Naïm et la proc’ qui ne savait pas lire

609 visites

Lors de l’audience vendredi dernier, la justice a reproché les lacunes de l’enquête… à la victime. La procureure adjointe Karine Malara n’a pas lu le PV où Naïm se plaignait de violences policières. Récit d’une audience hallucinante.

Voir aussi :

Naïm face à la police : main tendue, patates dans la tête

Selon que vous serez policier ou misérable…*

Vendredi 14 octobre, la 13e chambre correctionnelle de Lyon a donné un cours de droit « spécial banlieues » à Naïm. Il était accusé de rébellion, d’outrages et de menaces de mort envers 5 fonctionnaires de police. On pouvait s’attendre à ce que la procureure adjointe Karine Malara rappelle que « ce n’est pas le procès des policiers », comme elle l’a d’ailleurs fait. Mais on ne s’attendait pas à un tel déchaînement verbal. Car dans sa lancée, la magistrate n’a pas pu s’empêcher de « reclasser sans suite » la plainte de Naïm. Première leçon : « La plainte est vouée à l’échec quand on dépose en mai pour des faits de janvier ». Un conseil très ironique quand on sait que le parquet de Lyon met plusieurs mois… pour simplement lire les plaintes qui lui arrivent.

Ensuite, Naïm s’entend reprocher de ne pas avoir fait citer (à ses frais bien sûr) un témoin qui confirme son récit des faits. Or, non seulement ses avocat·es ont joint à la procédure une attestation du témoin en question, mais ont aussi demandé au parquet de le faire entendre dans le cadre de l’enquête… en vain. Lors de son interrogatoire, la présidente Coralie Chirol a elle aussi pointé les lacunes de l’enquête pour mieux les reprocher à la victime. « Monsieur, vous joignez une photo d’un pull déchiré, mais rien ne prouve que c’est bien le pull que vous portiez ce jour-là ». Naïm se plaint en effet que la scène a commencé quand un des policiers l’a tiré violemment par derrière, ce qui a déchiré son vêtement. Dans sa plaidoirie, l’une des avocat·es de Naïm rappelle que les policiers l’ayant placé en garde-à-vue l’ont photographié en T-shirt, tout en « oubliant » de photographier le pull…

Dossier réinventé à la barre

La présidente : « En garde à vue le médecin vous a ausculté ? – Il m’a demandé de lever mon T-shirt mais j’ai refusé, à cette époque je faisais 110 kgs j’étais très complexé. – Monsieur si on a des blessures on lève son T-shirt et on les montre au médecin qui est là pour vous ». La justice oublie bien vite qu’un autre certificat, établi par le médecin de Naïm, atteste de « contusions sur la totalité de son corps », et que de toutes façons, les blessures constatées n’ont jamais été expliquées par l’enquête (voir notre article ici). Au cours de son réquisitoire, la procureure adjointe a largement réinventé le dossier (que Flagrant déni a pu consulter dans son intégralité). Sur le contexte d’abord. La magistrate reproche à Naïm et son ami d’avoir « entravé l’action de la police », qui recherchait un fuyard dans le quartier : « il s’est mis sur le chemin de policiers alors qu’il n’était pas concerné ». On croit cauchemarder : dans la procédure, il est attesté que c’est Naïm et son ami qui ont fait l’objet d’un contrôle d’identité deux fois, coup sur coup, en quelques minutes d’intervalles !

Mais le pire vient pour la fin. Selon la procureure adjointe, Naïm aurait « changé sa stratégie de défense au moment de déposer plainte ». Accusant les policiers de violences « pour couvrir son comportement », « il va remanier sa façon de présenter les choses ». Car, selon la proc’ : « en garde à vue il ne se plaint pas de violences policières ». Cette phrase fournit la clef de compréhension d’une justice aveugle au sens littéral du terme. Page 2 du PV d’audition, Naïm raconte : « j’ai eu des prises du sommeil, des coups dans le ventre, dans le genou […], j’ai pas compris ce déchaînement de haine et de violences […], quand je me trouvais à 4 pattes, les policiers ont continué à me rouer de coups […], à partir de là c’était encore plus violent [un policier] m’a attrapé par le cou et m’a serré pendant 40 secondes, je me sentais partir au bout de 30-40 secondes, et pendant tout ce temps-là, je mangeais des patates ». Selon le droit, sur la base de ce PV, le parquet aurait dû déclencher une enquête d’office, même sans plainte de Naïm. Mais c’est bien sûr à condition que les magistrats sachent lire.

Groupes associés à l'article

Flagrant Déni

  • Tel : 07.51.53.15.33
  • https://www.flagrant-deni.fr
  • contact@flagrant-deni.fr
  • Autres infos : Twitter: @FlagrantDeni

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Flagrant Déni » :

>En Guadeloupe, la gendarmerie tue “sans regrets”

C’est le seul procès pour soi-disant « refus d’obtempérer » ayant abouti à une condamnation d’un agent de la force publique à de la prison ferme. Le procès en appel devait se tenir à Lyon, le 28 Novembre 2022. Il vient d’être reporté et aura lieu en Octobre...

>Naïm et la proc’ qui ne savait pas lire

Lors de l’audience vendredi dernier, la justice a reproché les lacunes de l’enquête… à la victime. La procureure adjointe Karine Malara n’a pas lu le PV où Naïm se plaignait de violences policières. Récit d’une audience hallucinante.

>Selon que vous serez policier ou misérable...*

Naïm face à la police, volet 2. Il a été agressé par la police en janvier 2020 à Vaulx-en-Velin. Mais c’est lui qui comparaît devant la justice. Sa plainte a été enterrée par le parquet. Flagrant déni décortique le fonctionnement d’une banale justice à deux...

› Tous les articles "Flagrant Déni"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

› Tous les articles "Répression policière"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>L’épicerie gratuite de l’île égalité recrute ! Réunion de présentation

Après plus de 2 ans d’existence, l’épicerie gratuite de l’île égalité est en pause depuis novembre dernier suite à des difficultés d’approvisionnement, mais aussi au manque de bras. On espère pouvoir reprendre en janvier prochain… mais pour ça, on a besoin d’aide ! Rdv le jeudi 15 décembre à 18h pour un...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"

Derniers articles de la thématique « Racismes / Colonialismes » :

>En Guadeloupe, la gendarmerie tue “sans regrets”

C’est le seul procès pour soi-disant « refus d’obtempérer » ayant abouti à une condamnation d’un agent de la force publique à de la prison ferme. Le procès en appel devait se tenir à Lyon, le 28 Novembre 2022. Il vient d’être reporté et aura lieu en Octobre...

› Tous les articles "Racismes / Colonialismes"