Notre rapport avec Charlie Hebdo

4652 visites
2 compléments

Les rapports entre Charlie Hebdo et le milieu libertaire s’étaient tendus depuis le début des années 2000, émaillés d’un certain nombre de critiques sur les choix de publication de l’hebdomadaire. Pour autant un certain nombre d’entre nous partageaient une histoire de longue date avec la revue, un jalon, parfois éloignée, sur le parcours de nos politisations, un passif. L’occasion d’essayer, de façon très incomplète, de retracer ce bout d’histoire commune.

De façon très incomplète.

D’abord c’est l’héritage de la génération de nos parents avec Hara-kiri, soixante-huitard avant l’heure. Très anti-consumériste. Pour nous, c’est le cadeau de nos parents.

Puis, c’est anecdotique, mais c’est Récré A2 avec Cabu.
Cabu et son grand duduche toujours anti *-phobes notamment anti-homophobie, qui nous a permis à beaucoup de ne pas avoir honte de ne pas aimer ni le sport, ni les militaires, ni les fachos… Toutes ces choses aujourd’hui beaucoup plus en vogue…

Puis, le Charlie Hebdo de 92, un magazine libertaire satirique. C’est cette tradition perdue de l’humour chez les anars. Une aide incroyable et précieuse pendant les années Pasqua alors que, ministre de l’Intérieur, il donnait quasi publiquement un permis de tuer aux forces de l’ordre (qui ont bien su l’utiliser).
Heureusement que Charlie était là pendant ces années très tendues.

Dans la chanson « Un jour en France » de Noir désir contre le fascisme, y’avait les paroles "Charlie défends-moi !!!"
Le journal avait en 1996 avait lancé une pétition pour interdire le Front National. C’était vain, mais c’était une tentative de réagir. C’était une référence antifasciste. On se rappelle aussi des mobilisations pour les sans-papiers, au moment des G8, contre les OGM, aux côtés de la Confédération Paysanne. Le canard anticonformiste, antiraciste, antimasculiniste (je n’irai pas jusqu’à féministe), anticapitaliste, anti-impérialiste, antigouvernements, anti-nationaliste, etc. … Anti-* plein de choses… Le sourire et l’insolence étaient de notre côté.

Jusqu’au tournant autoritaire et opportuniste de Val (qui est allé au Medef avant Valls), post-11 septembre, ce journal était en grande partie blasphématoire, anticlérical et athée militant, mais pas islamophobe de comptoir et sexiste [1].

JPEG - 53.4 ko

Sans ce journal, le mouvement libertaire ne serait pas ce qu’il est : de nombreuses personnes l’ont connu grâce à Charlie Hebdo. Combien de personnes, sur Lyon, ont connu la librairie La Gryffe par exemple grâce aux rendez-vous systématiquement relayés par Charlie Hebdo dans les années 90. Ou dans les autres villes, d’autres lieux peu connus, qui devenaient soudain accessibles. Cette relation très proche avec ce journal pendant notre enfance et adolescence a participé de manière décisive à notre politisation.

Mais aussi c’étaient de très bons artistes irremplaçables dans cette lignée libertaire, c’était les Brassens du dessin satirique.

Enfin ils doivent se retourner dans leurs tombes quand ils entendent les personnes qui les soutiennent aujourd’hui. Eux qui détestaient les commémorations nationales. Mais ils doivent se marrer de savoir que leurs tueurs ont laissé leur carte d’identité dans la voiture.

Cette unité nationale, c’est les tuer une deuxième fois.

Des anars trentenaires.

Lire aussi :
Lire aussi :
- Charlie Hebdo, au-delà du drame humain, quel avenir collectif ?
- Vague d’actes racistes et islamophobes dans la région et partout en France (Maj : 10/01)
- Ça faisait longtemps que Charlie Hebdo ne faisait plus rire, aujourd’hui il fait pleurer

Notes

[1contrairement à ce qui a pu être reprochée à mainte reprise au Charlie Hebdo post-11 septembre, voir pour exemple le texte d’Olivier Cyran, ancien de C.H., publié sur Article 11 en décembre 2013

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Expression - contre-culture » :

› Tous les articles "Expression - contre-culture"

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>Oh, Jules Vignes, qu’ont-ils fait du journal « Libération » ?

En effet, à St Genis-Laval le 1er juillet 1927, c’est Jules Vignes qui a édité le premier journal « Libération ». C’était une gazette libertaire, dont le titre a été repris plusieurs fois. Journal clandestin pendant la résistance, puis quotidien à partir du 21 août 1944. Le projet de 1973 d’un « Libération »...

› Tous les articles "Médias"