recomposition de capitaux .
    Mais c’est ne pas seulement le tiers-monde que est présent dans cette spirale,certain pays dit « développées » le sont aussi.Ainsi les loups de la spéculation brade les richesses
    des pays pour faire grossir ces poches.
    Il ne nous resta RIEN !! c’est vrai sauf la COLÈRE qui peut faire changer le monde et la vie !!A nous de reprendre la rue !!et les COMBATS avec !!

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CGA - Coordination de Groupes Anarchistes » :

› Tous les articles "CGA - Coordination de Groupes Anarchistes"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Soutien et solidarité avec les Guadeloupéen.ne.s

Le gouvernement, comme aux pires heures coloniales, entend répondre par la force et la violence pour écraser la contestation. Ce ne sera en rien une solution. L’urgence est à la mise en place de moyens et d’investissements massifs pour les services publics, en particulier de santé et d’éducation, à...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"